Vaste mouvement dans le corps des présidents et des procureurs généraux    Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il a estimé que toutes les questions seront débattues sans a priori
Amar Ghoul : "Le document remis par la Présidence n'est qu'un brouillon"
Publié dans Liberté le 18 - 05 - 2014

C'est lors de la session ordinaire du bureau politique de Tajamou Amal El Djazaïr (Taj) qu'Amar Ghoul, président du parti, a explicité la position de sa formation, quant au projet de la révision constitutionnelle. Il a assuré que toutes les questions seront débattues "en toute liberté et transparence", et que "toutes les propositions seront les bienvenues".
Le chef de Taj ne perd pas de vue, a-t-il indiqué, que le projet de l'amendement constitutionnel, "est très important", car, "il posera les bases d'une profonde réforme politique". Cette réforme "ne sera qu'une franche réponse aux aspirations des Algériens". Amar Ghoul s'est dit satisfait et aussi rassuré du fait que le chef de l'Etat ait tenu "sa promesse de revoir la Constitution après les élections". Ce respect de l'agenda présidentiel est "une preuve que les choses vont se faire dans une totale transparence", pour aboutir, a-t-il ajouté, "à une vraie loi fondamentale de consensus".
Interrogé sur les quelques points contenus dans le document remis par la Présidence à plusieurs partis et personnalités, comme le retour à la limitation des mandats et l'absence de tamazight dans le projet, Amar Ghoul a expliqué que le document "n'est qu'un brouillon". De ce fait "il n'est nullement confectionné pour orienter les débats et le contenu".
Il a ajouté que concernant ces deux questions, une commission chargée de débattre et d'étudier le projet est mise sur pied à Taj depuis une année. "Nous allons débattre de tout avec les instances du parti et les personnalités consultés", a-t-il répondu, avant de préciser que toutes ces questions trouveront leur réponse dans les propositions qui seront formulées par son parti. "Nous n'allons pas anticiper les choses", s'est-il défendu, car, faut-il le rappeler, Amar Ghoul était parmi les défenseurs les plus acharnés de la levée de la limitation des mandats en 2008. "La révision de la Constitution vise à apporter de grands changements", a encore appuyé le chef de Taj.
Convaincu par cette idée, le président de Taj estime que le fait que les services de la Présidence ont publié le document sur leur site Internet "est une preuve que le projet doit réunir tout le monde". "La révision telle que voulue par Bouteflika, vise à renforcer la démocratie participative et les institutions de l'Etat", dit encore Amar Ghoul pour défendre le projet de Bouteflika, en insistant sur le fait que Taj s'est engagé pour faire de la future Constitution, "un texte consensuel".
À propos du refus de plusieurs partis, notamment de l'opposition de prendre part aux consultations que mènera Ahmed Ouyahia, Amar Ghoul s'est refusé à tout commentaire, en indiquant qu'il ne fera aucun commentaire sur la position des autres partis, car "chacun est libre dans ses positions". Mais, en revanche, il a ajouté que le projet "est une opportunité pour tous" afin "d'engager de vraies et profondes réformes".
M. M.
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.