Soudan, une troisième révolution ?    Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    Aucune baisse    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Le géant «peuple» viendra à bout du nain «système»    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Le groupe Benamor se disculpe    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage à trois maîtres du genre
4e EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DE LA CHANSON CHAÂBI
Publié dans Liberté le 12 - 09 - 2009

Une ouverture expéditive sans discours de la ministre de la Culture, sans hommage proprement dit à Hadj M'rizek et une entrée sans transition dans le vif du sujet. Ce sont-là les principaux faits de la soirée de mercredi, coïncidant avec le coup d'envoi de la 4e édition du Festival national de chanson chaâbie.
C'est mercredi dernier que le coup d'envoi de la 4e édition du Festival national de la chanson chaâbie a été donné, dans l'antre de Bachtarzi, pour se poursuivre jusqu'au 15 septembre. En présence de la ministre de la Culture, d'un grand nombre d'artistes et de fins mélomanes, cette ouverture qui devait rendre hommage à Hadj M'rizek a été expéditive et marquée par une grande monotonie.
En effet, bien que dédié à Hadj M'rizek, le festival n'a pas rendu hommage à ce dernier, car, d'après l'organisation, l'association les Amis de la Rampe Vallée a déjà organisé une journée spécialement dédiée à l'artiste, au début du mois courant ; toutefois, ceci est tout de même troublant, car ce n'est vraiment pas cohérent de dédier une édition à quelqu'un et de ne rien prévoir en son honneur. Le festival rendra également hommage aux cheikhs Amar Lachab et Hassen Saïd. Des pensées largement méritées ! Par ailleurs, dans son allocution d'ouverture, le commissaire du festival, Abdelkader Bendamèche, a déclaré : “Les sélections des trente concurrents qui vont se produire tout au long du festival se sont articulées autour de deux étapes : une première en mars dernier, durant laquelle nous avons enregistré 321 participants en provenance de 24 wilayas. Puis, il y a eu les demi-finales en juillet dernier. Sur les 83 que nous avions retenus, nous avons sélectionné les 30 finalistes.” M. Bendamèche a également salué l'initiative de l'institutionnalisation d'un tel festival, tout en rappelant les deux nouveautés de cette édition : l'organisation de journées de formation grâce à l'aide et au soutien de l'Institut national supérieur de musique, ainsi que la présence des éditions Enag avec une expo-vente à l'entrée du TNA.
La ministre a délégué
M. Bendamèche d'annoncer l'ouverture officielle de cette édition. Après la présentation du jury et à sa tête Boudjemaâ El Ankis comme président — et qui sera secondé par cinq autres personnes, notamment le chanteur et ancien maestro de l'orchestre de la radio algérienne Cheikh Tahar Ben Ahmed, le chanteur et actuel maître de l'orchestre de la radio Abdelkader Rezkellah, le chercher et poète Abderrahmane Aïssaoui, le musicien, chercheur et universitaire Mohamed Hmaïdia, et le chercheur et auteur Mohamed Touzout — place à la compétition, avec les prestations de quatre premiers finalistes, dont le tour de chant devait durer quinze minutes pour chacun. Le premier à se jeter dans l'arène a été Zoheir Aït Kaci d'Alger qui, drapé d'un bel habit traditionnel, a fait une prestation correcte et bien maîtrisé son texte malgré le stress, largement perceptible, notamment dans son intonation. Vint ensuite le tour de Mohamed Khoulali de Tizi Ouzou, qui a fait une remarquable prestation, allant jusqu'à faire chanter son mandole.
En effet, il a joué de cet instrument comme d'autres joueraient à la guitare électrique, avec une maîtrise rare et un sens du rythme assez intéressant. Et bien qu'il n'ait pas porté une tenue traditionnelle, comme le reste de ses camarades, il a superbement assuré son tour de chant, notamment en reprenant la célébrissime Mmi Azizen, d'El Hadj M'hamed El Anka. Hind Abdelli de Mostaganem a préféré interpréter du mdih à la gloire du Prophète Mohammed (QSSSL), avec la chanson Manourak Alam Belfdjar, du poète Benmeseyeb, mais son interprétation s'apparentait plus à de l'andalou qu'à du chaâbi. Le dernier concurrent de la soirée a été Belkacem Bourai de Béjaïa, qui a fait une prestation correcte.
Après la compétition, place à la détente, avec une lecture du poème de Belkacem Oueld Saïd intitulé Kifach Hilti ya nassi, devenu célèbre grâce à l'interprétation de notamment Hadj M'rizek et d'El Hachemi Guerouabi. Cette lecture a été dispensée par le commissaire du festival. Artistes accomplis, les lauréats des trois précédentes éditions, Mohamed Réda Charf, Abdelhak Bourouba et Youcef Benyeghzer, ont animé la deuxième partie de cette première soirée qui a laissé le public sur sa faim et qui avait comme un goût d'inachevé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.