L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    "Il faut le protéger ainsi que tous les innocents"    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le CR Témouchent accède, Zaouia et le SCAD en stand-by    Migné compte sur son collectif pour contrer l'Algérie et le Sénégal    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Le tournant    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fabius, Kedadouche et l'Algérie
Publié dans Liberté le 06 - 06 - 2014

Alors que le ministre des affaires étrangères français, Laurent Fabius, est attendu, le 8 et le 9 juin prochain, à Alger, le cas de l'ancien diplomate Zair Kedadouche, qui a démissionné il y a un peu plus d'un mois de son poste, rebondit. « Liberté » l'a rencontré hier à Paris. Il est revenu sur son « affaire », qu'il avait déclenché par une lettre envoyée au Président français François Hollande, et dans laquelle il annonçait sa décision tout en dénonçant les « discriminations » du Quai d'Orsay envers lui (voir vidéo en dessous).
Le « démissionnaire », qui a longtemps et longuement évoqué la discrimination dont il a fait l'objet par le Quai d'Orsay, ne retient lui que les propos ambigus du porte-parole du Quai d'Orsay qui s'est exprimé en ces termes : « Monsieur Kedadouche s'est exprimé dans tous les médias, y compris la presse algérienne. Cette opération n'est pas née du Saint Esprit ».
Affirmant qu'il ira jusqu'au bout, il indiqua que « le combat pour la diversité et le combat des français issus de l'immigration, y compris au Quai d'Orsay c'est de représenter la France partout dans le monde. Je suis très fier de mes origines algériennes et du parcours de mon père « éboueur», à Aubervilliers. Au Quai d'Orsay plus qu'ailleurs on a cherché à me stigmatiser en fonction de mon nom. Le procureur de le République a été saisi avec le soutien de la ligue des droits de l'Homme, de la LICRA, des « Invisibles », ainsi que la pétition qui regroupe des milliers de personnes « We sign it »».
Lors de cette rencontre Zair Kedadouche était accompagné de celui qui fut un conseiller à l'Elysée de l'ancien président français, Nicolas Sarkozy, Dahmane Abderrahmane. Ce dernier, qui est à la tête d'un comité de soutien à Zair Kedadouche, affirme ne pas comprendre le silence des autorités algériennes face à cette « injustice » et au « racisme ». Il dénonce les propos tenus par le porte parole du Quai d'Orsay M. Romain Nadal qui, selon lui, mettent en cause l'Algérie. « Je tiens à m'insurger face aux propos ambigus du porte parole du Quai d'Orsay et contre la discrimination et le racisme dont a fait l'objet Zair Kedadouche », dira-t-il. Ce dernier, ira plus loin, car selon, lui, « Le Quai d'Orsay a volontairement sanctionné M. Kedadouche, d'abord pour ses origines algériennes, mais aussi, parce qu'il est considéré comme un agent de l'Algérie. La communauté algérienne s'indigne au moment même ou M. Laurent Fabius se prépare pour une visite de deux jours en Algérie. Notre communauté est choquée par le silence des autorités algériennes, qui n'ont pas daigné bouger pour défendre l'un de leurs compatriotes. Kedadouche a été discriminé, parce qu'il est le digne héritier de sa famille qui faisait partie de la fédération de France du FLN », ajoutera-t-il. Dahmane à cette occasion, ira jusqu'à s'en remettre au Président de la République Abdelaziz Bouteflika. « Nous demandons au Président algérien M. Abdelaziz Bouteflika d'être solidaire avec tout français-algérien, comme le sont Serge et Arnauld Klarsfeld avec tout français-juif discriminé. En tous cas, ce que je retiens c'est que toute la presse française juge l'affaire condamnable pourquoi pas le Quai d'Orsay », conclu-t-il.
En somme, cette affaire est loin de connaitre son épilogue. Reste à savoir si une suite sera donnée par à la justice française à la plainte déposée par l'ancien diplomate.
De Paris, C.M (Pour la Rédaction WEB/LIBERTE)
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.