Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    Contours du nouveau socle de la société civile    Le renard des prétoires    La BEA en mode «accélération»    Un gisement de richesses négligé    La carte gagnante    La FIFA rétablit une vérité historique    Des documents top secret saisis    Reprise, demain, des rotations de la Minusma    Avec Mahrez sans Messi    Guerre à la parisienne!    Boulahbib de retour aux affaires    Etat d'alerte maximale    L'école privée cherche sa voie    Ce lait infantile qui manque tant...    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Une expo de peintres algériens de renommée    Société civile: conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Coupe Davis (Match de maintien): victoire de l'Algérie devant le Mozambique (2-0)    Basket/Championnat d'Afrique masculin U18: l'Algérie bat le Bénin (90-54) et termine 7ème    Jeux de la Solidarité Islamique: Reguigui remporte la médaille d'argent    Décès du journaliste italien Piero Angela, ami de la Révolution algérienne    La canicule continuera d'affecter l'Ouest et le Centre du pays    La PC prodigue des conseils préventifs sur les risques liés à la canicule    Agressions contre Ghaza: 12 violations contre les journalistes palestiniens    Mahboub Bati, l'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Festival de chanson chaâbi: une soirée célébrant l'œuvre des grands maîtres    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    Parkinson: Le cri de détresse d'une Association de malades    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Ghannouchi sur le départ ?    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Conseil national du parti Taj
Ghoul réitère son soutien à Bouteflika
Publié dans Liberté le 05 - 01 - 2013

À l'ouverture de la première session du conseil national du parti TAJ (Tadjamouâ Amel Al-Djazaïr), Amar Ghoul a affirmé, hier à Zéralda, que sa formation politique ne s'inscrivait nullement dans l'opposition. Loin s'en faut ! Durant son long discours, il n'a cessé de célébrer les actions et les vertus prêtées au président de la République qui a réussi, selon lui, à endiguer la violence, à préserver l'unité nationale, à rembourser la dette extérieure, à initier des projets de développement, à lancer des réformes audacieuses, à consolider la place de l'Algérie dans le concert des nations, etc.
Pour Amar Ghoul, il n'y a aucun dout, “les Algériens qui n'ont de leçon à recevoir de personne doivent préserver ces acquis". Et pour corroborer cette assertion, il citera un “mystérieux" sondage qui placerait les Algériens au premier rang des “satisfaits de leurs dirigeants" avant les Français et... les Afghans. Et pour illustrer cette parfaite “communion" entre les responsables politiques algériens et leurs administrés, Amar Ghoul fera un parallèle avec les dérives que connaissent actuellement certains “pays-frères" dans le sillage du Printemps arabe. “Aussi forte soit-elle, notre voix n'a pas été entendue", regrette-t-il toutefois. Abordant les questions internationales, Amar Ghoul s'est attardé sur la cause palestinienne (qui, selon lui, connaît une évolution favorable) et sur l'affaire du Sahel qui, à le croire, serait prise en charge de “main de maître" par l'actuel locataire du palais d'El-Mouradia. Il reconnaît, toutefois, que ce dossier “brûlant" aux conséquences incalculables nécessite beaucoup de “maîtrise et d'expérience", des qualités qu'il attribue d'emblée au chef de l'Etat. S'agissant, enfin, de la situation des diplomates algériens enlevés au nord du Mali, Amar Ghoul exhortera ses militants — et à travers eux — tous les Algériens, à redoubler de “prières" pour leur libération. D'après lui, il n'y a strictement rien d'autre à faire pour le moment que d'implorer le Seigneur. Quant à l'avènement “tonitruant" de son parti sur l'échiquier politique national, Ghoul est persuadé que Taj va contribuer “à moraliser l'action politique et la vie publique".
Se voulant un brin philosophe, il estimera que sa formation politique vise à créer en Algérie “un homme intègre, positif, équilibré et imprégné des valeurs nationales et universelles". Un “programme" qu'il compte mettre en œuvre grâce aux bonnes volontés que regorge, selon lui, sa formation politique. “Taj, un parti rassembleur et qui compte en son sein différentes sensibilités". Sur ce registre, il ne manquera pas de remercier certaines personnalités nationales qui ont rejoint son parti et qui étaient hier présentes dans la salle à leur tête, Habib Yousfi, président de la Confédération générale des opérateurs économiques algériens (CGOEA), présenté quasiment comme le numéro 2 de Taj.
À signaler également la présence de Mohamed Saïd Naït Abdelaziz, président de la Confédération nationale du patronat algérien (CNPA), de la comédienne Bahia Rachedi, du comédien Mohamed Adjaïmi, de Salah Djenouhat, membre du secrétariat national de l'UGTA, de Mme Aïcha Barki, présidente de l'Association algérienne d'alphabétisation Iqra, de Mokhtar Kalem, figure du football algérien et actuel président du CRB, de Nacereddine Baghdadi, ancien membre du bureau fédéral de la FAF et enfin de la journaliste et sénatrice Zahia Benarous qu'on croyait du côté des redresseurs du RND et qui a finalement rejoint les rangs de Taj.
M C L


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.