Souk n'Tlata : Le chantier du barrage bloqué    24 heures    Bouzeguène : La crèche communale affectée à l'association des handicapés    Aïn El Hammam : Flambée des prix sur les marchés    Barrage de Taksebt : Taux de remplissage de 64%    Célébration du Mawlid Ennabaoui : Activités et concours dans les écoles coraniques    Financement non-conventionnel: 900 milliards de dinars mobilisés pour couvrir le déficit    L'Ansej réitère: Pas d'effacement des dettes mais un rééchelonnement    Conférence de Palerme: Ouyahia appelle à l'arrêt des interférences étrangères en Libye    Une provocation visant à créer les conditions d'un assaut «final» contre Ghaza    EN - Conférence de presse de Djamel Belmadi: «Etre plus réalistes face au Togo»    MC Oran: Encore du pain sur la planche pour Belatoui    USM Alger: Un point et des satisfactions    Skikda: Installation des nouveaux chefs de daïras    Kharchi Fouad, candidat du FLN au Sénat    El-Tarf: Les candidats FLN aux sénatoriales connus    Lutte contre l'immigration clandestine: 36 harraga dont une femme et un enfant devant le tribunal d'Aïn El-Turck    Bouira: Saisies de plus de 6.300 bouteilles de boissons alcoolisées    Relizane: Des espaces squattés par des commerçants, libérés    Dans un nouveau rapport: Le FMI prévoit un prochain ralentissement de la croissance en Algérie    14e journée de la Ligue 1 (match décalé): L'USMA tient en échec le MCO (0-0) et creuse l'écart    La dédollarisation commence à porter ses fruits en Russie    Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Refus des visas par les consulats français en Algérie    Ouahab Aït-Menguellet, le P/APC de Tizi Ouzou, annonce sa candidature    Dans la littérature et l'Histoire    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Commission de discipline de la LNF: L'audience du président de la JS Kabylie, Mellal, reportée au 19 novembre    Ligue 1 Mobilis: La JSK se relance, le MCA à l'arrêt    ESCROQUERIE VIA INTERNET : Deux réseaux de faussaires neutralisés sur Oued Kniss    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Trop de soutiens, on veut des candidats !    Sun Tzu au secours du Parti communiste    Le Premier ministère dénonce une «odieuse manipulation»    Les candidats du FLN et du RND choisis, HMS temporise    Début des grandes manœuvres avant Lomé    Comment faire sortir le Salon du Palais    Le «cœur blanc» de Salima Souakri    El Djedouel et le savant Cerbère du poète Seddik Souir    Il signe une 4e passe décisive à Man City : Mahrez sermonné par Fernandinho !    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Cas de rougeole : Des enquêtes épidémiologiques menées    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





AURÈS DE SAIDA ABOUBA
L'art de la parole consacré dans un roman
Publié dans Liberté le 16 - 10 - 2014

L'esprit de l'entraide, du respect des personnes âgées, la valeur de la parole et de fidélité sont savamment mis en exergue dans ce roman, qui évoque le rapport aux ancêtres et au passé, dans une prose rythmée, portée par un réel sens de la narration de l'auteure.
L'Aurès, le pays chaoui, n'a jamais cessé de charmer et d'être continuellement une source d'inspiration pour ses enfants, mais aussi pour les artistes, les voyageurs, ou encore les écrivains. Saïda Abouba vient de le confirmer avec son roman intitulé sobrement Aurès.
Elle (se) raconte ; elle livre le récit d'une montagne qui est la sienne. "C'est une histoire d'amour entre moi et la montagne", confie-t-elle. "Dans l'arrière-pays, les choses semblent bien se passer et la vie reprendre son cours normal. Nous dans les Aurès, au début de l'indépendance, les braves ont mis fin à des années d'exploitation et de joug colonial. Tous les rêves sont permis. Vivre ensemble, avec les mêmes chances et partager les richesses. Construire un pays fort, qui a donné le meilleur de ses enfants pour son indépendance", note l'auteure dans son roman. Cependant, une guerre ne fait pas de cadeau, bien au contraire, les stigmates et séquelles sont encore apparents et douloureux.
Les souffrances sont aussi très nombreuses, et parmi celles-ci, celles des orphelins de cette même guerre. L'auteur avec des mots simples, ayant des fois recours au parler chaoui, raconte l'histoire d'un orphelin qui n'a d'autres parents que sa grand-mère – Nena, comme disent les habitants de la montagne. Elle lui donne toute son affection et sa force pour le faire grandir et devenir adulte, un homme mûr.
L'esprit de l'entraide, du respect des personnes âgées, la valeur de la parole et la fidélité sont savamment mis en exergue. Rendre le bien et l'aide qu'on a reçus est comparé par l'auteur à une "amana", quelque chose que le personnage principal doit accomplir, un devoir envers son entourage. Ce n'est que la suite logique dans cette histoire où les générations ne vivent aucun conflit, bien au contraire, elles sont en harmonie et en parfaite entente.
Cependant, la mort de l'ancêtre à un moment de la vie semble ouvrir la porte à toutes les incertitudes. Comme si on avait ôté une sécurité, une voix de sagesse, et le monde bascule. Le monde est moins sûr, le pays vit des années noires (la décennie noire) ; ce qui était quiétude n'est que vacarme et pleurs.
Si les anciens n'ont rien vu à ce cauchemar et ils ne l'auraient même pas imaginé se passer chez eux, ce sont les arrière-petits-fils qui subissent la douleur. Cette évolution de l'intrigue permet de s'interroger sur l'existence et sur le rapport qu'on entretient avec soi et sa terre.
Alternant des vers en rime et en prose, Saïda Abouba nous rappelle, à juste titre, le roman La Grotte éclatée de Yamina Mechakra, une histoire où Arris est un nom d'enfant et de village. Et c'est Arris qui est le cadre du roman de Saïda Abouba. Heureuse coïncidence, puisque l'auteure ne cache pas son admiration pour la fille de Meskiana, qui nous a quittés il y a plus d'une année.
R. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.