L'adoption de la nouvelle Constitution "contribuera à l'édification de la nouvelle Algérie"    APN: levée de l'immunité parlementaire des députés Abdelkader Ouali et Mohcine Bellabas    Opep+ : priorité à la conformité totale de tous les pays membres    Le projet d'amendement de la Constitution garantit la souveraineté totale du pays sur ses ressources naturelles    Rentrée sociale: Rezig met en garde contre toute augmentation des prix des articles scolaires    Real Madrid: Ramos forfait contre le Shakhtar    Report du procès de l'ex-wali d'Alger, Zoukh, au 3 novembre prochain    Plus de 5 millions d'élèves rejoindront mercredi l'école dans des conditions sanitaires exceptionnelles    JEUNES ET PECHEURS BENEVOLES PARTICIPENT AUX RECHERCHES : Disparition de 12 harraga sur les côtes de Chlef    BECHAR : Le wali visite les ksour du Nord    REFERENDUM CONSTITUTIONNEL : Talaie El Hourriyet décide de participer    Le procès de l'affaire El Watan et les fils de Gaïd Salah reporté    Tayeb Louh inculpé dans l'affaire des bracelets électroniques    JM Oran-2022 : les aspects organisationnels abordés avec une délégation française    UNIVERSITE ‘'IBN BADIS'' MOSTAGANEM : Journées portes ouvertes pour les nouveaux bacheliers    LDC : Le programme de ce mardi    Accidents de la circulation: 17 morts et 1 263 blessés en une semaine au niveau national    Nouveau round des négociations entre Londres et Bruxelles    Tensions autour de résultats non proclamés    La mouvance islamiste dans l'œil du cyclone en France    Le rapport 2019-2020 soumis au gouvernement fin novembre prochain    L'année sans Sila...    Une fresque poétique sur une Algérie de tolérance et de diversité    Un guide pratique sur les traditions anciennes    Les Canaris en stage à Palm-Beach    Le plan stratégique national dévoilé    Luis Arce, le dauphin d'Evo Morales, remporte la présidentielle    Début d'une réunion de la commission militaire conjointe à Genève    Guterres estime «possible» le dialogue avec certains groupes extrémistes    «L'équilibre entre l'offre et la demande est nécessaire»    Les partisans du «non» se plaignent de l'interdiction de leurs activités    Réserves de change, la dégringolade    Doublé de Bendebka face à Al-Nassr    Le Raja Casablanca s'incline devant le Zamalek    «Un crime colonial» peu présent dans le cinéma algérien    «La littérature algérienne en exil», thème d'une conférence tenue à Alger    Banksy revendique une œuvre murale à Nottingham    Culture-PLF 2021: proposition de clôture de 3 comptes spéciaux pour le secteur    Gestion de l'après Covid-19: appel à un nouveau modèle de soutien à la Culture    Présomptions condamnables ?    Un destroyer américain fait escale au port d'Alger    USM Bel-Abbès: Reprise sur place en attendant les stages    JSM Béjaïa: Le bon sens a prévalu    Marché de Aïn El Turck: Retour en force des étals de vente de viande de l'abattage clandestin    Des opérations en faveur des populations des zones d'ombre    Plusieurs quartiers ciblés par une opération de nettoiement: Plus de 4 tonnes de déchets transférées au CET de Hassi Bounif    L'ex-commissaire: Kaddour Benkhira n'est plus    "La révision constitutionnelle consacre et préserve les constantes de l'identité nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De l'art des échanges
L'exposition “Artistes arabes entre Italie et Maghreb” s'ouvre aujourd'hui
Publié dans Liberté le 18 - 12 - 2008

Les amateurs d'art contemporain pourront y admirer une cinquantaine d'œuvres de tous formats. Parmi les artistes algériens exposés — parfois pour la première fois en Algérie —, on reconnaîtra les travaux de Abdelkader Houamel ou Brahim Achir, très connus en Italie.
L'exposition, qui se tient depuis lundi à la salle Baya du palais de la Culture, illustre parfaitement deux vérités qui n'ont cessé de se vérifier d'hier à aujourd'hui.
La première est que la Méditerranée est absolument mare nostrum (notre mer), ensuite que les artistes sont toujours à l'avant-garde de l'autre, les plus fertiles révélateurs de l'art chez l'autre, et donc les premiers bâtisseurs de ponts culturels. Cette exposition est là pour célébrer un pont. Un pont culturel entre les deux rives de la Méditerranée, entre l'Italie et les artistes du Maghreb qui se sont retrouvés à étudier, mais aussi travailler et surtout échanger avec des artistes de la Botte, parfois très célèbres.
Ce dialogue des arts que retrace une “exposition très importante”, selon les termes de Giampaolo Cantini, ambassadeur d'Italie à Alger, fruit d'une collaboration entre le Centre culturel italien d'Alger, l'ambassade et le ministère algérien de la Culture, vaut absolument le déplacement.
Les amateurs d'art contemporain pourront y admirer une cinquantaine d'œuvres, de tous formats, pour la plupart issues de l'effervescence artistique qui gagna l'Italie mais aussi le reste de l'Europe dans l'après-guerre. Parmi les artistes algériens exposés — parfois pour la première fois en Algérie —, on reconnaîtra les travaux de Abdelkader Houamel ou Brahim Achir, très connus en Italie, Ali Kichou, aujourd'hui installé au Canada, mais aussi des œuvres tout à fait récentes d'artistes plus jeunes, comme Slimane Sakhri, ou moins connus, comme la compagne de Kichou Hadjira Preure. Ces artistes, particulièrement ouverts, font usage de toutes les techniques pour mettre en scène leur art, qui embrasse l'abstraction, qui emprunte des formes plus classiques, et exprimer leur inspiration.
Il faut savoir que beaucoup d'artistes algériens se sont regroupés dans les années 1990 à Florence, ville des arts par excellence. Ainsi de Amor Dekhis et Ahmed Bekhokha qui est diplômé de l'Ecole des beaux-arts de cette ville.
À noter particulièrement la Fiancée bédouine de Abdelkader Houamel et MeV., œuvre magnifique de Nadjia Chekoufi qui fait face au spectateur à son entrée dans la salle d'exposition.
Côté italien, on retrouve des plasticiens comme Valerio de Fillipis ou les scènes tunisiennes de Moses Levy, etc. Enfin, cette exposition, expression de “la contamination féconde et réciproque” entre des artistes de l'avant-garde européenne et les motifs emportés avec eux d'artistes venus du sud de la Méditerranée, s'inscrit dans un plus large projet, celui de la manifestation Convergences méditerranéennes, mise au point par la diplomatie culturelle italienne, dont le but est “d'approfondir la connaissance des échanges culturels intenses qui ont existé entre l'Italie et les pays de la rive méridionale de la Méditerranée”.
R. A.
“Artistes arabes entre Italie et Maghreb”, salle Baya au palais de la culture (Alger). Entrée libre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.