Documentaire-Hirak: le W.Times avait prédit une riposte de médias dérangés par la démarche du président    Vers le retour des cadres et militants exclus    Polémique entre la défense et la Cour de Tipasa    "Kamel-eddine était sincère, franc et courageux"    De nouvelles négociations en cours : L'OPEP veut prolonger les réductions jusqu'à fin 2020    Détention préventive pour le propriétaire d'une laiterie    Politique industrielle : Ferhat Aït Ali décline les nouvelles règles à l'Assemblée nationale populaire    Une politique budgétaire incohérente    Le Brent à 34 dollars à Londres    Le projet Safir opérationnel en Algérie    Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Les talibans revendiquent une première attaque    Après la mort d'un homme noir aux mains de la police : Des manifestations à Minneapolis et un commissariat incendié    6 morts dans l'explosion d'une centrale hydroélectrique    La famille d'un passeur tue 30 migrants en Libye    La colère sociale embrase plusieurs villes tunisiennes    Confrontation Halfaya – Saâdaoui lundi    La maquette du projet immobilier «JSK Tower» dévoilée    L'Algérie sur le podium    Ahmad Ahmad : "Nous ne pouvons pas encore nous prononcer"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Biskra : Suspension du maire de Chetma    Oran : Des décisions pour relancer le secteur du logement    8 décès et 137 nouveaux cas en 24 heures    Un plan pour Souk Ahras    Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste    Rencontres Cinématographiques de Béjaia : Appel a films au RCB 2020    «Il est très important de préserver au-delà des frontières notre beau patrimoine musical andalou»    Le Fifog reporte une partie de son édition à l'automne    Tensions entre Alger et Paris    La scène, ce reflet de la société    Deux trafiquants de kif et psychotropes sous les verrous    Confinement: Les commerçants appellent à l'allégement des mesures    Valse des entraîneurs: La Tunisie et l'Algérie sur le podium !    PETITE PRESSION, GRAND CHANTAGE    Le rationnement de l'eau du robinet est de retour: Une nouvelle plage horaire de 18 heures dès demain    Les mercenaires cathodiques    Football - Affaire de l'enregistrement audio: Ce qu'il faut savoir sur le dossier    Levée de confinement: Le début de la fin ?    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    Des instructions pour accélérer la cadence des travaux    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    DERNIER MEMBRE EN VIE DU GROUPE DES 22 : Le président Tebboune reçoit Othmane Belouizdad    Le massacre des Ouffia à El-Harrach (Alger): un crime qui révèle la barbarie de la France coloniale    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FLN, la repentance et le pétrole
Publié dans Liberté le 21 - 12 - 2009

À entendre Belkhadem, on pourrait croire que le FLN va repartir en guerre contre la France. À la réunion, hier, de la commission de préparation du neuvième congrès du “parti unique”, son secrétaire général a, une nouvelle fois, revêtu le costume du rédempteur qui doit contraindre l'ancienne métropole à “présenter ses excuses” au peuple algérien et à l'“indemniser”.
Depuis le temps que la demande de “repentance” joue les fonds de commerce à usage politique interne, il serait peut-être temps de poser la question qui découle naturellement de cette exigence, trop récurrente pour en rester encore à l'état de simple réclamation. En d'autres termes, jusqu'à quelle initiative les dirigeants nationaux en général, et ceux d'entre eux, en particulier, qui, comme Belkhadem, en ont fait un moyen de harangue, peuvent-ils aller pour imposer le repentir de l'ancienne puissance coloniale ?
Sarkozy a clairement déclaré, et à Alger, lors de son dernier séjour chez nous le 10 juillet 2007 : “Je ne veux pas de repentance envers l'Algérie.” À ce qu'on sait, il est toujours président de la République française. À partir de là, ou on en fait un préalable à la normalisation des relations bilatérales ou on poursuit des rapports sans conditions avec l'Etat en question.
Si le FLN de Belkhadem était en mesure de porter aujourd'hui de vraies causes, cela se serait su. On l'aurait su dans les années 1990 quand il commençait à composer avec un islamisme belliqueux, conduisant le pays au compromis historique et antirépublicain qui, aujourd'hui, impose une redirection historique au pays ; on l'aurait su quand il fallait relever le défi face à un Iran avec lequel il traitait en bonne… intelligence pendant que les mollahs lançaient leurs têtes de pont terroristes contre notre pays ; on l'aurait su, ces jours-ci, alors que ses parrains égyptiens de la vingt-cinquième heure traînent les symboles du FLN véritable dans les rues boueuses et poussiéreuses du Caire. Coquille politiquement vide pour un personnel politique dévoué au système rentier, il continue à s'approprier l'héritage révolutionnaire de l'Algérie pour s'en légitimer ! La question de la repentance est assez sérieuse pour la réduire en objet de bravades pour tribunes organiques ou électorales ou en sujet de tartarinades visant à compenser les carences d'imagination politique.
Il n'y a même pas à craindre pour la paix algéro-française, Belkhadem et ses auxiliaires n'ayant rien à voir avec les “vingt-deux” du CRUA. Au lieu de se retourner contre Paris en boycottant, par exemple, ses hôtels, ses hôpitaux, ses banques et ses boutiques, c'est à nous qu'on s'adresse pour nous faire la leçon de l'exigence patriotique, alors même que les intérêts français n'ont jamais été aussi bien servis ! Le jour même où Belkhadem surenchérissait, ajoutant l'exigence d'indemnisation à celle de la repentance, l'Algérie attribuait, au cours d'une séance d'ouverture de plis, sous l'égide d'un autre ministre, un périmètre pour la recherche et l'exploitation du pétrole à un consortium français composé de Total et Partex et un autre à un consortium international comprenant, entre autres compagnies, la française GDF.
La simultanéité du propos et de l'acte marque le contraste entre la vanité du verbe et l'éloquence du geste. Dans tout ce que fait le régime.
M. H.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.