Du sens du patriotisme en Algérie    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    Les suppressions de postes chez Airbus : Une nouvelle «dévastatrice»    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Communiqué de l'AJSA    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Aït Yahia Moussa : Stress hydrique dans les villages    Tizi Ouzou : Défaillance dans l'alimentation en électricité    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    La mère des batailles    La tablette et les diplômés chômeurs    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    La FAF s'est fixé une date butoir    Le verdict du procès des trois activistes de Béjaïa renvoyé au 8 juillet    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vu à Tizi Ouzou    Le pétrole progresse,    Le coup de gueule du Pr Ryad Mahyaoui    De lourdes peines de prison et saisies des biens    L'université pilier de l'économie du savoir ?    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Biskra face au rebond inquiétant des contaminations    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    Les violations des droits de l'Homme au Sahara occidental occupé sont source de tension dans la région    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    DGSN : 3000 logements location-vente pour la police    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    DECLARATION DU 1ER NOVEMBRE : Goudjil appelle à une interprétation plus approfondie    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    ONU-Barrage du Nil: le Conseil de sécurité soutient l'UA pour régler la crise    Report de l'AGEx au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





... NOIR ET BLANC ...
Les dictateurs
Publié dans Liberté le 24 - 06 - 2013

C'est extraordinaire comme les pays africains adorent l'exagération et les superlatifs, surtout leurs dirigeants. Un rapide portrait de quelques-uns en dira plus long que n'importe quel commentaire. Prenons le cas de Kadhafi.
A coups de millions de dollars distribués aux chefs coutumiers du continent, il s'est fait honorer par le titre prestigieux de "roi des rois" et, du reste, il en a souvent porté le boubou en peau de léopard, signe distinctif de son statut. Un sergent ougandais du nom d'Idi Amine Dada ne réussira à arracher son grade de général qu'en opérant un coup d'Etat. Une fois au pouvoir, il se donnera le grade de maréchal commandant suprême de l'armée.
Quant à l'opposition, il avait une manière bien à lui de l'envoyer au tapis. Au sens propre. A chaque fois qu'un leader élevait la voix pour contester son autorité, il le convoquait dans un ring de la capitale pour le boxer en direct à la télévision.
Un ancien militaire, le général Bokassa, se donnera lui aussi le titre de maréchal, une fois son coup d'Etat réussi. Il ira même très loin : il se fera introniser empereur de la Centrafrique. Des dizaines de chefs d'Etat, de princes et de premiers ministres assistent à son sacre en faisant un effort pour ne pas pouffer de rire... Le maréchal empereur avait cependant un péché mignon pour épater ses visiteurs.
Il étalait sous leurs yeux toute sa magnificence en leur offrant des diamants en guise de cadeau. Mais comment ont-ils tous terminé ? Après avoir mené une vie au-dessus des mortels, à l'abri des microbes et des foules beuglantes et remuantes, Kadhafi sera pitoyablement délogé d'un tunnel d'égouts où il s'était réfugié, tué et sa dépouille mise dans un abattoir municipal à même le sol.
Idi Amine Dada quittera son pays dans la précipitation et par la petite porte pour s'installer en Arabie Saoudite où il trouvera asile.
Depuis, personne n'a jamais plus entendu parler de lui. Quant à Bokassa, il évitera in extremis d'être lynché et se fondra défensivement dans l'anonymat dans un pays frontalier.
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.