Accompagnement des élections présidentielles    Tliba bientôt privé de son immunité    PrAbderrahmane Mebtoul expert international : invité du jour de la radio internationale Beur/FM    Le train sifflera en 2020 et les projets mort-nés au menu    Les Tunisiens toujours dans l'attente des résultats préliminaires des élections présidentielles    Les Rohingyas vivent sous la menace d'un «génocide»    Entre le souhaitable et le possible    Cherif El Ouezzani crie au complot    Bouloudinat (+91 kg) battu par l'Allemand Tiafack    Huit blessés dans une explosion de gaz butane    Décès du réalisateur Moussa Haddad    Participation d'une vingtaine d'artistes    MASCARA : La BRI démantèle un réseau de faussaires de billets de banque    Boumerdès : 4 harragas meurent noyés en mer et 9 autres disparus    Juventus: Simeone encense "l'animal" Ronaldo    EN : Une dernière étape avant d'officialiser le match face à la Colombie    Juve - Sarri : "le foot italien ne peut pas se considérer parmi les favoris"    "C'est toute la classe politique qui vient d'être sanctionnée"    Efforts internationaux contre une nouvelle crise humanitaire    L'entraîneur de Horoya AC évoque le match retour    Rebiai et Bouhalfaya libérés, Koudri et Moussaoui appelés    Hyundai i10 2020 Changement et modernisation    Des administrateurs pour Sovac et Global Group    Les campus toujours au rendez-vous    Les commissions d'inspection des écoles primaires à pied d'œuvre    «Le circuit de distribution doit être assaini»    Craintes d'un nouveau conflit armé dans le Golfe    ACTUCULT    sortir ...sortir ...sortir ...    Les super héros des Comics et Marvel débarquent à Alger    L'ONU s'excuse après l'avoir attribué à l'Espagne    Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Le MSP dénonce les interpellations et hésite sur la présidentielle    L'appui des syndicalistes et de la société civile à Béjaïa    Sous le signe de la solidarité avec les détenus    Echos de campus    Le CSA menacé de paralysie    Alger, Constantine: Samir Belarbi et trois manifestants en détention provisoire    Au cours des derniers mois: Près de 50.000 registres de commerce supprimés par leurs propriétaires    Révision de la règle 51/49: Des assurances sur les domaines de souveraineté    Pour s'enquérir des dysfonctionnements du secteur de l'Education: Une commission d'inspection du ministère de l'Intérieur sur le terrain    157 kg de viande rouge et 62 kg d'abats impropres à la consommation saisis    30ème mardi de mobilisation: Les étudiants maintiennent la pression malgré les interpellations    Des instructions fermes quant au respect des délais d'avancement des travaux    L'UA demande des efforts concertés aux pays africains pour assurer une gouvernance efficace des migrations    Les plus lus et les plus traduits au monde    Professions de promoteur et d'agent immobilier: Les agréments délivrés par les walis    Grâce à la rationalisation des importations des céréales : L'Algérie a économisé plus d'un milliard de dollars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il a estimé que toutes les questions seront débattues sans a priori
Amar Ghoul : "Le document remis par la Présidence n'est qu'un brouillon"
Publié dans Liberté le 18 - 05 - 2014

C'est lors de la session ordinaire du bureau politique de Tajamou Amal El Djazaïr (Taj) qu'Amar Ghoul, président du parti, a explicité la position de sa formation, quant au projet de la révision constitutionnelle. Il a assuré que toutes les questions seront débattues "en toute liberté et transparence", et que "toutes les propositions seront les bienvenues".
Le chef de Taj ne perd pas de vue, a-t-il indiqué, que le projet de l'amendement constitutionnel, "est très important", car, "il posera les bases d'une profonde réforme politique". Cette réforme "ne sera qu'une franche réponse aux aspirations des Algériens". Amar Ghoul s'est dit satisfait et aussi rassuré du fait que le chef de l'Etat ait tenu "sa promesse de revoir la Constitution après les élections". Ce respect de l'agenda présidentiel est "une preuve que les choses vont se faire dans une totale transparence", pour aboutir, a-t-il ajouté, "à une vraie loi fondamentale de consensus".
Interrogé sur les quelques points contenus dans le document remis par la Présidence à plusieurs partis et personnalités, comme le retour à la limitation des mandats et l'absence de tamazight dans le projet, Amar Ghoul a expliqué que le document "n'est qu'un brouillon". De ce fait "il n'est nullement confectionné pour orienter les débats et le contenu".
Il a ajouté que concernant ces deux questions, une commission chargée de débattre et d'étudier le projet est mise sur pied à Taj depuis une année. "Nous allons débattre de tout avec les instances du parti et les personnalités consultés", a-t-il répondu, avant de préciser que toutes ces questions trouveront leur réponse dans les propositions qui seront formulées par son parti. "Nous n'allons pas anticiper les choses", s'est-il défendu, car, faut-il le rappeler, Amar Ghoul était parmi les défenseurs les plus acharnés de la levée de la limitation des mandats en 2008. "La révision de la Constitution vise à apporter de grands changements", a encore appuyé le chef de Taj.
Convaincu par cette idée, le président de Taj estime que le fait que les services de la Présidence ont publié le document sur leur site Internet "est une preuve que le projet doit réunir tout le monde". "La révision telle que voulue par Bouteflika, vise à renforcer la démocratie participative et les institutions de l'Etat", dit encore Amar Ghoul pour défendre le projet de Bouteflika, en insistant sur le fait que Taj s'est engagé pour faire de la future Constitution, "un texte consensuel".
À propos du refus de plusieurs partis, notamment de l'opposition de prendre part aux consultations que mènera Ahmed Ouyahia, Amar Ghoul s'est refusé à tout commentaire, en indiquant qu'il ne fera aucun commentaire sur la position des autres partis, car "chacun est libre dans ses positions". Mais, en revanche, il a ajouté que le projet "est une opportunité pour tous" afin "d'engager de vraies et profondes réformes".
M. M.
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.