Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rattrapé par l'affairisme et la corruption
Echec du modèle de démocratie islamique version Erdogan
Publié dans Liberté le 31 - 12 - 2013

Après son échec dans les pays phares du printemps arabe (Egypte, Tunisie), c'est au tour du modèle islamo-démocratique turc de montrer des signes d'essoufflement. Leçon numéro une des scandales qui frappent de plein fouet le système Erdogan: l'islamisme ne peut pas se diluer dans la démocratie et celle-ci ne peut pas non plus cheminer dans une gouvernance au nom du sacré.
L'étau s'est resserré en cette fin 2013 autour du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, éclaboussé par un scandale politico-financier sans précédent qui a provoqué une vague de démissions dans son camp et de nouvelles manifestations réprimées par la police. Son modèle est en voie d'épuisement. Et ce n'est pas rien car il représentait la voie de la modernité pour les pays arabo-musulmans, tous frappés de déficit démocratique, son pouvoir ayant assuré une expansion continue de la Turquie qui a atteint la 17e place dans le classement mondial en PNB, tout en effaçant l'image d'un pays-caserne. S'il a été prudent et consensuel jusqu'à son second mandat, par la suite, Erdogan -qui a pris de l'assurance- a tombé le masque, après avoir contraint l'armée, omniprésente depuis près d'un siècle, à rentrer dans ses casernes. Les démocrates turcs y ont souscrit, attribuant à Erdogan le bénéfice du doute bien qu'il ait freiné l'entrée de la Turquie au sein de l'Union européenne, non pas au nom d'intérêts économiques mais pour préserver la civilisation de son pays déclarée spécifique au nom de l'Islam. Cette attitude n'avait pas été apprécié en son temps comme le signal qu'Erdogan était resté islamiste jusqu'au bout des ongles. Son discours d'ouverture avait enfariné les démocrates de son pays ainsi que les capitales occidentales qui avaient perçu en sa personne un rempart contre l'islamisme radical. Pas pour longtemps. Autre pilier du modèle Erdogan, les relations entre Ankara et Washington, longtemps stratégiques, vont se détériorer début 2013, Erdogan défendant à fond les factions islamistes radicales de la Syrie et en Egypte, les Frères musulmans décrétés terroristes par le pouvoir militaire du général al-Sissi qui a destitué en juillet dernier le président Mohamed Morsi islamiste pour son projet d'instaurer un pouvoir islamiste. Aujourd'hui, Erdogan accuse Obama de lui chercher des poux, sa presse appelle à l'expulsion de l'ambassadeur américain à Ankara.
L'homme par qui arrivent les scandales qui ont instauré une ambiance de fin de règne en Turquie, est un certain imam Fethullah Gülen qui dirige une influente fondation islamique et qui est refugié aux Etats unis. Cette histoire reflète en fait une division profonde au sein de la mouvance islamo-conservatrice turque.
Le "modèle turc" a, en effet, longtemps reposé sur une alliance idéologique entre deux courants : d'un côté, le parti d'Erdogan, l'AKP ; de l'autre, cette fondation, que dirige l'imam Fethullah Gülen et qui a trouvé écho au sein de la magistrature et chez la police!
En concurrence pour dominer l'appareil d'Etat, les deux chefs de familles islamistes sont à couteaux tirés. Erdogan accuse Gülen d'être à l'origine de l'enquête en cours contre lui et les siens. Comme l'imam est installé à Philadelphie depuis 1999, le Premier ministre turc dénonce un complot venu des Etats-Unis.
D. B.
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.