Le lait en sachet sera mieux distribué    Les petites bourses à rude épreuve    U17: Belmadi encourage les Verts    245 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Les syndicats de la santé interpellent Benbouzid    De nouvelles conditions imposées sur les véhicules    Le rapport Stora doit "interpeller la classe politique française    Abdelaziz Rahabi : «Le rapport Stora ne prend pas en compte la principale demande historique des Algériens»    Le Real Madrid communique au sujet de l'Inter et Hakimi    Importation de véhicules : Tirs groupés contre Ferhat Aït Ali    L'affaire de l'autoroute Est-Ouest renvoyée à la fin de la session criminelle    Bientôt des marchés de gros des dattes    Pour faire face à une forte demande en eau dans les zones côtières : Des avis d'appel d'offres pour trois stations de dessalement    Exportation des services numériques algériens    Début de la période des candidatures pour l'autorité exécutive unifiée    La Centrafrique proclame l'état d'urgence    HRW demande une enquête "rapide et impartiale"    Calme relatif en Tunisie    Un prêtre enlevé mardi retrouvé mort    Nairobi annonce la mise sous contrôle de la deuxième vague d'invasion de criquets pèlerins    Le procès de nouveau reporté    Le Hirak réinvestit la rue    L'ESS se reprend, le MCA se relâche, les visiteurs se lâchent !    Décès de l'ex-joueur Mohamed Zaoui    La Tunisie s'impose sur le fil et s'offre une finale contre l'Algérie    Farès retrouve la compétition    Deux joueurs du Zamalek suspendus face au MCA    Zemmamouche, une année sans jouer !    Le boy-scout révolté    Loi électorale : un autre recadrage pour brider les votes ?    - Aït Ali l'automobile - Biden contre le mur - Le Cnes newlook - Le vaccin arrive, le printemps pas loin    Stratégie retenue pour l'acquisition du vaccin contre la Covid-19 : Les mauvais calculs des autorités    Les syndicats mitigés    Une plateforme pour suivre les travaux de Seaal    Enième engagement pour la livraison des projets de réhabilitation des 5 hôtels du secteur public    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    Il a tancé plusieurs de ses ministres : Abdelaziz Djerad insatisfait du staff gouvernemental    Le lycée Kerouani de Sétif retrouve son éclat    ...CULTURE EN BREF...    Béjaïa "La perle de la Méditerranée"    Un Salvator Mundi de l'école de Léonard de Vinci retrouvé chez un Napolitain    Le Liban restitue deux icônes religieuses du XVIIIe siècle à la Grèce    Oum Siham, une poétesse engagée pour les bonnes causes, s'en va    El Ançor: Plus de 4 millions DA pour l'assainissement à la plage des Andalouses    LA CRISE ET LES ESPOIRS    Gouvernance et Affaires de l'Etat: Le départ de Laagab de la présidence officialisé    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





“L’État ne veut pas trancher pour un projet de société�
Méziane Mériane, porte-parole du CNAPEST, à Liberté
Publié dans Liberté le 08 - 06 - 2004

LIBERTE : Le ministère de l’éducation a sommé les écoles privées de se conformer aux programmes enseignés dans les écoles publiques. Elles doivent s’aligner au plus tard en septembre 2005 faute de quoi elles seront interdites d’exercice… Â
Méziane Mériane : Je pense que c’est une décision purement politique. Aligner les programmes de ces écoles sur ceux des écoles publiques implique l’élimination de toutes leurs raisons d’être. Si elles ont pris de l’ampleur, on enregistre plus d’une centaine sur le territoire national, c’est parce que les parents ont trouvé en leur sein ce que l’école publique n’offre pas. Il faut savoir que chaque système éducatif véhicule une idéologie.
Le revirement opéré dans l’enseignement et dans les programmes après les années soixante-dix a formé des citoyens qui ont versé dans l’intégrisme et le terrorisme, contrairement à l’ancienne génération qui a montré son nationalisme et qui reste à l’avant-garde des valeurs républicaines.
Pourquoi pensez vous que c’est une décision politique ? Â
Ce qui est enseigné dans ces deux écoles est idéologiquement différent. Dans l’école publique, le projet véhiculé n’est pas clair et anarchique.
Le pouvoir n’a pas le courage de trancher pour un projet de société. On se demande quelle école pour quelle Algérie et quelle Algérie pour quel algérien ? Les parents, qui payent chèrement pour scolariser leurs enfants dans ces écoles privées, ont saisi la différence.
Dans les écoles étatiques, on enseigne de la première année au baccalauréat, en langue arabe. Arrivés à l’université, surtout pour les sciences exactes et les études en médecine, les cours sont dispensés exclusivement en langue française. Savez-vous qu’un étudiant, et parfois, deux sur trois, abandonnent à cause de ce brusque changement.
Uniquement pour cette raison, qui est loin d’être la principale comme je l’ai soulevée plus haut, j’aurais opté personnellement pour ces écoles.
Le ministère de l’éducation nationale a décidé, hier, de lancer une campagne de recrutement de diplômés des universités pour renforcer les effectifs du corps enseignant en français dans les écoles primaires…
 La réintégration de l’enseignement du français est une très bonne chose.
Mais je veux attirer l’attention qu’il ne suffit pas d’être diplômé, même en français, pour enseigner cette langue et de surcroît, chose qui est très difficile, à des élèves du primaire.
De cette manière, ce sera un fiasco. Il faut que ces futurs enseignants fassent des stages de formation d’au moins six mois. Par contre, je trouve très bonne, la décision de faire appel aux retraités. Ces derniers peuvent encadrer leurs collègues nouveaux venus dans la profession.Â
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.