JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Aokas, ville morte    Gamouh sera-t-il promu au badge Fifa ?    16 décès et 242 nouveaux cas    Garrido : "Le CRB est un club qui m'intéresse"    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    LDC : Les résultats des matchs de mercredi    Formation de haut niveau    Installation du président de la cour de Saïda...    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Le président Saïed dénonce «une mafia qui gouverne la Tunisie»    Des dizaines de colons prennent d'assaut la mosquée sainte Al-Aqsa    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hamid Grine se dévoile
LE PASSAGE DU JOURNALISME À L'ECRITURE ROMANESQUE
Publié dans Liberté le 21 - 06 - 2011


Le journaliste et écrivain, Hamid Grine, a animé samedi passé, au Centre des loisirs scientifiques (de l'Etablissement arts et culture), une conférence portant sur le passage de l'écriture journalistique à l'écriture romanesque. “Je ne peux expliquer mon passage de l'écriture de presse au roman. Je suis devenu écrivain à défaut de pouvoir écrire ce que je voulais”, a-t-il confié. Et d'ajouter : “Dans le roman, il y a une certaine liberté, c'est comme un aveu.” En effet, le roman offre plus de liberté : une liberté de ton, une liberté de penser. L'écrivain livre à son lecteur son rapport au monde et à sa société. Dans un roman, on couche (parfois) ses plus profondes pensées, ses plus grandes aspirations, ses plus grands rêves ; ce qui tourmente et ce qui empêche de dormir. Le conférencier a fait remarquer durant son intervention, les grands traits de différences entre le journalisme et l'écriture romanesque. “Le journaliste est objectif, il cherche l'exactitude. Il ne peut avoir de point de vue. Tandis que le roman, est une sorte de journal intime, les écrivains s'imprègnent de la réalité. Le roman doit être jugé sur son style”, a-t-il souligné. Lors de cette rencontre, l'écrivain s'est ouvert à l'assistance sur sa manière d'écrire, ses aspirations et ses premiers romans. “Je ne peux pas écrire un roman si je n'ai pas l'histoire en tête. Par contre, la fin m'échappe. Tous mes romans ont des fins ouvertes”, a-t-il rappelé. Selon l'auteur du Café de Gide, “tous ceux qui peuvent rester devant un ordinateur durant cinq à six heures, peuvent devenir écrivains”, tout en signalant que “vous pouvez ne pas être journaliste et écrire un roman”. Hamid Grine a également révélé que “dans mon premier livre, j'ai menti vrai. Dans tous les livres, il y a du mentir-vrai ! J'aurais pu écrire un roman comme un journal intime mais sa publication aurait provoqué la colère de plusieurs personnes.” Concernant les écrivains algériens, Hamid Grine possède un avis catégorique sur ces auteurs. “Ils sont tous pareils, on ne peut comparer un écrivain à un autre ou de dire qu'on aime ou pas. Il faut respecter les écrits des autres”, a-t-il dit. En outre, la conférence a permis à l'écrivain d'évoquer son dernier roman lme Parfum d'Absinthe, qui sortira en France le 25 octobre prochain. Ce roman fait référence à Albert Camus : “Je veux le remercier pour tous ses écrits. Ce qu'il a fait durant la guerre. Contrairement aux écrivains algériens qui n'ont pas eu le courage de dire ouvertement ce qu'ils pensaient”, a-t-il conclu.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.