La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    La folie des sénatoriales    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





“BISKRA, MIROIR DU DESERT” DE MOHAMED BALHI
Une belle déclaration d'amour
Publié dans Liberté le 18 - 10 - 2011

Elle est l'une des plus anciennes villes ou cités d'Algérie et du Maghreb. Elle est sertie d'un “chapelet d'oasis” qui ne fait qu'amplifier sa beauté ravageuse. Appelée, la reine des Zibans, ou la porte du désert, elle est située à 115 km au sud-ouest de Batna, à 222 km au nord de Touggourt et 400 km environ au sud-est d'Alger.
Rien que son nom suscite la curiosité et l'intérêt. “Autant reconnaître que mon intérêt résulte en définitive d'une envie de ressusciter un passé qui ne verse pas dans les trémolos”, écrit l'auteur.
Dans son dernier ouvrage intitulé Biskra, miroir du désert, notre confrère Mohamed Balhi offre une ode à sa ville natale, pour laquelle il voue un amour incommensurable, sans limite. Deux cent quarante-six pages consacrées à cette cité où l'historien et cadi, Ibn Khaldoun, y a longtemps séjourné.
D'ailleurs il n'est pas le seul à avoir succombé au charme ravageur de Biskra, beaucoup après lui y sont tombés dans ses “griffes”. Ils ont été séduits pour beaucoup d'entre eux par son climat hivernal exceptionnel. En effet, de 1880 à 1920, elle est à la mode chez les Britanniques qui s'y rendaient pour fuir la grisaille. Elle était aussi réputée que la Riviera, en France. Vu l'engouement qu'elle suscitait chez les Européens, Biskra est “intronisée station climatique” en 1922.
Beaucoup d'artistes, écrivains, artistes peintres ou autres s'y rendaient à la recherche de l'inspiration perdue, de cette liberté qu'ils ne retrouvaient plus chez eux. Parmi eux, l'on peut citer : Robert Hitchens, André Gide, Oscar Wilde, Eugène Fromentin, luigi Brignoli, Hendri Matisse, Bela Bartok, Clare Sheridan, Arthur Frederik Bridgman, et bien d'autres. Ils ont tous été – disons-le sans complexe – amoureux de cette ville. Cet amour et cette fascination étaient décelable, voire suggérés à travers leurs œuvres. Toutefois, dans les récites de voyages ou autres écrits qui lui sont consacrés, tous sont unanimes à mettre en exergue la beauté particulière de cette cité.
Même vocabulaire, même descriptif : “ébahissement, découverte des gens, luminosité et contraste des couleurs, musicalités différentes…”. En outre, selon l'auteur, Biskra n'a pas attiré reçu uniquement les lettrés étrangers ; “Mouloud Mammeri avait reçu le prix des quatre jurys dans cette ville enchanteresse”, mentionne-t-il dans son livre.
Miroir de la passion
C'est dans cet univers de féerique, gorgé de nostalgie, que l'auteur plonge le lecteur. Vingt-cinq chapitres, suivis d'un épilogue, d'impressions et de notes bibliographiques, composent ce beau livre qui est agrémenté de photographies d'époques – dommage que certaines sont trop pixélisées (saturées en grain) –, qui à elles seules racontent l'histoire de Biskra.
Les photos sont soit des clichés en noir et blanc de l'époque, soit des toiles de maîtres qui ont séjourné dans cette ville et qui n'ont pu résister à peindre ce que leurs yeux accrochaient, car conquis. Mais ont-ils tout dévoilé. Car même aujourd'hui, la magnificence des sites naturels est intacte. Ils sont “la carte maîtresse” d'un tourisme de qualité. Dès les premières pages, et après lecture du premier chapitre, Miroir du désert, l'on devine aisément, pourquoi cet intérêt pour Biskra.
La description est tellement captivante – c'est le cas tout au long du livre – que le lecteur est happé par la cavalcade des mots. L'amour d'Ahmed Balhi est aussi présent. Avec simplicité, il raconte l'histoire de la ville qui l'a vu naître, et qu'il porte toujours dans son cœur, même s'il l'a quittée pour vivre à Alger, ville d'adoption. Les différents chapitres défilent comme des haltes que le lecteur doit marquer.
L'auteur revient sur les moments forts de la ville des Zibans. La fluidité du style et de l'écriture rendent la lecture aisée, captivante. L'on arrive à la fin de ce beau livre comme si on venait de voir un film.
Tellement la description imagée est très présente. Biskra miroir du désert, une chanson d'amour qui raconte la passion d'un homme pour sa ville.
À travers mots et images, il revient sur les traces d'une cité, qui a été une destination privilégiée d'“hiverneurs”, un haut lieu du tourisme mondain. En arrière-fond, il y a, bien sûr, la réalité coloniale, avec ses clichés, ses fantasmes et ses discours.
Amine IDJER
Biskra, miroir du désert de Mohamed Balhi,
éditions Anep, beau livre, Alger, 2011.
246 pages.
boubou 18-10-2011 21:50
hCINE 18-10-2011 14:35
bachi 18-10-2011 12:26
massalah 18-10-2011 11:33


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.