Comment se protéger les yeux en été ?    AS Rome : Mourinho vise un défenseur du Barça    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    RC Relizane: Le maintien en bonne voie    Violence dans les stades: Quand les entraineurs s'en mêlent    Malgré un flux d'estivants relativement faible: La corniche renoue avec les embouteillages et les bouchons    Mascara: Trois morts et quatre blessés dans une collision    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Le baril efface ses pertes    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Le CRB nouveau leader    Belazri retenu comme juge de ligne    Lagab et Mansouri abandonnent    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    L'unité aérienne de la protection civile dépêchée    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Rym Feroukhi sur le podium    Situation catastrophique à Sétif    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    208 migrants secourus en 48 heures    Confinement à Hanoï    La session parlementaire clôturée demain    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    ALGER RIPOSTE    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Fini la politique de l'autruche    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



“L’État ne veut pas trancher pour un projet de société�
Méziane Mériane, porte-parole du CNAPEST, à Liberté
Publié dans Liberté le 08 - 06 - 2004

LIBERTE : Le ministère de l’éducation a sommé les écoles privées de se conformer aux programmes enseignés dans les écoles publiques. Elles doivent s’aligner au plus tard en septembre 2005 faute de quoi elles seront interdites d’exercice… Â
Méziane Mériane : Je pense que c’est une décision purement politique. Aligner les programmes de ces écoles sur ceux des écoles publiques implique l’élimination de toutes leurs raisons d’être. Si elles ont pris de l’ampleur, on enregistre plus d’une centaine sur le territoire national, c’est parce que les parents ont trouvé en leur sein ce que l’école publique n’offre pas. Il faut savoir que chaque système éducatif véhicule une idéologie.
Le revirement opéré dans l’enseignement et dans les programmes après les années soixante-dix a formé des citoyens qui ont versé dans l’intégrisme et le terrorisme, contrairement à l’ancienne génération qui a montré son nationalisme et qui reste à l’avant-garde des valeurs républicaines.
Pourquoi pensez vous que c’est une décision politique ? Â
Ce qui est enseigné dans ces deux écoles est idéologiquement différent. Dans l’école publique, le projet véhiculé n’est pas clair et anarchique.
Le pouvoir n’a pas le courage de trancher pour un projet de société. On se demande quelle école pour quelle Algérie et quelle Algérie pour quel algérien ? Les parents, qui payent chèrement pour scolariser leurs enfants dans ces écoles privées, ont saisi la différence.
Dans les écoles étatiques, on enseigne de la première année au baccalauréat, en langue arabe. Arrivés à l’université, surtout pour les sciences exactes et les études en médecine, les cours sont dispensés exclusivement en langue française. Savez-vous qu’un étudiant, et parfois, deux sur trois, abandonnent à cause de ce brusque changement.
Uniquement pour cette raison, qui est loin d’être la principale comme je l’ai soulevée plus haut, j’aurais opté personnellement pour ces écoles.
Le ministère de l’éducation nationale a décidé, hier, de lancer une campagne de recrutement de diplômés des universités pour renforcer les effectifs du corps enseignant en français dans les écoles primaires…
 La réintégration de l’enseignement du français est une très bonne chose.
Mais je veux attirer l’attention qu’il ne suffit pas d’être diplômé, même en français, pour enseigner cette langue et de surcroît, chose qui est très difficile, à des élèves du primaire.
De cette manière, ce sera un fiasco. Il faut que ces futurs enseignants fassent des stages de formation d’au moins six mois. Par contre, je trouve très bonne, la décision de faire appel aux retraités. Ces derniers peuvent encadrer leurs collègues nouveaux venus dans la profession.Â
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.