Mali: appel à un retour rapide à l'ordre constitutionnel et une transition civile    Tizi-Ouzou: 2 oléiculteurs locaux primés au concours national Djaffar Aloum    Décès de l'historien Abdelmadjid Merdaci: Goudjil présente ses condoléances    Libye: levée "sous conditions" du blocus sur les champs et ports pétroliers    Affaire Prince Ibara: l'interdiction de recrutement infligée à l'USMA levée    Parution du livre "Béjaïa, terre des lumières" de Rachik Bouanani    Ligue 1-USMA: l'entraîneur Ciccolini attendu dimanche à bord d'un vol spécial    CAN U17 et U20 (Qualifications): les sélections nationales en stage en septembre    Quelque 3300 habitations palestiniennes démolies les six dernières années    Covid-19: des sociétés d'assurance font un don à la PCH    Les nouveaux membres de la CRTF installés hier    Projet de musée dédié au costume traditionnel    Le manque de médecins gynécologues, justifié par leur choix du secteur privé    ANP: installation du commandant de l'Ecole d'application de la reconnaissance    Tebboune adresse une instruction aux membres du gouvernement et aux responsables des corps de sécurité    Rezig préside une réunion sur la promotion des exportations de services    Décès de Abdelmadjid Merdaci: le Président Tebboune présente ses condoléances    Le comité de village de Tighilt-Mahmoud perpétue les valeurs de "Tajmaat"    Le développement des zones d'ombre passe par la promotion de leurs habitants    Décès du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci    Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    La dernière ligne droite    Entre les espoirs d'un vaccin et la baisse des stocks et de l'offre    Fin des épreuves aujourd'hui    13 décès et 232 nouveaux cas en 24 heures    76 harragas interceptés en 24 heures    75 permis de chasse délivrés    Régime sec    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Les non-dits    CORONA, l'ennemi sans nom    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    La fille des Aurès    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Le Président Tebboune honore un engagement fondamental    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Objectif : une prise en charge efficace des drogués
La Forem et le CIS envisagent la création de centres thérapeutiques
Publié dans Liberté le 11 - 03 - 2009

Un partenariat entre la Forem et cette ONG italienne a été décidé dans le but de “renforcer les mesures de sensibilisation et de prévention, former des formateurs et accompagner la mise en place de communautés thérapeutiques”.
La consommation de drogues est en hausse et touche aujourd'hui des catégories de plus en plus jeunes de la population mondiale. Notre pays n'échappe pas à l'ampleur de ce fléau sociétal. En effet, l'Algérie, de par sa position géographique, est même passée du statut de pays de transit à celui de pays consommateur. Pis encore, les services de sécurité ont découvert de nombreuses plantations de cannabis mais aussi d'opium. Cette augmentation de la consommation de drogue est une des principales préoccupations de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (Forem), qui plaide pour une meilleure prise en charge des drogués. Son président, le Pr Khiati, a d'ailleurs animé, hier, au centre de presse d'El Moudjahid, une conférence-débat autour du thème : “Quelle stratégie opposer à l'extension de la consommation de drogue ?” Le président de la Forem était accompagné de Juan Correlli, directeur exécutif du CIS, une ONG italienne qui dispose d'une longue expérience en la matière. Un partenariat entre la Forem et le CIS a été décidé dans le but de “renforcer les mesures de sensibilisation et de prévention, former des formateurs et accompagner la mise en place de communautés thérapeutiques”, a expliqué le président de la Forem. Ce dernier s'oppose à la condamnation des consommateurs et souhaite que la législation les différencie des vendeurs (dealers). “On ne peut pas condamner les consommateurs à des peines de prison car ce sont avant tout des victimes. Il ne faut pas non plus les médicaliser car ceci risquerait de remplacer leur dépendance aux drogues par une dépendance aux traitements. La prise en charge d'un drogué doit passer par le renforcement de sa volonté d'arrêter. Nous proposons la création de centres thérapeutiques à cet effet. Des discussions sont d'ores et déjà engagées avec les wilayas du pays”, a affirmé le Pr Khiati. Ce dernier, dans sa communication, évoque la consommation de drogue en milieu carcéral qui est en nette augmentation : 5% en 2005 et 7,5% en 2006. “Une étude menée auprès de 50 000 détenus au niveau de 101 établissements pénitentiaires sur les 127 existants a établi que 6 015 d'entre eux consomment de la drogue. Leur âge varie entre 18 et 27 ans”, a-t-il ajouté. Par ailleurs, le Pr Khiati met en garde contre ce qu'il dit être “un réel danger, notamment pour les jeunes”, principale cible des narcotrafiquants. D'après les enquêtes menées par la Forem, la consommation de drogues connaît une hausse inquiétante et ce, malgré d'importantes saisies. “La consommation de résine de cannabis (drogue la plus consommée) et de psychotropes a connu une hausse de 100% entre 2002 et 2004”, a indiqué le président de la Forem. L'association a, de plus, entrepris des sondages auprès de lycéens de différentes wilayas. Les chiffres sont alarmants : en 2005, dans les lycées algérois, 23,5% de garçons et 5% de filles admettent consommer des drogues. Pour le Pr Khiati, “les principales raisons de cette explosion de la consommation de drogues chez les jeunes sont liées au chômage, à la déperdition scolaire, à l'oisiveté et au manque de moyens de distraction”. Les saisies, de plus en plus nombreuses et diversifiées, confirment cette explosion de la consommation. En 2008, sont apparues, en grande quantité sur le marché algérien, des drogues dures telles que la cocaïne, le crack, l'héroïne mais aussi les pavots et les plants d'opium. Les différents modes de consommation de ces drogues dures, plus particulièrement les injections, sont sources de nombreuses maladies telles que le sida, l'hépatite C et B. À ce sujet, le Pr Khiati préconise l'intervention d'associations et d'ONG pour jouer le rôle d'intermédiaires, mais aussi la mise en place d'un programme national de gestion du temps des jeunes. “La sensibilisation doit se faire dans un cadre global. Il faut prendre des mesures en faveur des jeunes pour lutter contre l'oisiveté et le chômage”, insiste-t-il.
Amina Hadjiat


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.