4e Sommet arabe du développement économique et social : Bensalah au Liban    15ème Conférence des MAE à La Valette : M. Messahel met en exergue "l'importance" qu'accorde l'Algérie au Dialogue 5+5    Le prix du panier à 59,63 dollars    Forum national sur le phénomène de la harraga à Alger    Energie : L'Algérie s'attelle à exporter son électricité et prépare activement le projet    Algérie-Etats Unis : Signature de quatre mémorandums d'entente pour un partenariat agricole    Une attaque terroriste tue 16 personnes dont quatre Américains    Ghassan Salamé met en garde contre les fauteurs de troubles    Audience le 1er février pour la libération de l'ancien président ivoirien    "Israël ne cache plus ses opérations contre l'Iran en Syrie"    Coupe du Roi : Le recours de Levante rejeté, Séville-Barça en quarts    Une mère de famille se jette du 4e étage à Draa Erich    Saisie de plus de 7 kg de cannabis traité    Temmar désamorce la bombe sociale    Bilan 2018 du contrôle commercial : Le défaut d'hygiène représente près de la moitié des infractions constatées    Solidarité nationale : Augmenter le taux d'emploi des personnes aux besoins spécifiques dans les PME    Découverte de 23 canons de l'époque ottomane    Elle rouvre après 10 ans de fermeture    Plaidoyer pour l'introduction de la matière architecture amazighe à l'Université    Que décidera Bouteflika ?    Ali Ghederi sera candidat à la présidentielle    Le Mi 9 de Xiaomi attendu pour fin février !    Les réponses de Bedoui...    L'Intersyndicale maintient son appel à une grève nationale    Poutine accueilli par une marée humaine    Le Smartphone pliable de Samsung ne se... pliera pas totalement    Le HMS convoque son Majliss ecchoura    "Il n'y a pas de quota de visas pour les Algériens"    Le Festival du cinéma latinoaméricain d'Alger de janvier à mars 2019    Résultats de la 13e journée    Les postulants conviés à procéder au retrait des formulaires de souscription    Convocation du corps électoral pour l'élection présidentielle    La JS Saoura et Al-Ahly du Caire se neutralisent    FORUM SUR LE PHENOMENE DE "HARRAGA" : 119 corps sans vie repêchés en 2018    POUR DEVENIR UNE ECONOMIE EN MESURE DE CONCURRENCER : L'Algérie a besoin, de plus d'un million d'entreprises    PRESIDENTIELLE : Ali Ghederi annoncera sa candidature    Réouverture de la Librairie Mauguin à Blida : Aujourd'hui, après 10 ans    Elecle président Bouteflika convoque le corps électoral pour le 18 avril 2019    Trois casemates pour terroristes détruites    Les supporters réclament le départ de Hamar    Hommage de la LAA à feu Abdou Seghouani    Le premier tour de manivelle, aujourd'hui    Iwal chante les Aurès et l'espoir    Jeux méditerranéens - 2021: Les préparatifs ont coûté 48 milliards de dinars    Accord UE-Maroc : Rejet de l'extension des préférences tarifaires aux territoires sahraouis    L'Onu confirme l'envoi d'observateurs    Tahrat forfait face à la Gambie    Mercato d'hiver 2018-2019 : Un marché plus ou moins emballé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





AURÈS DE SAIDA ABOUBA
L'art de la parole consacré dans un roman
Publié dans Liberté le 16 - 10 - 2014

L'esprit de l'entraide, du respect des personnes âgées, la valeur de la parole et de fidélité sont savamment mis en exergue dans ce roman, qui évoque le rapport aux ancêtres et au passé, dans une prose rythmée, portée par un réel sens de la narration de l'auteure.
L'Aurès, le pays chaoui, n'a jamais cessé de charmer et d'être continuellement une source d'inspiration pour ses enfants, mais aussi pour les artistes, les voyageurs, ou encore les écrivains. Saïda Abouba vient de le confirmer avec son roman intitulé sobrement Aurès.
Elle (se) raconte ; elle livre le récit d'une montagne qui est la sienne. "C'est une histoire d'amour entre moi et la montagne", confie-t-elle. "Dans l'arrière-pays, les choses semblent bien se passer et la vie reprendre son cours normal. Nous dans les Aurès, au début de l'indépendance, les braves ont mis fin à des années d'exploitation et de joug colonial. Tous les rêves sont permis. Vivre ensemble, avec les mêmes chances et partager les richesses. Construire un pays fort, qui a donné le meilleur de ses enfants pour son indépendance", note l'auteure dans son roman. Cependant, une guerre ne fait pas de cadeau, bien au contraire, les stigmates et séquelles sont encore apparents et douloureux.
Les souffrances sont aussi très nombreuses, et parmi celles-ci, celles des orphelins de cette même guerre. L'auteur avec des mots simples, ayant des fois recours au parler chaoui, raconte l'histoire d'un orphelin qui n'a d'autres parents que sa grand-mère – Nena, comme disent les habitants de la montagne. Elle lui donne toute son affection et sa force pour le faire grandir et devenir adulte, un homme mûr.
L'esprit de l'entraide, du respect des personnes âgées, la valeur de la parole et la fidélité sont savamment mis en exergue. Rendre le bien et l'aide qu'on a reçus est comparé par l'auteur à une "amana", quelque chose que le personnage principal doit accomplir, un devoir envers son entourage. Ce n'est que la suite logique dans cette histoire où les générations ne vivent aucun conflit, bien au contraire, elles sont en harmonie et en parfaite entente.
Cependant, la mort de l'ancêtre à un moment de la vie semble ouvrir la porte à toutes les incertitudes. Comme si on avait ôté une sécurité, une voix de sagesse, et le monde bascule. Le monde est moins sûr, le pays vit des années noires (la décennie noire) ; ce qui était quiétude n'est que vacarme et pleurs.
Si les anciens n'ont rien vu à ce cauchemar et ils ne l'auraient même pas imaginé se passer chez eux, ce sont les arrière-petits-fils qui subissent la douleur. Cette évolution de l'intrigue permet de s'interroger sur l'existence et sur le rapport qu'on entretient avec soi et sa terre.
Alternant des vers en rime et en prose, Saïda Abouba nous rappelle, à juste titre, le roman La Grotte éclatée de Yamina Mechakra, une histoire où Arris est un nom d'enfant et de village. Et c'est Arris qui est le cadre du roman de Saïda Abouba. Heureuse coïncidence, puisque l'auteure ne cache pas son admiration pour la fille de Meskiana, qui nous a quittés il y a plus d'une année.
R. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.