Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    Le vieux de mon village    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Un Palestinien tombe en martyr    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les cours et tribunaux paralysés
GRÈVE DES AVOCATS
Publié dans L'Expression le 11 - 06 - 2007

La tendance est pour une grève illimitée si le ministère ne décide pas de tenter un signe d'apaisement.
Les avocats ont débrayé hier. Au Palais de justice Abane- Ramdane d'Alger, aucun procès n'a eu lieu. Même celui de Redouane Osmane et quatre de ses collègues, des enseignants syndicalistes poursuivis en justice. Même constat à travers les autres régions du pays où le mot d'ordre des robes noires a été massivement suivi. C'est la contre-attaque de la défense, prévue et devenue effective après n'avoir été qu'une menace. Le risque de geler les tribunaux et les cours a été annoncé, lors d'un point de presse, tenu le 29 mai dernier, dans l'enceinte du Palais de justice. D'un ton loin d'être conciliant, soutenu par l'ensemble des robes noires, Abdelmadjid Silini annonça le mot d'ordre: une grève nationale le 10 juin. Les avocats ont mal calculé! Ils avaient pensé que le laps de temps allant du 29 mai au 10 juin allait pousser les responsables de tutelle à éviter le débrayage. Néanmoins, aucune bonne nouvelle n'a été en mesure de rassurer les avocats. Résultat: le mot d'ordre de la grève a été maintenu et, par ricochet, les tribunaux et les cours ont été carrément gelés hier. Seul le procès de l'avocat de Remchi (Tlemcen), poursuivi en justice, s'est déroulé dans la journée d'hier. Il n'est pas le seul. Il figure dans une liste de 39 avocats poursuivis en justice pour, comme chefs d'inculpation, «atteinte au règlement intérieur des résidences pénitentiaires». C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. «Jamais, depuis des années, la défense ne s'est trouvée dans une situation aussi critique», s'insurge, Me Hakim Bekhiti, approché par L'Expression. Entouré par trois de ses collègues, la tendance tourne en faveur d'une grève illimitée. A demi-mots, d'une façon plutôt indirecte, les trois avocats préfèrent jeter la balle à la base qui devra se réunir mercredi en assemblée générale. C'est à Me Sidhoum d'afficher clairement la couleur. «Je crois que c'est un choix inévitable si le ministère n'intervient pas pour apaiser les esprits». En tout cas, le spectre d'une grève illimitée planait déjà bien avant la journée d'hier. Contacté par nos soins, le président de l'Union nationale des barreaux d'Algérie, Abdelmadjid Silini, dira que cette option «est la plus privilégiée des robes noires». La défense «a connu une détérioration grave de ses droits», apprend-on encore de la part de nos interlocuteurs. C'est pourquoi le choix d'aller vers un débrayage ouvert pèse plus lourd sur la balance des choix. Cette question sera soumise à l'examen des 13 barreaux d'Algérie, en réunion jusqu'au 15 du mois en cours à Oran. Il n'y a pas que l'affaire des 39 avocats poursuivis en justice qui provoque les foudres de la famille de la défense. Le différend a bel et bien pris une ride. Il risque de devenir plus aigu que jamais. Autres reproches: «Des greffiers sont instruits à ne plus recevoir et fournir des renseignements aux avocats au niveau des chambres et des sessions», «le courrier de clients présumés est ouvert avant qu'il n'atterrisse chez la défense» et autres réclamations révélées par le délégué des avocats, lors de sa précédente conférence de presse. Grosso modo, il y a bel et bien une «volonté de marginaliser les droits des avocats». Mais quelles pouvaient être les conséquences de ces critiques? Au département de Tayeb Belaïz, c'est le statu quo. Les avocats ont tenté et «réussi», samedi, une autre action au sein de la nouvelle enceinte du Palais de justice du Ruisseau (Alger). Les robes noires d'Alger ont boycotté la session criminelle avec, comme résultat, le renvoi sine die de procès. A en croire les avocats interrogés, hier, par L'Expression, le blocage se situe au niveau de la tutelle. Car, «le procureur général et le président de la cour ont tenté un déblocage de la situation». Toutefois, «ces deux instances dépendent directement de la tutelle, c'est pourquoi leurs tentatives étaient vouées à l'échec», suppose Me Guerrouche Mouloud. Tôt dans la matinée, les amis et sympathisants de la cause des robes noires s'étaient rendus au Palais de justice d'Alger. Tous scandalisés et désabusés. A commencer par les enseignants syndicalistes qui font l'objet de poursuites judiciaires, des délégués du mouvement citoyen de Kabylie et des journalistes à l'instar de Mohamed Benchicou. L'affaire de Redouane Osmane et des trois autres de ses collègues a été également ajournée. Le porte-voix du Conseil des lycées d'Algérie (CLA) estime que le fait de convoquer les enseignants devant la justice le jour du Bac «est un procédé gravissime; j'ai dû demander une autorisation pour venir au procès». Redouane Osmane s'insurge aussi contre ce qu'il appelle «l'inversion de la tendance», c'est-à-dire que «le tribunal administratif est censé protéger les justiciables contre l'administration». En tout cas, les robes noires se réuniront mercredi en AG extraordinaire pour débattre des suites à donner à leur mouvement. Le spectre d'une grève illimitée se précise.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.