Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Les questions de mémoire, la situation en Libye et au Sahel: Tebboune reçoit un appel de Macron    Crise libyenne: Entre ingérences étrangères et hypocrisie    Covid-19: Durcissement des mesures de confinement    AVEU    La maladie et le mal inné    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    Le coup de gueule du Dr Bekkat Berkani !    434 nouveaux cas et 8 décés en 24 h    Les Algériens non concernés    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Affaire Hannachi/Mellal : Le président de la JSK écope de 2 mois de prison ferme    Congrès extraordinaire du FFS: élection des nouveaux membres de l'Instance présidentielle du parti    Afrique: la Covid-19 aggrave la situation des réfugiés menacés par la faim et la malnutrition    Alger: interdiction du transport urbain collectif public et privé durant les week-ends    FAF-ANEF: quatre conférences en ligne au programme en juillet    FMI: la dette publique mondiale atteindra un pic historique en 2020    Covid19: 434 nouveaux cas, 487 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Covid-19: plus de 2.700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    Déclarations glorifiant le colonialisme: les Algériens ne doivent "absolument pas tomber" dans le jeu    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    PRODUITS PHARMACEUTIQUES : L'ARAV prescrit l'arrêt immédiat des campagnes publicitaires    MASCARA : Des terres agricoles détournées de leur vocation    TISSEMSILT : La CNAC à l'écoute des citoyens    MONTAGE AUTOMOBILE EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie apporte des précisions    DEFENSE : Le général-major Tlemçani à la tête de la 4ème région militaire    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES : Un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes    Cheb Khaled rêve d'un Maghreb Uni !    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Covid-19 à Oran : malgré la hausse du nombre des contaminés, les gestes barrières ne sont pas respectés    Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de la persistance des voix des nostalgiques de la colonisation    Syrie: l'aide transfrontalière de l'ONU suspendue à une décision russe    La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, la résurgence du Covid-19 inquiète    Sétif : protestation des agents de la direction de réalisation des projets de l'ERGR Aurès pour des salaires impayés    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Rachad, les harragas et la décennie noire    Se sauver ou sombrer    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    "J'ai fait l'objet d'une méchanceté gratuite"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    La FAF tranchera le 15 juillet    Libye : Le chef de l'ONU dénonce une «interférence étrangère» sans précédent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le droit de dire la douleur individuelle
Colloque international sur “le sujet en souffrance”
Publié dans Liberté le 07 - 12 - 2009

“Dans le sujet en souffrance, il y a une idée d'attente de quelque chose qui doit arriver. Une souffrance, lorsqu'elle est entendue par l'autre, devient humaine.” Cette phrase, prononcée au Palais de la culture (Alger), par une psychologue, résume à elle seule toute la problématique entourant un phénomène qui est au centre des préoccupations théoriques de la psychologie et de la psychanalyse, ainsi que de la pratique clinique. Ce phénomène a justement été approché hier par des spécialistes participant au colloque international consacré aux personnes en souffrance, qui s'achèvera aujourd'hui. Organisée conjointement par l'Association pour l'aide, la recherche et le perfectionnement en psychologie (SARP), l'Association française Nour, le service des urgences psychiatriques de l'hôpital Maillot et l'Association algérienne Amine, la rencontre s'est néanmoins distinguée par son caractère pluridisciplinaire, réunissant outre les professionnels de la santé mentale des deux rives de la Méditerranée, des écrivains, des historiens et des linguistes nationaux. “Nous voulions associer au débat d'autres disciplines, car les psychologues et les psychiatres ne sont pas les seuls à s'intéresser à la question de la souffrance”, a dévoilé hier la présidente de la SARP, Rafika Hafdallah. D'autres membres de cette association ont, en revanche, abordé la particularité de la société algérienne, rappelant que “la montée des intégrismes religieux et l'envahissement du champ des sciences sociales par le cognitivo-comportementalisme” ont en commun “le déni de l'individu en tant que sujet”. Ils ont également noté l'important recours à la psychologie et la psychiatrie, notamment après les massacres collectifs des années 1990, les inondations de Bab El-Oued en novembre 2001, le séisme de Boumerdès en mai 2003 et plus récemment, fin 2008, après les inondations de Ghardaïa.
Pour rappel, la SARP a développé depuis 1998, avec ses partenaires, des réseaux national et international, initiant ainsi des programmes d'intervention et d'aide aux populations en détresse, victimes de violences humaines et de catastrophes naturelles. Depuis le tremblement de terre de 2003, elle s'est engagée dans un partenariat avec l'Association Nour et le service des urgences psychiatriques de BEO qui a permis aux différentes parties de développer les échanges d'expériences et de pratiques, et d'initier des programmes de formation et de supervision. Sept ans après, les trois partenaires organisent un colloque destiné à replacer “le sujet en souffrance au centre de (leur) réflexion et de (leur) expérience commune”. “Nous souhaitons que le travail commencé en 2003 puisse se développer de façon régulière”, a indiqué le président de l'Association Nour, Rachid Guenoun. Selon lui, il est nécessaire de “travailler les propres souffrances” des professionnels de la santé mentale pour permettre à ces derniers d'être “plus présents dans la souffrance de leurs patients”, c'est-à-dire plus percutants dans leur aide envers les handicapés, les traumatisés et les victimes de violence diverses. “Quand le mal est entouré de silence, il immobilise le patient et freine son dynamisme. Il l'empêche surtout d'exprimer son droit de parler, son droit de dire. Or, si les professionnels ne sont pas aidés, ils aideront moins leurs patients”, a souligné M. Guenoun.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.