Défilé de VIP devant les juges    Que dira Gaïd Salah ?    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Le FLN réitère sa revendication de la démission de Bouchareb de la présidence de l'APN    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    Jeux africains de plage: trois nouvelles médailles dont deux en vermeil pour l'Algérie    CAT: l'Algérien Mohamed Bessaâd élu vice-président    Le coup d'envoi donné à Rouiba    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    BAC 2019: aucune fuite de sujets au premier jour des épreuves    Schizophrénie: la difficulté de la prise en charge face à la complexité de la pathologie (conférenciers)    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





présidentielle 2014
Bouteflika candidat du FLN
Publié dans Liberté le 17 - 11 - 2013

En réponse aux voix qui s'élèvent pour dire que le Président n'a pas les capacités physiques de diriger le pays, Saâdani cite Roosevelt qui a "gouverné alors qu'il était dans un fauteuil roulant".
Abdelaziz Bouteflika est officiellement le candidat du Front de libération national (FLN) à la présidentielle de 2014. C'est le comité central (CC) du parti, l'instance décisionnelle entre deux congrès, qui l'a décidé hier. Réunis en session ordinaire à l'hôtel El-Aurassi, 291 membres du CC ont adopté une déclaration politique désignant le président Abdelaziz Bouteflika "comme étant le candidat du FLN à la prochaine présidentielle".
Le secrétaire général du parti, Amar Saâdani, à l'origine de cette proposition, a pris le soin de fermer la porte à toute autre candidature au nom du parti, lors d'une conférence de presse, à l'issue de la session : "La candidature du Président pour 2014 est officielle, légitime et légale parce que ce sont les statuts du parti qui le permettent et qui font qu'après le soutien des mouhafadhs et des parlementaires, c'est le comité central qui vient d'adopter cette candidature", a-t-il expliqué.
Et à la question de savoir si d'autres militants du parti pouvaient se porter candidats, Saâdani répondra : "Ce ne sera pas au nom du FLN parce que le CC a fait son choix." Aussi et pour expliquer les raisons d'une telle décision, Saâdani s'est appuyé sur le bilan du Président : "Nous portons sa candidature en raison de son bilan positif, riche en réalisations importantes tant sur le plan national qu'international", argue-t-il avant d'enchaîner : "C'est le président du parti. Il est normal qu'il soit son candidat." Aux voix qui critiquent un quatrième mandat de Bouteflika qui ne laisse pas place à l'alternance, Saâdani a cité trois exemples : Roosevelt resté 4 ans à la tête des Etats-Unis et une cinquième année en tant que gouverneur ; Atatürk qui a fait plusieurs mandats ainsi qu'Helmut Kohl resté pendant plusieurs mandats aux commandes de l'Allemagne. Aussi, et en réponse aux voix qui s'élèvent pour dire que le Président n'a pas les capacités physiques de diriger le pays, Saâdani cite encore Roosevelt qui a "gouverné alors qu'il était dans un fauteuil roulant", argue-t-il.
Les membres du comité central, après avoir approuvé cette proposition, ont appelé le Président "à poursuivre le processus des réformes entamé depuis 1999 en révisant la Constitution". Justement, Saâdani, appuyé par le CC, appelle le président de la République à réviser la Constitution "dans les plus brefs délais". Dans quel but ? Réponse de Saâdani : "C'est pour instaurer un Etat civil fort, garantissant la séparation des pouvoirs, l'indépendance de la justice, la liberté d'activité pour les partis politiques, la liberté d'expression et celle de la presse et une garantie de plus des droits pour les femmes et les jeunes", argue le patron du l'ex-parti unique. Aussi et à la question de savoir si le FLN mènera campagne en faveur de la candidature du Président, Saâdani a expliqué : "Nous avons déjà commencé notre campagne en organisant des meetings et des sorties publics." Il a évoqué "une campagne d'une grande envergure en faveur de la candidature du Président". La candidature de Bouteflika n'était initialement pas à l'ordre du jour du CC, organisé aux fins d'approuver la liste des 15 membres du bureau politique.
À la question de savoir si cette candidature pour 2014 constitue un piège pour certains, Amar Saâdani répond que "les membres du comité central sont des personnes adultes. Nous n'avons obligé personne à assister à cette réunion. Nous n'avons envoyé de chauffeur à personne". Sollicité pour une explication à propos de la désignation de 15 membres du bureau politique au lieu de leur élection, Saâdani a argué que "Mehri, Benhamouda, Benflis et Belkhadem avaient, lors de leur règne, désigné tous les membres du BP et ça n'a posé de problème à personne. En quoi alors la désignation des membres du BP par mes soins poserait problème ?"
Par ailleurs, Saâdani a rejeté une quelconque alliance avec le parti de Amar Ghoul, expliquant qu'il est seulement question d'un accord autour de la candidature de Bouteflika ainsi qu'une coordination dans le travail parlementaire.
N. M
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.