Ligue 1: Le programme des rencontres de la 15ème journée    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    «La pensée libre» à la barre    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    LDC : Mendy libère le Real Madrid face à l'Atalanta    Sans diagnostic point de remède !    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Révision de la constitution
Le FLN veut verrouiller le jeu à l'APN
Publié dans Liberté le 08 - 10 - 2013

Trois groupes parlementaires se sont constitués hier en alliance. Il s'agit du Front de libération nationale (FLN), du Tajamoû Amel el-Djazaïr (TAJ) et des indépendants.
Intervenant à l'occasion d'une rencontre organisée à l'Assemblée populaire nationale (APN), cette initiative a rassemblé 280 dont 211 du FLN, 29 du TAJ et 40 des députés indépendants, sur un total de 462 que compte l'institution. Une majorité absolue en somme qui permettra à ce bloc de faire passer les projets de loi comme une lettre à la poste. C'est d'ailleurs la raison d'être de cette alliance. Et c'est Tahar Khaoua, député de Batna et président du groupe parlementaire du FLN, qui le dit : "Nous nous sommes constitués en alliance dans le but de coordonner nos actions, instaurer un travail collectif, échanger les points de vue et débattre des avant-projets de loi du président de la République, qui seront soumis à notre Assemblée."
Le communiqué final, commun aux trois groupes parlementaires, rendu public à l'issue de la réunion, précise dans le même ordre d'idées que le but de l'alliance est de "consacrer la cohésion dans une action collective et échange de vues et d'idées sur les projets de loi soumis à l'APN". L'initiative se veut "un partenariat fort et efficace qui consacre le principe de stabilité et de continuité, et préserve les acquis et réalisations tout en œuvrant à la consolidation des institutions de l'état au mieux des intérêts du peuple", note le communiqué de l'alliance, avant de préciser que leur initiative "consacre aussi les intérêts du Parlement pour une meilleure prise en charge de ses préoccupations et un suivi de l'application des lois". Salim Chenoufi, le président du groupe parlementaire des indépendants, n'a pas été par quatre chemins pour expliquer la raison d'être de l'alliance : "Cette alliance représente le peuple et traduit le programme du président de la République. L'alliance est dédiée pour adopter ensemble les projets de loi du Président et sans condition." Le président du groupe parlementaire du Taj expliquera qu'en tant qu'alliance, "nous sommes déterminés à faire de notre travail à l'APN un instrument pour soutenir et renforcer le travail législatif dans le cadre de l'exécution du programme présidentiel, avec comme objectif à long terme la stabilité et le développement de l'Algérie". Questionné sur les projets de loi qui motivent tant une telle alliance, les animateurs de cette entité se sont contentés d'évoquer des textes à l'image de la loi sur l'audiovisuel ou de la loi de finances pour 2014.
Mais dans les coulisses de l'APN, on jure que le seul texte de loi qui motive la naissance d'une telle alliance est la révision de la Constitution. "Vous savez bien que tous les projets de loi passent facilement à l'APN, mais le texte qui doit impérativement passer, et dont on doit s'assurer une majorité de votants, n'est autre que la révision de la Constitution", nous explique-t-on.
Par ailleurs et à propos de l'absence du RND à cette alliance, Tahar Khaoua estime que "le parti a été informé de cette réunion et les trois groupes initiateurs de cette alliance n'ont pas eu l'intention d'exclure une quelconque partie. Celui qui veut adhérer et venir rejoindre cette alliance, nous sommes prêts à travailler avec lui et à organiser une réunion".
Pour lui, "c'est une initiative voulue qui va se poursuivre jusqu'à la fin du mandat, à travers laquelle, le FLN veut avoir une majorité écrasante pour l'adoption des projets de loi".
N M
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.