Banque d'Algérie: Nouvelle opération de rafraîchissement de billets de banque    Sahara occidental- EUCOCO 2018: La communauté internationale et l'Union européenne interpellées    L'Algérie défend l'idée d'une organisation continentale «indépendante»: L'Afrique aux Africains    CIA: Le prince ben Salmane a ordonné le meurtre de Khashoggi    Cancer de la thyroïde: Le nombre de malades augmente de plus 20% en Kabylie !    Maïssa Bey «Nulle autre voix»: Une femme qui veut être libre    Ses recettes iront pour l'acquisition de matériels: Gala de solidarité avec les aveugles de Boukhalfa    VIOLENCES BAB EL OUED (ALGER) : 10 policiers blessés et 30 personnes arrêtées    TRIBUNAL DE KSAR CHELLALA (TIARET) : Le procureur de la République agressé    LE MINISTRE AISSA S'INSURGE ! : Les salafistes décrètent la fête du Mawlid, Haram    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Nouvelles d'Oran    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    En marge de l'ouverture de la salle omnisports à Sidi El Bachir: Remise des clés à 50 policiers bénéficiaires de logements LSP à Gdyel    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    La folie des sénatoriales    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Ould Abbès dégagé ?    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Consolidation de la démocratie participative    L'Onu lève ses sanctions    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    Enigme et interrogations    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De l'art des échanges
L'exposition “Artistes arabes entre Italie et Maghreb” s'ouvre aujourd'hui
Publié dans Liberté le 18 - 12 - 2008

Les amateurs d'art contemporain pourront y admirer une cinquantaine d'œuvres de tous formats. Parmi les artistes algériens exposés — parfois pour la première fois en Algérie —, on reconnaîtra les travaux de Abdelkader Houamel ou Brahim Achir, très connus en Italie.
L'exposition, qui se tient depuis lundi à la salle Baya du palais de la Culture, illustre parfaitement deux vérités qui n'ont cessé de se vérifier d'hier à aujourd'hui.
La première est que la Méditerranée est absolument mare nostrum (notre mer), ensuite que les artistes sont toujours à l'avant-garde de l'autre, les plus fertiles révélateurs de l'art chez l'autre, et donc les premiers bâtisseurs de ponts culturels. Cette exposition est là pour célébrer un pont. Un pont culturel entre les deux rives de la Méditerranée, entre l'Italie et les artistes du Maghreb qui se sont retrouvés à étudier, mais aussi travailler et surtout échanger avec des artistes de la Botte, parfois très célèbres.
Ce dialogue des arts que retrace une “exposition très importante”, selon les termes de Giampaolo Cantini, ambassadeur d'Italie à Alger, fruit d'une collaboration entre le Centre culturel italien d'Alger, l'ambassade et le ministère algérien de la Culture, vaut absolument le déplacement.
Les amateurs d'art contemporain pourront y admirer une cinquantaine d'œuvres, de tous formats, pour la plupart issues de l'effervescence artistique qui gagna l'Italie mais aussi le reste de l'Europe dans l'après-guerre. Parmi les artistes algériens exposés — parfois pour la première fois en Algérie —, on reconnaîtra les travaux de Abdelkader Houamel ou Brahim Achir, très connus en Italie, Ali Kichou, aujourd'hui installé au Canada, mais aussi des œuvres tout à fait récentes d'artistes plus jeunes, comme Slimane Sakhri, ou moins connus, comme la compagne de Kichou Hadjira Preure. Ces artistes, particulièrement ouverts, font usage de toutes les techniques pour mettre en scène leur art, qui embrasse l'abstraction, qui emprunte des formes plus classiques, et exprimer leur inspiration.
Il faut savoir que beaucoup d'artistes algériens se sont regroupés dans les années 1990 à Florence, ville des arts par excellence. Ainsi de Amor Dekhis et Ahmed Bekhokha qui est diplômé de l'Ecole des beaux-arts de cette ville.
À noter particulièrement la Fiancée bédouine de Abdelkader Houamel et MeV., œuvre magnifique de Nadjia Chekoufi qui fait face au spectateur à son entrée dans la salle d'exposition.
Côté italien, on retrouve des plasticiens comme Valerio de Fillipis ou les scènes tunisiennes de Moses Levy, etc. Enfin, cette exposition, expression de “la contamination féconde et réciproque” entre des artistes de l'avant-garde européenne et les motifs emportés avec eux d'artistes venus du sud de la Méditerranée, s'inscrit dans un plus large projet, celui de la manifestation Convergences méditerranéennes, mise au point par la diplomatie culturelle italienne, dont le but est “d'approfondir la connaissance des échanges culturels intenses qui ont existé entre l'Italie et les pays de la rive méridionale de la Méditerranée”.
R. A.
“Artistes arabes entre Italie et Maghreb”, salle Baya au palais de la culture (Alger). Entrée libre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.