L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Alger et l'équation africaine    "Le Monde" apporte de nouveaux éléments confirmant l'implication du Maroc    La course au titre s'intensifie    Une autre journée riche en échec !    Messaoudi creuse l'écart en tête    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    L'urgence de numériser le secteur de la santé    Deux femmes retrouvées calcinées dans leur domicile    Le deux poids, deux mesures de Paris    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Retrouvailles inédites Alassane Ouattara-Laurent Gbagbo    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    La chanteuse franco-algérienne Lolo Zouaï interprète son nouveau single dans la série Ctrl de Vevo    Henri Vernes, père de l'aventurier Bob Morane    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    Fermeture des plages et des lieux de détente    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sidi Bel-Abbès - Manque d'oxygène : le pire évité de justesse    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Grandiose mobilisation à Tizi Ouzou    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    La Champions League s'éloigne    Une feuille de route pour la Tunisie    Si seulement on avait écouté le professeur    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sellal : “Le coût représente près de 2 milliards de dollars”
Acheminement de l'eau potable à Tamanrasset
Publié dans Liberté le 06 - 04 - 2010

Quarante-huit forages, une nappe, qui sera reliée à In Salah par une conduite de 100 kilomètres, ensuite de In Salah à Tamanrasset. Il existe également deux conduites parallèles de 450 km chacune. Au niveau de ces conduites, il y a des stations de pompage, une station de déminéralisation, deux réservoirs géants de 50 000 m3 chacun et un apport en eau pour la ville de Tamanrasset d'ici fin novembre 2010 de 100 000 m3 jour.
Voilà donc le mégaprojet cher au ministre des Ressources en eau, Abdelmalek Sellal, et qui fera de la capitale du sud du pays une ville qui n'aura plus jamais soif. En effet, Abdelmalek Sellal, en visite dans la wilaya de Tamanrasset, n'a pas manqué de faire savoir qu'il ne s'agit pas d'un petit projet qui va s'étaler sur les dix ou quinze années à venir, mais bel et bien d'un projet, dira-t-il, “à vie”. “Le projet dans sa globalité est à 70% de finalisation. Un projet destiné à mettre un terme au problème de l'eau potable dans la wilaya de Tamanrasset non seulement pour les dix ou quinze années à venir ; cela dit, il ne s'agit pas là de l'unique projet dont bénéficiera la wilaya. Il y a aussi un projet de réalisation de 24 nouveaux forages, ceci en plus de superviser la qualité de l'eau continuellement. Dans ce sens, il y a actuellement une étude en cours dans le but de moderniser et de renouveler les équipements de tout le réseau d'assainissement de la ville de Tamanrasset”, a indiqué le ministre. Pour ce qui est du coût du projet en question, les chiffres semblent en ascension permanente par rapport au coût initial. Prévu pour 1,2 milliard de dollars, le projet d'acheminement de l'eau potable de In Salah à Tamanrasset est en passe d'atteindre les 2 milliards de dollars, comme l'a indiqué Sellal qui insistera, à cette occasion, sur le fait que l'Etat est prêt à investir encore plus pour la population de Tamanrasset si cela s'avère nécessaire. “Jusqu'à présent, le coût du projet s'élève à 190 milliards de dinars, ce qui représente près de 2 milliards de dollars et nous sommes prêts à débourser encore plus s'il le faut, car nous tenons à ce projet afin d'assurer de l'eau potable aux habitants de la région”, ajoutera M. Sellal. D'ailleurs, il a répondu à ceux qui ont douté quant à la réalisation de ce mégaprojet. “Certains pensaient que ce projet était impossible à réaliser, que cela relève du miracle ; aujourd'hui on constate que les travaux avancent et que les délais imposés sont respectés”, a encore ajouté le ministre. Lors de cette visite, M. Sellal a longuement insisté auprès des maîtres d'ouvrage chinois et algériens sur le respect des délais, c'est-à-dire avant novembre 2010. Aussi, M. Sellal a exigé auprès des entreprises un équipement de grande qualité, quitte à payer encore plus cher, car dira-t-il, dans cette région du pays, aucune erreur n'est tolérée. “Il n'est pas question de rétrograder la qualité de l'équipement, même s'il faut payer encore plus cher. Les Chinois nous les avons encouragés à continuer malgré le retard enregistré dans la réalisation. Toujours est-il, nous resterons intransigeants en matière de qualité de l'équipement”, a-t-il dit. Ainsi, M. Sellal a convié tous les responsables en relation avec le projet à une réunion de travail afin de faire le point et une autre cette fois à Alger, la semaine prochaine. “Une réunion à la fin de la semaine est prévue à Alger et regroupera les maîtres d'ouvrage et les bureaux d'études en charge du projet (Suisse et Français) pour plus de concertation. Ce que nous leur demandons, c'est de travailler avec le même rythme”, conclura le ministre.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.