Fafa rénove la Casbah !!!    CONSEILS DE CLASSE : Les mentions avertissements et blâmes interdites    LOGEMENTS LPA : Les célibataires auront droit à un F2    Fin de la polémique autour du changement de statut du FCE    Retrait du marché de la poudre de jus «Amila» et gel de l'activité de la société productrice    194 projets d'investissement privé agréés par le Conseil de wilaya    Guterres juge «essentiel» qu'une enquête «crédible» soit menée    Le gouvernement espère la fin de la crise des gilets jaunes    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'entraîneur Bouzidi appelle à la mobilisation    Dix clubs présents dont la JSE Skikda et l'IC Ouargla    Bouakaz, Dob et compères poursuivent en justice Ennahar TV et son patron    3 personnes secourues après une intoxication au monoxyde de carbone    Le silence assourdissant de la sécurité sociale    L'Université de Sidi-Bel-Abbès 56e à l'échelle mondiale en 2018    Les «initiativeurs»    Dimajazz, le retour    Voyage en calligraphie arabe    Ces capitalistes qui aiment Karl Marx    Des sites archéologiques à l'abandon    Tlemcen: «La mondialisation en furie» à la librairie Alili    Politique: Mouwatana dénonce une tentative de report de la présidentielle    La symbolique plus forte que le syndicat    Tizi-Ouzou: Trois femmes membres d'un réseau de faux-monnayeurs arrêtées    Biskra: Collision entre deux camions et un bus, un mort et deux blessés    Et si les imams...    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    L'Egypte et l'Afrique du Sud, seuls pays candidats    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    La CNAS s'explique    L'usine fermée, les produits retirés du marché    L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA PIERRE INAUGURALE DE BATNA, BAPTISEE EN 1847
Témoin de la naissance et du passé d'une ville
Publié dans Liberté le 28 - 09 - 2014

La pierre inaugurale de la ville de Batna, témoin de la naissance de la capitale des Aurès, a été jetée à la fourrière communale. Pourtant, elle est le (ou un des) lien(s) avec l'histoire, le passé et la mémoire de la ville. Retour sur l'histoire de cette "pierre".
La pierre inaugurale de la ville de Batna ne semble pas faire l'objet de recherches, ni de convoitise, par les historiens ou archéologues. Tour à tour saccagée, délogée, émiettée et...jetée à la fourrière communale. Qui a décidé de cette mise en fourrière ? Lorsqu'une pièce aussi rare, sinon unique risque de disparaître, qu'y a-t-il lieu de faire ? En attendant que des mesures soient prises, revenons sur l'histoire de cette pierre. La pierre inaugurale de la ville de Batna a été baptisée en 1847, et érigée à l'entrée nord de la ville.
A l'époque, elle était baptisée "la nouvelle Lambèse". En 1848, le duc d'Aumale devait se diriger vers le sud de Constantine afin de maîtriser les tribus berbères cantonnées à travers tout le massif auressien. Accompagné d'officiers supérieurs de l'armée coloniale (dont le général Bigeard), il arriva au lieu-dit Bathent, actuelle Batna, où il érigea une pierre inaugurale en 1848. Située à l'entrée de la ville sur un monticule près de l'oued Gourzi (pont rouge), elle était en même temps le point de départ de la mise en place d'une garnison militaire (quartier du camp Dar el-général) qui existe toujours. La première appellation donnée par l'armée coloniale à la capitale des Aurès était "Nouvelle Lambèse" (arrêté du 12 septembre 1848), en rapport avec Lambèse et son pénitencier construit sous le régime de Napoléon Bonaparte. Toutefois, à partir du mot "bivouac", utilisé souvent dans le jargon militaire, il existe une hypothèse selon laquelle Batna serait une abréviation de Bataillon de tirailleurs, cependant, cette hypothèse semble ne pas faire l'unanimité, sachant que "si la ville n'existait pas à l'arrivée de l'armée coloniale, le lieu était déjà habité", selon un voyageur anglais, qui, dans ses notes de voyages, parle d'habitants d'un lieudit Bathent, en chaoui. Selon les militaires français, plusieurs tribus y vivaient déjà : entre Ich Ali, Gabal Bouârif et Djebel Belezma qui va devenir après la ville de Batna ; Aith Chlih dont les habitants vivaient entre Hamla et Taghit ; Aith Sidi Yahia dont les habitants vivaient à Parc à Fourrage, une partie de Bouakal et jusqu'à Lambèse ; Ouled Aâbdi (d'origine hilalienne) qui vivaient au sud-ouest de la ville axe Tamchit Bouakal, zmala et aussi une partie de Kéchida. La pierre inaugurale de Batna avait déjà perdu son socle, il y a une quinzaine d'années, lors de son extraction pour les besoins de la réalisation d'une gare routière. Lors de son extraction, le monument a été endommagé. Témoin d'une histoire, d'un passé et d'une mémoire, cette pierre est aujourd'hui dans un état alarmant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.