Afin de mettre fin à la crise : "La tenue de l'élection présidentielle est primordiale" affirme Gaïd Salah    Justice : Report du procès de l'homme d'affaires Ali Haddad au 3 juin prochain    Bensalah à l'occasion de la Journée nationale de l'étudiant : "La réussite de la transition exige d'immenses efforts de tous"    Réunion des membres du JMMC à djeddah : Engagement pour un marché équilibré du pétrole    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    La liste des arrestations toujours ouverte    Le mouvement populaire se mêle de tout    50.000 hectares accordés au groupe Haddad à El Bayadh récupérés    Vodafone : Le groupe baisse son dividende pour contenir sa dette    Canada : Le pétrole de l'Alberta va-t-il raviver la flamme indépendantiste au Québec ?    Un fléau politique    On prépare "l'électricité" estivale    Décantations, surdéterminations idéologiques, sous estimations sociologiques    L'appel des trois suscite toujours des réactions    Les craintes d'un conflit toujours vives    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    Y aura ou non une guerre au Venezuela ? : La grande question que tout le monde se pose en ce moment    12 jihadistes présumés tués dans des opérations de police    Les Palestiniens rejettent la conférence de Bahreïn    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Chettih fait les éloges de Cherrad    Ghoulam et Ounas retenus    Une tradition ramadhanesque pour resserrer les liens de fraternité    Le MCO veut refaire à l'USMA le coup de... 1983    Précisions de Miloud Iboud    Le pire a été évité    Trois ans pour le faussaire    Mort par électrocution d'un employé de Sonelgaz    Bedoui annonce de nouvelles mesures    Ils sont le "phénomène" de la protesta    La mascotte officielle dévoilée    Adrar : "Tekerkeba", un rite spécial Ramadhan encore préservé    Une expérience de jazz algéro-polonais    Al Jahidh, écrivain encyclopédiste arabe hors pair du 8ème et 9ème siècle    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    La nouvelle scène Chaâbi continue d'animer Alger    Hausse de 7 % au 1er trimestre 2019    Appel à la démission de Mouad Bouchareb    Le Barça n'avait jamais laissé le Real aussi loin derrière    Report du procès de l'homme d'affaires Ali Haddad au 3 juin prochain    CLASSEMENT ANNUEL ETABLI PAR L'HEBDOMADAIRE JEUNE AFRIQUE : Le Peuple algérien le plus influent d'Afrique    Constantine et Skikda : Les universitaires célèbrent le 19 Mai dans la rue    Les étudiants marchent dans des rues quadrillées    Réflexion et débats au programme à Oran    Le NAHD dans tous les esprits    Manœuvres saoudiennes et émiraties    Cheveux d'ange au miel    Tajine malsouka au poulet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FLN, la repentance et le pétrole
Publié dans Liberté le 21 - 12 - 2009

À entendre Belkhadem, on pourrait croire que le FLN va repartir en guerre contre la France. À la réunion, hier, de la commission de préparation du neuvième congrès du “parti unique”, son secrétaire général a, une nouvelle fois, revêtu le costume du rédempteur qui doit contraindre l'ancienne métropole à “présenter ses excuses” au peuple algérien et à l'“indemniser”.
Depuis le temps que la demande de “repentance” joue les fonds de commerce à usage politique interne, il serait peut-être temps de poser la question qui découle naturellement de cette exigence, trop récurrente pour en rester encore à l'état de simple réclamation. En d'autres termes, jusqu'à quelle initiative les dirigeants nationaux en général, et ceux d'entre eux, en particulier, qui, comme Belkhadem, en ont fait un moyen de harangue, peuvent-ils aller pour imposer le repentir de l'ancienne puissance coloniale ?
Sarkozy a clairement déclaré, et à Alger, lors de son dernier séjour chez nous le 10 juillet 2007 : “Je ne veux pas de repentance envers l'Algérie.” À ce qu'on sait, il est toujours président de la République française. À partir de là, ou on en fait un préalable à la normalisation des relations bilatérales ou on poursuit des rapports sans conditions avec l'Etat en question.
Si le FLN de Belkhadem était en mesure de porter aujourd'hui de vraies causes, cela se serait su. On l'aurait su dans les années 1990 quand il commençait à composer avec un islamisme belliqueux, conduisant le pays au compromis historique et antirépublicain qui, aujourd'hui, impose une redirection historique au pays ; on l'aurait su quand il fallait relever le défi face à un Iran avec lequel il traitait en bonne… intelligence pendant que les mollahs lançaient leurs têtes de pont terroristes contre notre pays ; on l'aurait su, ces jours-ci, alors que ses parrains égyptiens de la vingt-cinquième heure traînent les symboles du FLN véritable dans les rues boueuses et poussiéreuses du Caire. Coquille politiquement vide pour un personnel politique dévoué au système rentier, il continue à s'approprier l'héritage révolutionnaire de l'Algérie pour s'en légitimer ! La question de la repentance est assez sérieuse pour la réduire en objet de bravades pour tribunes organiques ou électorales ou en sujet de tartarinades visant à compenser les carences d'imagination politique.
Il n'y a même pas à craindre pour la paix algéro-française, Belkhadem et ses auxiliaires n'ayant rien à voir avec les “vingt-deux” du CRUA. Au lieu de se retourner contre Paris en boycottant, par exemple, ses hôtels, ses hôpitaux, ses banques et ses boutiques, c'est à nous qu'on s'adresse pour nous faire la leçon de l'exigence patriotique, alors même que les intérêts français n'ont jamais été aussi bien servis ! Le jour même où Belkhadem surenchérissait, ajoutant l'exigence d'indemnisation à celle de la repentance, l'Algérie attribuait, au cours d'une séance d'ouverture de plis, sous l'égide d'un autre ministre, un périmètre pour la recherche et l'exploitation du pétrole à un consortium français composé de Total et Partex et un autre à un consortium international comprenant, entre autres compagnies, la française GDF.
La simultanéité du propos et de l'acte marque le contraste entre la vanité du verbe et l'éloquence du geste. Dans tout ce que fait le régime.
M. H.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.