Journée internationale de la femme: Message du Président de la République    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Lutte contre la Covid-19 : Une plateforme pour assurer la «vaccinovigilance» à l'EHU d'Oran    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Cyberciminalité: l'Algérie candidate à la présidence du Comité internationale    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    Les attributaires du périmètre «Maâder» se plaignent du manque d'électricité    Un texte d'un «autre temps»    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Benlamri buteur et Slimani passeur    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les tribunaux paralysés
Journée de protestation des avocats
Publié dans Liberté le 07 - 11 - 2002

Toutes les activités pénales, prévues hier dans l'ensemble du pays, ont été reportées.
Toutes les cours et tous les tribunaux du pays ont été paralysés, hier, suite à la grève déclenchée par les robes noires, et dont le mot d'ordre a reçu un large écho auprès de la corporation. Les audiences ont été reportées et les avocats ont observé des piquets de grève dans les cours et les tribunaux. Visiblement, jamais mouvement de protestation des robes noires n'a été aussi suivi.
Ainsi à Alger, toutes les affaires qui devaient être jugées, hier, ont été reportées. Aucune activité n'a eu lieu, y compris les présentations des prévenus ayant réclamé la présence de leurs mandants devant les juges d'instruction.
Le bâtonnier national, Me Sellini, a animé un point de presse improvisé au siège du bâtonnat d'Alger. “Nous observons cette journée de protestation conformément à la décision du conseil de l'union (ensemble des bâtonniers) et bien entendu suite aux graves violences qui ont été portées contre nos confrères de Tizi Ouzou”, nous a expliqué Me Sellini qui a considéré, par ailleurs, que “la violence contre les avocats comme un dommage considérable porté aux droits de la défense et à la liberté d'expression”. Il a indiqué, à ce propos, que “l'avocat est protégé par l'immunité lorsqu'il porte la robe”. “Plus grave encore, ajoute le bâtonnier national, les violences sont venues toucher le principe sacro-saint de l'inviolabilité du tribunal. Dans cet espace, seule l'autorité judiciaire est souveraine, tous les autres pouvoirs, y compris la sécurité, doivent s'écarter. C'est une atteinte à la hiérarchie des pouvoirs qui place le judiciaire au-dessus de tout le monde”.
Le bâtonnier national espère que ce précédent, depuis l'indépendance, sera aussi le dernier.
Par ailleurs, des preuves et les rapports des avocats ayant subi des violences ont été réunis et envoyés au président de la République.
À Béjaïa, tous les avocats ont observé la grève et toutes les affaires inscrites dans les différentes juridictions ont été reportées. Par ailleurs, au chef-lieu, un sit-in a été observé à l'intérieur du tribunal.
“Encore une fois, le pouvoir vient de dépasser les limites en s'attaquant à la corporation. Nous sommes déterminés à ne pas céder à ce genre de provocation”, déclare Me Djenadi Mohand Saïd, un avocat de la région.
À Tizi Ouzou, la protestation a été largement suivie d'autant que c'est en solidarité avec les avocats de cette ville que le mouvement national a été déclenché. Les 7 tribunaux relevant de la cour de Tizi Ouzou ont été paralysés. “Ce n'est pas une journée de solidarité seulement, c'est aussi une action de protestation et de dénonciation des graves dépassements qui ont visé la profession. Nous voulons que le pouvoir et les policiers puissent comprendre que la franchise du tribunal est sacrée”, estime Me Hanoun, un jeune avocat du bâtonnat de Tizi Ouzou. Les membres de la corporation à Oran ont, eux aussi, observé l'action de protestation à 100 %. “Nous sommes aussi touchés par ce qui a été fait à nos collègues de Tizi Ouzou”, déclare le bâtonnier lors d'un rassemblement à la cour d'Oran.
Les activités de la cour et des tribunaux de la wilaya de Boumerdès ont été gelées au cours de cette même journée. Aucune audience pénale n'a eu lieu. Les avocats se disent solidaires avec leurs confrères de Tizi Ouzou.
À Constantine, aussi, les avocats ont répondu favorablement à l'appel du bâtonnat national. Pour les robes noires de cette wilaya, “les éléments des forces de sécurité n'ont fait, à Tizi Ouzou et ailleurs, qu'obéir à des ordres donnés et que dans ce cas-là, les autorités concernées doivent prendre conscience que l'ère de l'impunité doit prendre fin et qu'on ne peut continuer à porter des coups à ce peuple n'importe où et n'importe quand”.
Bien entendu, toutes les affaires enrôlées pour les audiences d'hier à Constantine ont été reportées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.