Alors que la défense d'Oultache évoque un tir mortel d'une tierce personne : La partie civile s'interroge sur les commanditaires de l'assassinat de Tounsi    30 000 comprimés de Lyrica et 300 millions de cts à bord d'une 4×4 à El Tarf    Imposante mobilisation à Alger    À qui distribuer les bons points ?    L'Opep+ affole les banques d'affaires    L'Algérie enregistre un net progrès en 2020    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Une lettre du Président sahraoui adoptée comme document officiel    Brahim Ghali dénonce l'inaction de l'ONU    Qui s'y frotte s'y pique    Algérie : l'ONU réclame une enquête et la fin des détentions arbitraires    La violation par le Maroc de l'accord de cessez-le-feu "met à nu son échec cuisant"    Résultats    Boudaoui forfait face à la Zambie et au Botswana    Sous haute tension    Zetchi, réhabilité, ira à Rabat    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    La rencontre fédérale a failli dégénérer    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Près de 600 millards pour une centaine de zones d'ombre    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    Le court métrage algérien Mania primé    APLS: poursuite des attaques contre les forces d'occupation marocaine    Ligue 1 (16e j): l'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    En finir avec les pratiques du passé    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Tlemcen: Les directeurs des services agricoles recadrés    El Tarf: Sensibilisation des agriculteurs sur la protection des arbres fruitiers    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Côte d'Ivoire et Zambie en amical    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Union européenne sous les fourches caudines de l'austérité
Publié dans Liberté le 10 - 02 - 2013

Alors que les 27 avaient déjà montré au mois de novembre qu'ils n'étaient pas capables de surmonter les préoccupations des Etats-Nations qui composent l'Union , les responsables européens viennent encore de présenter au monde leurs divergences sur le budget 2014-2020.
La dernière négociation qui vient de se tenir à Bruxelles jeudi et vendredi derniers a été rude. Très rude. Il aura en effet fallu 26 heures de négociations et une nuit blanche pour apprendre, vendredi vers 17 heures, qu'un accord avait, finalement, été conclu...
D'un côté, le camp des pays qui veulent dépenser moins, avec notamment les Britanniques en tête suivis par les Allemands. Pour eux, même si le budget de l'Union européenne ne représente qu'un pour cent du produit intérieur brut de l'Europe, il faut appliquer à l'Union la politique d'austérité que connaissent les Etats membres secoués par la crise économique et financière.
De l'autre, les pays comme la France ou l'Italie qui souhaitent une politique plus volontariste.
Mais , finalement, ce sont les partisans des restrictions budgétaires qui l'ont emporté : alors que les montants avancés par le président Van Rompuy étaient déjà inférieurs à ceux de la Commission avec 973 milliards d'euro d'engagements et 943 milliards pour les dépenses réelles c'est un montant d'engagement de 959 milliards qui a été décidé. En fait, les montants réels mis à la disposition font peau de chagrin. Ils sont ramenés de 943 à 908 milliards d'euro.
Ce budget, en baisse de 3% par rapport à l'enveloppe précédente, connaît donc , pour la première fois, une diminution au cours de ces 56 ans...
Et le budget qui vient d'être concocté par les plus hauts responsables européens met en évidence les priorités à privilégier jusqu'en 2020.
Ainsi, deux axes essentiels de la politique européenne, celui de la Politique agricole commune (PAC) -tant défendue par la France - a été préservée ainsi que les fonds affectés aux régions défavorisées. Un nouveau fonds pour l'emploi des jeunes de six milliards d'euro a même été créé mais la Grande Bretagne de David Cameron a obtenu ce qu'elle voulait : une diminution du budget pluriannuel et le maintien du chèque européen qu'elle perçoit annuellement depuis l'époque de Margaret Thatcher.
Ces choix , opérés pour maintenir les deux piliers principaux de la politique de l'Union, impliquent une diminution de 10 milliards d'euros des infrastructures dans le domaine par exemple des interconnexions de réseaux en matière d'énergie, de transports et de télécommunications. L'aide aux plus démunis est aussi diminuée de 40%.
Côté recettes, les pays bénéficiant de rabais, le Royaume-Uni en premier lieu, mais aussi l'Allemagne, les Pays-Bas et la Suède, pourront les conserver. Le Danemark obtient également la ristourne qu'il demandait.
Vendredi soir, tous les chefs d'Etat et de gouvernement se sont félicités d'avoir pu trouver un compromis. Herman Van Rompuy, le Président du Conseil européen a certes jugé que le budget qui avait été dégagé n'était « parfait pour personne, mais » que « tout le monde y trouvera quelque chose" en notant qu'il avait été « dicté par l'urgence ».
Et si, pour la première fois dans l'histoire européenne, un budget pluriannuel est en baisse par rapport à la période précédente, "nous pouvons prouver" que « les dépenses de recherche et développement, les investissements dans les transports et l'énergie, l'aide au développement, l'aide alimentaire aux démunis et les politiques d'emploi des jeunes seront préservées, voire augmentées » a encore noté Van Rompuy.
Toutefois, les parlementaires européens grincent déjà des dents or, ils interviennent dans ce dossier et pourraient donc rejeter le compromis arraché à Bruxelles après tant d'heures de négociations ardues.
En principe , le Parlement européen, devrait se prononcer sur le budget à bulletins secrets lors de sa session de juillet prochain et il menace déjà de rejeter cet accord . "Si nous poursuivons de la sorte, avec des engagements plus élevés que les paiements réels, nous risquons un déficit budgétaire structurel", a observé le président du Parlement , le socialiste Martin Schultz. Et le nouveau président du groupe parlementaire de centre-droit du Parti Populaire européen (dont sont issus la plupart des Chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne) lui emboîte le pas...
Vendredi soir, les quatre principaux groupes parlementaires européens ont même soutenu la thèse de leur président en considérant que le budget qui venait d'être arrêté à Bruxelles allait mener « à un déficit structurel ». Pour eux, pas question de pratiquer une politique d'austérité pendant sept ans... Dans un communiqué commun, le conservateur du PPE Joseph Daul, le socialiste Hannes Swoboda, le libéral GuyVerhofstadt et les Verts Daniel Cohn-Bendit et Rebecca Harms ont fait savoir publiquement que « cet accord ne renforcera pas la compétitivité de l'économie européenne. Au contraire, il ne fera que l'affaiblir ». Et « Ce n'est pas dans l'intérêt des citoyens européens ».
Or, sans l'accord du Parlement, le budget ne pourra pas entrer en vigueur. Les eurodéputés pourraient ainsi, dans quelques mois, refuser le budget qui leur est présenté en allant éventuellement, vers une programmation budgétaire annuelle.
Les Chefs d'Etat et de gouvernement des 27 ont fait leur choix jeudi et vendredi derniers à Bruxelles en faisant passer pendant sept ans le budget des Européens sous les fourches caudines de l'austérité.
Dans quelques mois, il appartiendra aux députés européens de prendre, à leur tour, leurs responsabilités.
A.M


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.