Feux de forêt: 37 morts, poursuite des efforts pour endiguer les flammes    Feux de forêt: le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue palestinien    Feux de forêt: le secrétaire général de la Ligue arabe présente ses condoléances à l'Algérie    Jeux de la Solidarité Islamique: l'Algérie décroche dix médailles en Kick-boxing, dont cinq ce jeudi    Manchester United: l'hypothèse Dortmund pour Ronaldo    Goudjil salue le grand intérêt qu'accorde le Président de la République au dossier de la Mémoire    Feux de forêt: l'Etat mobilise tous les moyens pour circonscrire les feux et prendre en charge les sinistrés    Congrès de la Soummam: un dispositif de génie pour assurer la plus grande sécurité    Congrès de la Soummam: Un "saut qualitatif" dans la conduite de la Révolution    Feux de forêt : le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue tunisien Kaïs Saïed    Tennis / Tournoi international ITF (U14): l'Algérienne Badache sacrée à Tunis    Une délégation du Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies reçue à Alger    Industrie pharmaceutique: Benbahmed aborde avec des experts de l'UA les opportunités de coopération    "Section Aéroportée 2022": exécution de l'épreuve du Biathlon    Le monodrame "Gilgamesh, comme vous en avez jamais entendu parler" présenté à Alger    Déclarations algérophobes de Raïssoui : des "divagations infâmes" étrangères à l'unité des rangs    «Les Palestiniens, spectateurs et acteurs de leur... propre extinction ?»    Faible impact    Agriculture et développement rural: Aperçu historique sur l'évolution du foncier agricole en Algérie à travers les âges    Démographie et procréation    Les habitants de la corniche endurent le calvaire: Embouteillages, tension sur les transports, diktat des «clandestins»    Aïn El Beïda: La ligne 28 prolongée jusqu'à la cité 2000 logements    ONE, DEUX, TROIS... TAHIA L'ALGERIE !    Gara-Djebilet: L'exploitation de la mine de fer a commencé    Ligue 2: Préparation de la nouvelle saison    Le courage de vivre    L'esprit des comportements    Incorrigible Makhzen!    La presse marocaine prend le relais    Dix-sept morts après des frappes turques dans le nord    La recherche scientifique est la seule voie    «Le bien-être individuel est lié à l'action collective»    La justice rouvre de nombreux dossiers    Le Maroc c'est toujours... kif-kif    «Il faut revoir la gestion des ports de pêche»    Fin de mission pour les administrateurs    Afrique nous voilà!    Algérie-Brésil en France?    Lagraâ veut partir    Et de trois pour Syoud!    «Raïssouni se trompe de cible»    Demain, l'ascension d'Azrou N'Thor    «Décoloniser la préhistoire algérienne»    Tebboune présente ses condoléances    Céréaliculture: rappel aux producteurs l'obligation de livrer leurs récoltes aux CCLS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    15 pays y prennent part    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Prophétie mensongère
Souffles…
Publié dans Liberté le 30 - 04 - 2009

Depuis 1962, l'an de l'indépendance, quelques voix intellectuelles se sont élevées pour nous annoncer “la mort de la littérature algérienne d'expression française”. Depuis le célèbre propos de l'écrivain Malek Haddad, il y a un demi-siècle, “la langue française est mon exil”, les critiques idéologico-littéraires n'ont pas cessé de crier sur tous les toits : “La littérature algérienne d'expression française a-t-elle encore un sens ?” En 1956, Kateb Yacine publie Nedjma. Vingt ans plus tard, Rachid Boudjedra, écrivain de la deuxième génération, fait son entrée exceptionnelle dans la cour des grands, en publiant un roman fort et dérangeant intitulé la Répudiation (1969). Des voix, encore une fois, se sont élevées pour dire ou redire : “C'est le dernier des écrivains de langue française.” Arabisation programmée, les écoles, les lycées et les universités tirent le rideau sur l'utilisation de la langue française. Le régime de Nasser, en Egypte, incommodé par le parti des Frères musulmans (pari fondé par Hassan El-Banna en 1927), vient “au secours” de l'Algérie nouvellement indépendante. Ainsi, le régime nassérien envoie quelques milliers (entre sept et dix mille) de ses fanatiques pour prendre en charge l'école algérienne. Au nom de l'arabisation, d'une part, et au nom de la guerre contre l'Occident colonial et athée, ce fut le commencement d'une longue histoire de médiocrité pédagogique et qui se poursuit jusqu'à nos jours. Un profond débat est déclenché entre Mostefa Lacheref et Abdallah Chériet sur l'apport du bilinguisme dans le système scolaire. Des pseudo critiques parlent de la fin de la littérature algérienne de langue française et, une fois encore, la scène littéraire nous surprend par un autre remarquable talent appelé Rachid Mimouni qui bouleversa le champ romanesque par un texte violent, le Fleuve détourné”, en 1982. L'écriture change de thèmes et Rachid Mimouni accumule des textes : Tombéza (1984) et l'Honneur de la tribu (1989). Et puis, une expression est apparue, “hizb França, le parti de la France”, désignant désormais les groupes supposés faire le jeu de la France, notamment à travers l'usage de la langue française, destinée à contrer et à affaiblir la langue arabe. Et voilà qu'une autre nouvelle génération écrit et s'écrit, à sa tête Tahar Djaout (1954-1993), qui a fait l'école algérienne. Son roman les Chercheurs d'os (1984) fut une nouvelle aventure pour et dans l'écriture romanesque algérienne.
Un cri de la part des héritiers de Kateb Yacine. L'Algérie avance dans les chaos, la violence et l'intolérance, et les littérateurs ne baissent pas les bras. Des nouvelles plumes, en français, célébrées par le lecteur algérien. Des talents produits de l'école algérienne se distinguent. Le paradoxe ! Un certain Yasmina Khadra, militaire, crée la surprise sur la scène littéraire nationale et internationale : le Privilège du phénix (1989), À quoi rêvent les loups (1999) et autres textes démentirent la mort de la littérature algérienne de langue française. Une autre plume, haut fonctionnaire au ministère de l'Industrie, Boualem Sanasal, s'impose avec le vertige dans son premier roman le Serment des barbares (1999), puis l'Enfant fou de l'arbre creux (2000). Une nouvelle vague d'écrivains, une quatrième génération, se produit avec génie dans la langue de Molière. Des jeunes talents, des enfants de l'indépendance, le produit de l'école et de l'université algériennes, avec des références culturelles complexes. Ainsi, on lit les textes de Djamel Mati, Habib Ayoub, Arezki Metref, Chawki Amari, Djaoudet Guessouma, Nacéra Belloula, Hamid Aït Taleb, Salim Bachi, Sofiane Hadjadj, Nadia Sebhki et bien d'autres.
Depuis, presque un demi-siècle, les politico-littéraires, portés par une prophétie mensongère, ont annoncé “la mort de la littérature algérienne d'expression française”. Et après presque quarante ans, malgré l'arabisation et le mauvais niveau d'apprentissage de la langue française, une nouvelle génération d'écrivains se produit dans cette langue : des romanciers, des poètes, des journalistes et des critiques littéraires, de plus en plus nombreux, de plus en plus sérieux, surprennent la scène culturelle et littéraire. Une écriture qui crée la surprise, ici et ailleurs. Une littérature loin du misérabilisme, loin de l'exotisme ou de la médiocrité. Lire, en Algérie, un roman écrit en français par une jeune lycéenne algérienne de dix-sept ans est un phénomène culturel à étudier, une occasion pour réfléchir et repenser le statut de cette langue étrangère dans notre pays et dans notre champ culturel.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.