Feux de forêt: le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue palestinien    Goudjil salue le grand intérêt qu'accorde le Président de la République au dossier de la Mémoire    Feux de forêt: le secrétaire général de la Ligue arabe présente ses condoléances à l'Algérie    Jeux de la Solidarité Islamique: l'Algérie décroche dix médailles en Kick-boxing, dont cinq ce jeudi    Manchester United: l'hypothèse Dortmund pour Ronaldo    Congrès de la Soummam: un dispositif de génie pour assurer la plus grande sécurité    Congrès de la Soummam: Un "saut qualitatif" dans la conduite de la Révolution    Feux de forêt : le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue tunisien Kaïs Saïed    Tennis / Tournoi international ITF (U14): l'Algérienne Badache sacrée à Tunis    Le Premier ministre se rend à El-Tarf    Feux de forêts: le Haut commandement de l'ANP mobilise des hélicoptères    Une délégation du Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies reçue à Alger    "Section Aéroportée 2022": exécution de l'épreuve du Biathlon    Industrie pharmaceutique: Benbahmed aborde avec des experts de l'UA les opportunités de coopération    Le monodrame "Gilgamesh, comme vous en avez jamais entendu parler" présenté à Alger    Déclarations algérophobes de Raïssoui : des "divagations infâmes" étrangères à l'unité des rangs    «Les Palestiniens, spectateurs et acteurs de leur... propre extinction ?»    Faible impact    Agriculture et développement rural: Aperçu historique sur l'évolution du foncier agricole en Algérie à travers les âges    Démographie et procréation    Les habitants de la corniche endurent le calvaire: Embouteillages, tension sur les transports, diktat des «clandestins»    Aïn El Beïda: La ligne 28 prolongée jusqu'à la cité 2000 logements    ONE, DEUX, TROIS... TAHIA L'ALGERIE !    Gara-Djebilet: L'exploitation de la mine de fer a commencé    Ligue 2: Préparation de la nouvelle saison    Le courage de vivre    L'esprit des comportements    Incorrigible Makhzen!    La presse marocaine prend le relais    Dix-sept morts après des frappes turques dans le nord    La recherche scientifique est la seule voie    «Le bien-être individuel est lié à l'action collective»    La justice rouvre de nombreux dossiers    Le Maroc c'est toujours... kif-kif    «Il faut revoir la gestion des ports de pêche»    Fin de mission pour les administrateurs    Afrique nous voilà!    Algérie-Brésil en France?    Lagraâ veut partir    Et de trois pour Syoud!    «Raïssouni se trompe de cible»    Demain, l'ascension d'Azrou N'Thor    «Décoloniser la préhistoire algérienne»    Tebboune présente ses condoléances    Céréaliculture: rappel aux producteurs l'obligation de livrer leurs récoltes aux CCLS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    15 pays y prennent part    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le cinéma algérien à l'honneur
OUVERTURE DES PREMIÈRES JOURNEES CINEMATOGRAPHIQUES D'ALGER
Publié dans Liberté le 05 - 10 - 2009

Avant-hier soir, la salle Ibn Zeydoun (Riadh El-Feth) a abrité l'ouverture des premières Journées cinématographiques d'Alger, qui sont organisées par l'association À nous les écrans, en partenariat avec l'Oref et avec le soutien du ministère de la Culture, avec la projection d'un court métrage et d'un documentaire.
Au programme de cette ambitieuse manifestation qui s'étalera jusqu'au 7 octobre, quatre longs métrages, quatre courts métrages et huit documentaires. Pour l'inauguration de ces journées, Salim Aggar, le président de l'association, a prononcé quelques mots, remerciant ainsi ses sponsors et saluant les efforts de toute l'équipe qui a travaillé pour la tenue de ces journées, notamment le directeur artistique, Mehdi Benaïssa.
Salim Aggar a ensuite présenté, non sans grande émotion, les invités au grand complet, notamment le président du jury du concours du scénario (lancé en mai dernier par l'association), Slimane Benaïssa, l'universitaire algérien Mohamed Bensalah et le réalisateur égyptien Ahmed Atef (tous deux membres également du jury), le réalisateur et comédien marocain Mohamed Nadif, la réalisatrice française Hélène Chauvin, le producteur de documentaires palestinien Nizar Hassan et le Jordanien Montasser Marai. Place au cinéma ensuite avec d'abord la projection du court métrage de 14 minutes Clan destin. Cette coproduction algéro-française, réalisée en 1999 par Abdelhamid Krim, s'intéresse au phénomène des harraga, puisqu'il est question de quatre amis qui vivent à Oran, qui passent leurs journées sur la jetée du port et qui ne rêvent que de traverser la Méditerranée. Incarnée entre autres par Lyes Salem et Athmane Bendaoud, cette fiction met en scène quatre amis qui trouvent enfin le moyen de quitter le bled de sortir de leur inertie : faire du chantage à un marin, qui accepte résigné de les aider dans leur traversée. Mais les choses ne se passent pas comme prévu, car chacun à une petite vie déjà, et l'un d'entre eux doit impérativement dire adieu à sa bien-aimée avant de partir. Ce court métrage, qui représente un des premiers films sur le phénomène des harraga, est à la fois touchant et déstabilisant, créant ainsi un certain inconfort surtout dans la manière de filmer ses personnages, au plus près des corps et des visages. Les angles que choisit de filmer le réalisateur placent le spectateur dans l'attente, engendrant par là une certaine frustration. Bien que les personnages n'avouent pas clairement celle-ci, elle est largement perceptible dans le côté technique. En deuxième partie, l'assistance a eu droit à la projection du documentaire Panorama du cinéma algérien : de 1966 à 2008. Réalisé par Salim Aggar, ce docu passe en revue une partie de l'histoire du cinéma algérien, avec parfois des interviews de réalisateurs, notamment de Mohamed Lakhdar Hamina et de Youssef Chahine, qui a entre autres témoigné de sa période algérienne, représentée par les films le Moineau et le Retour de l'enfant prodigue. Il est également question dans ce docu de rappeler certains grands films algériens qui ont marqué les esprits et influencé des générations, notamment Hassan Terro, avec l'inégalable Rouiched et la grande Keltoum, Chroniques des années de braise, de Mohamed Lakhdar Hamina (palme d'or à Cannes en 1975), Omar Gatlatou, de Merzak Allouache, l'Opium et le bâton, d'Ahmed Rachedi, les Vacances de l'inspecteur Tahar, de Moussa Haddad, le Clandestin, de Benamar Bakhti, Rachida, de Yamina Bachir Chouikh, l'Epopée de cheikh Bouamama, de Benamar Bakhti, Viva Laldjérie, de Nadir Moknèche, ou encore Il était une fois dans l'oued, de Djamel Bensalah, et Bab el Oued City, de Merzak Allouache. Ce documentaire de 52 minutes passe en revue donc une partie du cinéma algérien et s'intéresse également aux coproductions, notamment entre l'Algérie et la France. Cependant, le film ne comporte aucun commentaire et une seule interview (avec Mohamed Lakhdar Hamina), ainsi qu'un extrait d'une conférence de presse de Youssef Chahine.
Il ne donne que peu d'éléments sur les films, omettant même de mettre les dates. En dépit de ces imperfections, “Panorama du cinéma algérien : de 1966 à 2008” rend hommage aux faiseurs du cinéma d'autrefois, dans l'éventuel, voire hypothétique espoir qu'un jour le cinéma algérien puisse renaître, retrouvant par là sa place sur la scène internationale.
Sara Kharfi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.