Ligue des champions d'Afrique : Le MCA qualifié aux quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Forum sur "l'industrie pharmaceutique, stratégie et défis": Djerad présidera la cérémonie de clôture    Coupe de la ligue: résultat du tirage au sort    France: Le Polisario condamne la création d'un comité de LREM à Dakhla occupée    France: Le PCF condamne l'ouverture d'un comité de LREM à Dakhla occupée    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    La note de Ouadjaout    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Et le FLN compromet son avenir
BELAYAT ET KHAOUA S'ECHANGENT LES ACCUSATIONS
Publié dans L'Expression le 16 - 07 - 2013


Un parti au creux de la vague
Sans secretaire général, bureau politique divisé, comité central déchiré et le groupe parlementaire scindé: le FLN perd la boussole et navigue à vue.
La crise du FLN qui avait opposé les contestataires aux partisans de l'ex-secrétaire général, Abdelaziz Belkhadem, destitué le 31 janvier 2013, se transforme en crise ouverte entre partisans et opposants du coordinateur du bureau politique, Abderrahmane Belayat. Ce dernier devient la cible, depuis quelques jours, d'un nombre de députés conduits par l'ex-président du groupe parlementaire, Tahar Khaoua, évincé de son poste.
Joint hier au téléphone, M.Khaoua nie à M.Belayat toute prérogative de nommer ou de dégommer le chef du groupe parlementaire du FLN et refuse de quitter son poste. «Je suis toujours le président du groupe parlementaire et le seul responsable qui peut me remplacer est le secrétaire général du parti dont le poste est vacant», a-t-il affirmé. Ce nouveau tournant dans la crise du FLN a été entamé avec la désignation, par M.Belayat, des représentants du parti au sein des instances de l'APN et du nouveau chef de groupe parlementaire, Lebid M'hamed
Tous les pro-Belkhadem, dont Tahar Khaoua, Mohamed Djemiai et Bahaeddine Tliba, ont été écartés. Ce qui a poussé les partisans de l'ex-secrétaire général à la rébellion. M.Khaoua a précisé que «contrairement à ce qui se dit à propos de l'installation du nouveau chef du groupe parlementaire, rien ne fut». Il en veut pour preuve le dernier communiqué de l'APN dans lequel il est rappelé que le règlement intérieur de l'APN «ne confère pas au président de l'Assemblée la prérogative de designer les présidents des groupes parlementaires». Or, le coordinateur du bureau politique affirme tout à fait le contraire. Selon M.Belayat le nouveau président du groupe parlementaire a pris ses fonctions avec toutes les attributions après la fin de celles de M.Khaoua.
Abderrahmane Belayat ajoute que l'administration de l'APN ne reconnaît que les décisions prises par les dirigeants du parti. «J'ai mis fin aux fonctions de M.Khaoua parce qu'il s'est attribué les prérogatives du dirigeant du parti en voulant désigner des députés aux instances de l'APN», a indiqué M.Belayat, précisant que le mandat de l'ex-président du groupe est terminé. Pour sa part, le nouveau président du groupe parlementaire, Lebid M'hamed, a affirmé qu'il a commencé son travail le plus normalement du monde. Il a présidé, hier, au bureau du président du groupe parlementaire, une réunion avec les députés consacrée à la préparation du programme d'action pour le mois de Ramadhan et le mois d'août prochain, a-t-il informé. Mais pourquoi Tahar Khaoua a-t-il attendu jusqu'à la prise de connaissance de la liste proposée par Belayat pour réagir?
«Avant de procéder à la désignation des membres des commissions de l'APN, tout le monde savait que la corruption déterminera les résultats des élections. La majorité des députés a demandé à Belayat d'annuler la procédure de vote et opter pour le mode de désignation», rappelle un député, désigné comme membre d'une commission.
Il ajoute que ce sont ceux qui n'ont pas trouvé leurs noms dans la liste proposée qui se sont «révoltés et veulent impliquer le président de l'APN dans l'affaire».
Pour notre interlocuteur, c'est l'intérêt personnel qui motive l'action des députés opposants à M.Belayat.
Mais Tahar Khaoua ne l'entend pas de cette oreille. Selon lui, le fait de l'écarter est «une vengeance et un règlement de compte, car j'ai soutenu Bouteflika en 2004».
«Belayat est en train de se venger contre tous ceux qui étaient avec Bouteflika», a-t-il dit, rappelant «Belayat est venu en 2004 dans ma commune natale à Aïn Djasser, à Batna, me blâmer pour avoir été pro-Bouteflika», avant qu'un incident signalé par la Gendarmerie nationale n'éclate.
Notre interlocuteur ajoute que M. Belayat n'est pas habilité à désigner le président du groupe parlementaire et que le poste de coordinateur n'existe pas dans les textes du parti. Le député de Batna annonce, en outre, une plainte contre «tous ceux qui ont abusé de l'argent du parti».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.