Un journaliste en Algérie n'est pas toujours un flic.    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    Prise en charge de 200 ressortissants algériens rapatriés du Canada    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Examen de la coopération avec les Emirats arabes unis    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    Fin de mission pour l'ambassadeur des USA en Algérie    FINANCE ISLAMIQUE : La BNA lance le service dans deux agences à Alger    INCENDIE DE FORETS : Plus de 16300 hectares partis en fumée    ECOLE SUPERIEURE D'AGRONOMIE DE MOSTAGANEM : Protocole de clôture de l'année universitaire, 2019-2020    TREMBLEMENTS DE TERRE A MILA : Des logements et des aides financières pour les sinistrés    Covid-19: 492 nouveaux cas, 343 guérisons et 10 décès    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Un rassemblement de soutien à l'activiste Rabah Ziani réprimé    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    Triste et en colère    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    Reprise à la Pêcherie    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    On vous le dit    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Phlébites
Le syndrome de la classe économique...
Publié dans Liberté le 04 - 08 - 2012

Les Algériens voyagent beaucoup, surtout en été, soit pour aller en Tunisie en prenant la route, ou au Canada en prenant l'avion, des vols long-courriers qui n'ont rien d'une partie de plaisir. L'avion est un espace exigu, les sièges sont serrés et les jambes sont coincées, l'atmosphère est sèche, tout pour que certains passagers souffrent de troubles de la circulation veineuses, notamment les phlébites.
Les phlébites sont appelées aussi thromboses veineuses, elles sont provoquées par un caillot de sang qui se forme dans une veine des membres inférieurs. Le principal danger à redouter c'est l'embolie pulmonaire si le caillot (thrombus) migre vers les poumons.
La phlébite se manifeste cliniquement par des douleurs, une tension musculaire d'un mollet, un gonflement des jambes. Son apparition est favorisée par une immobilisation prolongée qui empêche ou entrave le retour veineux, et il existe des facteurs favorisants comme la contraception, les varices et les troubles de la coagulation.
Pour éviter d'en arriver là, mieux vaut adopter les bons gestes dès le départ en voyage en prenant quelques précautions avant le décollage :
- il faut choisir des vêtements amples et des chaussures confortables ;
- le port de bas ou de collants de contention a le mérite de favoriser le retour veineux, donc de prévenir la lourdeur et le gonflement des jambes ;
- une fois dans l'avion, il ne faut pas rester immobile, se lever de son siège et marcher à intervalle régulier (l'idéal quelques minutes toutes les deux heures) ;
- il est déconseillé de prendre des somnifères (pour éviter de dormir) ;
- même en position assise, des mouvements de gymnastique permettront d'activer le retour du sang en faisant des flexions/contractions du mollet, extension et rotation des pieds ;
- il faut boire beaucoup d'eau ;
- éviter le café et l'alcool qui ont tendance à accentuer la déshydratation.
Ces recommandations sont utiles en toutes circonstances et s'appliquent aussi au voyage de longue durée par route ou même en train. La seule différence avec l'avion est qu'en voiture on peut s'arrêter pour s'oxygéner, marcher et se reposer et qu'en train l'espace est plus grand par rapport à l'avion et les sièges sont moins serrés.
En respectant ces conseils à la lettre, on prévient les accidents de phlébite, car une fois installé, un traitement à base d'anticoagulants (héparine en sous-cutanée pendant 10 jours) relayé par un traitement oral à base d'anti-vitamine K.
Un bilan sanguin sera fait tous les 2 à 3 jours au début, puis tous les mois pour contrôler le temps de coagulation.
La durée du traitement varie entre 3 à 12 mois, selon qu'il s'agisse d'une première phlébite ou non, et que le caillot se situe au niveau du mollet ou au-dessus.
Une écho Doppler étudiera le flux du sang dans les veines et permettra d'évaluer l'efficacité du traitement.
En conclusion, toute personne qui a déjà fait un épisode de phlébite au cours d'un voyage : gonflement, lourdeur des jambes et qui décide de voyager quel que soit le moyen de transport doit bouger de temps en temps et boire souvent, en prenant toutes les précautions déjà citées pour éviter toute surprise, surtout en vacances où on est loin de notre médecin, et il est conseillé d'avoir avec soi un carnet de santé où sont notés tous les traitements, en mentionnant les noms chimiques des médicaments, car les noms commerciaux changent d'un pays à un autre, sans oublier les antécédents médicaux et chirurgicaux.
Ce carnet aidera beaucoup les secouristes ou les médecins du pays visité, car la santé est notre capital.
B. A. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.