Après la déclaration de vacance du poste de son président: Ould Abbès écarte la dissolution de l'APN    Refusant la médiation de deux députés pour rétablir Salima Ghezali: Le FFS plaide pour un changement du système    Bedoui à propos de la mauvaise gestion: «L'administration doit se libérer des obstacles bureaucratiques»    Un baril à 100 dollars: Goldman Sachs juge le scénario «peu probable»    Une occasion pour faire connaitre les atouts touristiques des régions du sud    Six plaintes déposées par le Front Polisario contre des groupes français    Jamal Khashoggi tué au consulat d'Istanbul: Le crime d'Etat de l'Arabie saoudite    Cherchell (Tipasa): Distribution prochaine de plus de 1100 logements    220 logements sociaux de Sebdou (Tlemcen): Le wali ordonne la révision de la liste des bénéficiaires    Pluies à Boumerdès: Risques d'inondation dans plusieurs communes    Bouhani sérieusement touchée à la cheville    L'importance du rôle de la presse dans la consécration de la culture de la paix mise en exergue    «Ghaza est en train d'imploser»    La JS Saoura accrochée par le Paradou AC    Défilé de mode algérien, maghrébin et palestinien    Saaâdoune succédera à El Morro    Chaque année, des dizaines de personnes meurent de cancers liés à l'amiante    Perpétuité pour le terroriste «Yasser Abou Kouthaïma»    Zetchi optimiste    L'OPGI peine à se faire payer    Six mois de suspension pour le président    Arrabal, l'Egyptien    Les massacres du 17 Octobre 61 commémorés à El-Biodh    Nouvelles d'Oran    Une vingtaine d'handicapés placés par l'ANEM en un mois: Une initiative louable... mais beaucoup reste à faire    Constantine - Plaidoyer pour un soutien à l'exportation    MC Alger: La Fédération libyenne « menace » Adel Amrouche    Le trafic des psychotropes prend de l'ampleur    Escroquerie au logement, cinq arrestations    Equipe nationale: Belmadi établit le même constat que Rajevak    L'affreuse excommunication    Pour qui paye Bouhadja ?    253 affaires traitées en septembre dernier    Une application mobile pour impliquer les citoyens dans la protection de l'environnement    Défaite de Charles Quint à Alger    Sommet Erdogan-Poutine-Macron-Merkel à Istanbul    Dernière tribune de Jamal Khashoggi parue dans le Washington Post : «Ce dont le monde arabe a besoin, c'est la liberté d'expression»    Règlement de la crise syrienne : La Russie et la Turquie à l'épreuve du terrain    L'Algérie est-elle à l'abri d'un nouveau krach ?    139e Assemblée générale de l'UIP : M. Bensalah prend part à Genève à la clôture des travaux    L'instance olympique célèbre ses 55 ans d'existence    Abane Ramdane a lutté «de toutes ses forces» contre la division    Premier percussionniste du célèbre Cheikh Amar Ezzahi : Boulifa Messaoud n'est plus    CRASC : Un ouvrage collectif dédié à Abdelkader Alloula    L'écrivaine colombienne Piedad Bonnett présente son livre à Oran : Une intervention captivante autour de “Ce qui n'a pas de nom”    Ouyahia ordonne aux ministres et walis d'interdire le port du niqab    L'armée pilonne les dernières poches terroristes    Un saoudien tué dans un accident de voiture à Riyad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





RACHID MOUFFOK, SCULPTEUR
Imaginaire en liberté
Publié dans Liberté le 16 - 01 - 2012

Reconnu dans le milieu de la sculpture et jouissant d'une grande réputation chez le grand public et les amateurs d'œuvres d'art, Rachid Mouffok, le sculpteur talentueux et innovant, bien qu'il ait perdu l'usage de ses trois doigts de la main droite, lors d'un accident qui s'est produit dans son atelier, continue à émerveiller la scène artistique par ses œuvres sculpturales d'une beauté et d'une esthétique géniales. Rencontré au cours d'une collation, le sculpteur Mouffok Rachid parle à cœur ouvert de son travail de sculpteur et des techniques qu'il utilise dans la réalisation de ses œuvres d'art. “Parfois, j'ai le moral très bas et j'ai envie de déposer les armes”, confie notre artiste face à l'atmosphère du milieu artistique. Et explique : “Le milieu artistique est pourri ces dernières années après son envahissement par des individus qui n'ont rien à voir avec la sculpture. Encouragés par des médiocres, ils ont beaucoup nui malheureusement au mouvement de la sculpture plutôt que de le servir.” Aimant son métier et le défendant bec et ongles, Rachid oublie ses misères et sa marginalisation et parle avec empressement de son art qu'il continue à chérir, perfectionner et à pratiquer avec art et manière. En professionnel, Rachid, l'artiste, ne se contente pas de sculpter mais se donne les moyens de réussir; notamment par un travail acharné avec des matériaux de qualité et coûteux. Equipé d'un sac à dos, renforcé de son petit véhicule de marque Atos, le sculpteur part à la recherche de sa future œuvre qui l'attend et, avec beaucoup de chance et de réussite, l'objet dévoilera ce qu'il cache en lui et la sculpture prend forme. Rachid travaille tout ! Il sculpte le bois, les formes en volume, en relief, et il travaille également la soudure ou l'assemblage, parce que, selon lui, ces matières offrent des diversités insoupçonnées et lui permettent de former des sculptures géniales et uniques en leur genre. Rachid possède le don du dessin, la motivation, la passion, l'imagination nécessaire aux grandes compositions, l'imagination de la création de la sculpture. C'est un talent naturel. Notre sculpteur conçoit ses sculptures en fonction des événements vécus au quotidien. “Une fois la forme arrêtée, devenu claire et dessinée, je me mets à sculpter mon objet. Je prends tout le temps qu'il faut pour personnaliser mon travail. Chaque pièce est créée, imaginée et mûrement réfléchie. Chaque sculpture est un symbole, et raconte un événement”, nous raconte-t-il. Pour le développement de la sculpture dans la wilaya de Batna, Rachid a l'imagination vagabonde. Il juge que le développement est dans l'encouragement, l'interaction et le travail avec les sculpteurs nationaux et internationaux afin de promouvoir l'échange de leurs œuvres à l'étranger et d'encourager l'échange de pratiques artistiques à l'échelle nationale et internationale. Cet enfant de Batna se plaint des difficultés qu'il rencontre quotidiennement, lesquelles ne lui ont pas permis de s'exprimer artistiquement, d'exposer ses dons et de faire profiter la ville de Batna de ses créations. Comme dit l'adage, “nul n'est prophète dans son pays”. Le sculpteur Mouffok Rachid est sollicité pour exposer ses belles œuvres, dans les prochains jours, dans plusieurs autres villes d'Algérie. Quand la ville de Batna donnera-t-elle la chance à ses artistes, notamment à Mouffok Rachid, de l'embellir de leurs œuvres?
B. B

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.