Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    Covid-19: Les walis appelés à sévir    Identité de papier    Selon le DG de la SEOR: Retour dès demain à une alimentation normale en eau potable    USM Bel-Abbès: Quatre milliards de centimes bloqués    Le ministre de la Santé: «La situation est alarmante»    Bouira: Meurtre de la jeune avocate : les 3 mis en cause écroués    Les demandeurs de logements de la formule «à points» reçus par le chef de daïra: Des promesses pour des attributions après la levée du confinement    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Meziane buteur, Benghit exclu    Zeghlache donne les raisons du transfert de Boussouf    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    L'attestation d'affiliation téléchargeable désormais via l'espace «El Hanaa»    Un groupe français en pole position    Comment intégrer les médecins libéraux ?    Coupures d'eau récurrentes et prolongées, le ras-le-bol des citoyens    Bilan du premier semestre de la Sûreté de wilaya    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    REPLIQUE AU TWEET DE MARINE LE PEN    Arnaque à la communication !    La reconversion des seconds couteaux    Les propositions de Rahabi    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    Un terroriste capturé à In M'guel    Nouveau record des contaminations    CS Constantine : La démission de Redjradj entérinée    Polsario: il est évident que l'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    Démission du ministre de la Justice    Encore un doublé de Benrahma    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Le FFS face au défi du rassemblement    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Raid policier avant des primaires de l'opposition    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    ASILE DE FOUS    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage à trois maîtres du genre
4e EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DE LA CHANSON CHAÂBI
Publié dans Liberté le 12 - 09 - 2009

Une ouverture expéditive sans discours de la ministre de la Culture, sans hommage proprement dit à Hadj M'rizek et une entrée sans transition dans le vif du sujet. Ce sont-là les principaux faits de la soirée de mercredi, coïncidant avec le coup d'envoi de la 4e édition du Festival national de chanson chaâbie.
C'est mercredi dernier que le coup d'envoi de la 4e édition du Festival national de la chanson chaâbie a été donné, dans l'antre de Bachtarzi, pour se poursuivre jusqu'au 15 septembre. En présence de la ministre de la Culture, d'un grand nombre d'artistes et de fins mélomanes, cette ouverture qui devait rendre hommage à Hadj M'rizek a été expéditive et marquée par une grande monotonie.
En effet, bien que dédié à Hadj M'rizek, le festival n'a pas rendu hommage à ce dernier, car, d'après l'organisation, l'association les Amis de la Rampe Vallée a déjà organisé une journée spécialement dédiée à l'artiste, au début du mois courant ; toutefois, ceci est tout de même troublant, car ce n'est vraiment pas cohérent de dédier une édition à quelqu'un et de ne rien prévoir en son honneur. Le festival rendra également hommage aux cheikhs Amar Lachab et Hassen Saïd. Des pensées largement méritées ! Par ailleurs, dans son allocution d'ouverture, le commissaire du festival, Abdelkader Bendamèche, a déclaré : “Les sélections des trente concurrents qui vont se produire tout au long du festival se sont articulées autour de deux étapes : une première en mars dernier, durant laquelle nous avons enregistré 321 participants en provenance de 24 wilayas. Puis, il y a eu les demi-finales en juillet dernier. Sur les 83 que nous avions retenus, nous avons sélectionné les 30 finalistes.” M. Bendamèche a également salué l'initiative de l'institutionnalisation d'un tel festival, tout en rappelant les deux nouveautés de cette édition : l'organisation de journées de formation grâce à l'aide et au soutien de l'Institut national supérieur de musique, ainsi que la présence des éditions Enag avec une expo-vente à l'entrée du TNA.
La ministre a délégué
M. Bendamèche d'annoncer l'ouverture officielle de cette édition. Après la présentation du jury et à sa tête Boudjemaâ El Ankis comme président — et qui sera secondé par cinq autres personnes, notamment le chanteur et ancien maestro de l'orchestre de la radio algérienne Cheikh Tahar Ben Ahmed, le chanteur et actuel maître de l'orchestre de la radio Abdelkader Rezkellah, le chercher et poète Abderrahmane Aïssaoui, le musicien, chercheur et universitaire Mohamed Hmaïdia, et le chercheur et auteur Mohamed Touzout — place à la compétition, avec les prestations de quatre premiers finalistes, dont le tour de chant devait durer quinze minutes pour chacun. Le premier à se jeter dans l'arène a été Zoheir Aït Kaci d'Alger qui, drapé d'un bel habit traditionnel, a fait une prestation correcte et bien maîtrisé son texte malgré le stress, largement perceptible, notamment dans son intonation. Vint ensuite le tour de Mohamed Khoulali de Tizi Ouzou, qui a fait une remarquable prestation, allant jusqu'à faire chanter son mandole.
En effet, il a joué de cet instrument comme d'autres joueraient à la guitare électrique, avec une maîtrise rare et un sens du rythme assez intéressant. Et bien qu'il n'ait pas porté une tenue traditionnelle, comme le reste de ses camarades, il a superbement assuré son tour de chant, notamment en reprenant la célébrissime Mmi Azizen, d'El Hadj M'hamed El Anka. Hind Abdelli de Mostaganem a préféré interpréter du mdih à la gloire du Prophète Mohammed (QSSSL), avec la chanson Manourak Alam Belfdjar, du poète Benmeseyeb, mais son interprétation s'apparentait plus à de l'andalou qu'à du chaâbi. Le dernier concurrent de la soirée a été Belkacem Bourai de Béjaïa, qui a fait une prestation correcte.
Après la compétition, place à la détente, avec une lecture du poème de Belkacem Oueld Saïd intitulé Kifach Hilti ya nassi, devenu célèbre grâce à l'interprétation de notamment Hadj M'rizek et d'El Hachemi Guerouabi. Cette lecture a été dispensée par le commissaire du festival. Artistes accomplis, les lauréats des trois précédentes éditions, Mohamed Réda Charf, Abdelhak Bourouba et Youcef Benyeghzer, ont animé la deuxième partie de cette première soirée qui a laissé le public sur sa faim et qui avait comme un goût d'inachevé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.