Belaid appelle à une participation massive au référendum sur le projet d'amendement de la Constitution    Campagne référendaire: jeter les bases "d'une nouvelle ère" pour une "Algérie nouvelle"    Le paiement des droits de raccordement des projets agricoles et micro-entreprises reporté    Sahara Occidental: une association africaine dénonce les violations flagrantes des droits de l'homme par le Maroc    Narimane Sadat Cherfaoui expose ses œuvres à Alger    Bayern : La stat monstrueuse de Lewandowski    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic international de drogue    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Ligue 1 (amical): le match USM Alger-US Biskra annulé pour des raisons sanitaires    L'agression féodale et le Hirak.    Covid-19: 250 nouveaux cas, 144 guérisons et 10 décès    AG élective de la FASSAS: Samir Karim Chaouche élu nouveau président    La révision de la Constitution une priorité pour l'Algérie qui vit une "phase cruciale"    Clasico: encore un record pour Fati !    Le PT réagit à la condamnation de Djelloul Djoudi    INCENDIE AU CHAMP D'EL MERK (HASSI MESAOUD) : Le ministre Attar en inspection des lieux    TISSEMSILT : La rentrée scolaire perturbée dans plusieurs écoles    PLAN NATIONAL DE REBOISEMENT : Un milliard de plants mis en terre    GHARDAIA : Deux morts dans un accident de la circulation    SKIKDA : Déraillement d'un wagon de train chargé de phosphate    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Ali Haddad, le grand casse    Baâdji Abou El-Fadhl persona non grata ?    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Djerad désavoue le wali d'Oran    Des logements et des aides pour les sinistrés    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    Le FMI inévitable?    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La dépouille enterrée n'était pas celle de son père !
Cela s'est passé à ORAN
Publié dans Liberté le 10 - 09 - 2011


La famille Tahar a cru enterrer, mercredi dernier, son père, âgé de plus de 80 ans décédé au CHU d'Oran d'une mort naturelle, au cimetière communal de la localité de Mouallek, situé à 25 km à l'est d'Oran. Tout semblait se passer normalement quand, le lendemain, jeudi, une famille originaire de Tiaret est venue récupérer à la morgue de l'hôpital d'Oran, la dépouille de leur proche décédé dans un accident de la route. “Ce n'est pas notre parent”, déclare-t-elle au responsable de la morgue. Un moment de panique s'est emparé des responsables de l'hôpital et la procédure d'exhumation du corps enterré à Mouallek a vite été déclenchée. “Jeudi, une ambulance et des agents de la Protection civile ont exhumé le corps pour le remettre une seconde fois à la morgue avant de le remettre à sa famille pour le rapatrier à Tiaret”, affirme un citoyen habitant près du cimetière. Certains préconisent une autopsie pour en savoir plus sur cette affaire qui laisse perplexes les familles des deux personnes décédées. Pour la famille Tahar, c'est la stupeur. “Ses proches n'ont pas jugé utile de vérifier la dépouille. Ils ont enterré le corps d'une autre personne involontairement”, explique un voisin. Pour plus d'informations, nous nous sommes déplacés au cimetière où tous les membres de la famille du défunt attendaient l'arrivée du corps pour un second enterrement. Ce n'est que jeudi vers 19h que ammi Tahar a été enterré dans un silence profond. Cependant, plusieurs zones d'ombre nécessitent des explications. “Il est fort possible que cela soit déjà arrivé pour d'autres familles sans qu'elles ne s'en rendent compte ?” s'interroge un proche de la famille. “Faire sortir le corps d'une autre personne de la morgue montre la gravité des défaillances au sein de l'hôpital”, s'insurge un membre de la famille.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.