Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage à trois maîtres du genre
4e EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DE LA CHANSON CHAÂBI
Publié dans Liberté le 12 - 09 - 2009

Une ouverture expéditive sans discours de la ministre de la Culture, sans hommage proprement dit à Hadj M'rizek et une entrée sans transition dans le vif du sujet. Ce sont-là les principaux faits de la soirée de mercredi, coïncidant avec le coup d'envoi de la 4e édition du Festival national de chanson chaâbie.
C'est mercredi dernier que le coup d'envoi de la 4e édition du Festival national de la chanson chaâbie a été donné, dans l'antre de Bachtarzi, pour se poursuivre jusqu'au 15 septembre. En présence de la ministre de la Culture, d'un grand nombre d'artistes et de fins mélomanes, cette ouverture qui devait rendre hommage à Hadj M'rizek a été expéditive et marquée par une grande monotonie.
En effet, bien que dédié à Hadj M'rizek, le festival n'a pas rendu hommage à ce dernier, car, d'après l'organisation, l'association les Amis de la Rampe Vallée a déjà organisé une journée spécialement dédiée à l'artiste, au début du mois courant ; toutefois, ceci est tout de même troublant, car ce n'est vraiment pas cohérent de dédier une édition à quelqu'un et de ne rien prévoir en son honneur. Le festival rendra également hommage aux cheikhs Amar Lachab et Hassen Saïd. Des pensées largement méritées ! Par ailleurs, dans son allocution d'ouverture, le commissaire du festival, Abdelkader Bendamèche, a déclaré : “Les sélections des trente concurrents qui vont se produire tout au long du festival se sont articulées autour de deux étapes : une première en mars dernier, durant laquelle nous avons enregistré 321 participants en provenance de 24 wilayas. Puis, il y a eu les demi-finales en juillet dernier. Sur les 83 que nous avions retenus, nous avons sélectionné les 30 finalistes.” M. Bendamèche a également salué l'initiative de l'institutionnalisation d'un tel festival, tout en rappelant les deux nouveautés de cette édition : l'organisation de journées de formation grâce à l'aide et au soutien de l'Institut national supérieur de musique, ainsi que la présence des éditions Enag avec une expo-vente à l'entrée du TNA.
La ministre a délégué
M. Bendamèche d'annoncer l'ouverture officielle de cette édition. Après la présentation du jury et à sa tête Boudjemaâ El Ankis comme président — et qui sera secondé par cinq autres personnes, notamment le chanteur et ancien maestro de l'orchestre de la radio algérienne Cheikh Tahar Ben Ahmed, le chanteur et actuel maître de l'orchestre de la radio Abdelkader Rezkellah, le chercher et poète Abderrahmane Aïssaoui, le musicien, chercheur et universitaire Mohamed Hmaïdia, et le chercheur et auteur Mohamed Touzout — place à la compétition, avec les prestations de quatre premiers finalistes, dont le tour de chant devait durer quinze minutes pour chacun. Le premier à se jeter dans l'arène a été Zoheir Aït Kaci d'Alger qui, drapé d'un bel habit traditionnel, a fait une prestation correcte et bien maîtrisé son texte malgré le stress, largement perceptible, notamment dans son intonation. Vint ensuite le tour de Mohamed Khoulali de Tizi Ouzou, qui a fait une remarquable prestation, allant jusqu'à faire chanter son mandole.
En effet, il a joué de cet instrument comme d'autres joueraient à la guitare électrique, avec une maîtrise rare et un sens du rythme assez intéressant. Et bien qu'il n'ait pas porté une tenue traditionnelle, comme le reste de ses camarades, il a superbement assuré son tour de chant, notamment en reprenant la célébrissime Mmi Azizen, d'El Hadj M'hamed El Anka. Hind Abdelli de Mostaganem a préféré interpréter du mdih à la gloire du Prophète Mohammed (QSSSL), avec la chanson Manourak Alam Belfdjar, du poète Benmeseyeb, mais son interprétation s'apparentait plus à de l'andalou qu'à du chaâbi. Le dernier concurrent de la soirée a été Belkacem Bourai de Béjaïa, qui a fait une prestation correcte.
Après la compétition, place à la détente, avec une lecture du poème de Belkacem Oueld Saïd intitulé Kifach Hilti ya nassi, devenu célèbre grâce à l'interprétation de notamment Hadj M'rizek et d'El Hachemi Guerouabi. Cette lecture a été dispensée par le commissaire du festival. Artistes accomplis, les lauréats des trois précédentes éditions, Mohamed Réda Charf, Abdelhak Bourouba et Youcef Benyeghzer, ont animé la deuxième partie de cette première soirée qui a laissé le public sur sa faim et qui avait comme un goût d'inachevé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.