JM Oran-2022: prise en charge par le MJS des programmes de préparation de 325 athlètes    Manchester City: Elu homme du match, Mahrez buteur face à Wolverhampton (Vidéo)    Ces habitudes nocturnes qui vous font prendre du poids    Man City : Guardiola ne tarit pas d'éloges à l'égard de Mahrez : "Il est exceptionnel"    Radiothérapie: de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    Le chantier des 120 logements LSP d'Arzew à l'arrêt depuis 16 ans: Protestation des souscripteurs devant la direction du logement    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    Renforcement des capacités digitales dans l'enseignement supérieur: Lancement officiel hier du projet européen [email protected]    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Personne n'est à l'abri tant que le monde entier ne l'est pas    Ministère de l'Industrie pharmaceutique: Dernières retouches avant la fabrication du vaccin «Spoutnik V»    La brindille que tu méprises t'éborgnera    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    Le président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contre-révolution    "Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    Tout est sous contrôle    10.000 logements à la clé    Une femme égorgée à son domicile    Une Fédération pour les énergies renouvelables    La 2A devient GIG-Algeria    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    Bechar: enregistrement audio de chansons et musiques du patrimoine Korandji    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Le principal opposant retire sa candidature    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





“Nous sommes dans la légalité�
Le président du réseau de Tizi Ouzou réagit aux mesures du ministère
Publié dans Liberté le 08 - 06 - 2004

M. Handala considère qu’il existe un certain double langage du ministère qui, d’un côté, “réduit la marge de manœuvre des gérants de ces écoles, tout en les autorisant, d’un autre, à concocter des programmes optionnels�.
M. Handala est directeur d’une école privée à Tizi Ouzou. Du nom d’Assanas, son établissement fait partie d’un réseau d’une vingtaine d’autres institutions éducatives, préscolaire et scolaire dont il est le président. Lundi dernier, M. Handala était à Alger pour assister au séminaire d’information sur le devenir des écoles privées, organisé par le ministre de l’Éducation nationale.
Comme nombre de gérants, il a pris connaissance du délai fixé par la tutelle — septembre 2005 —, pour adapter le fonctionnement et l’organisation pédagogiques de ce type d’établissement avec le nouveau décret exécutif modifiant l’ordonnance de 1976 et levant le monopole de l’État sur le secteur de l’enseignement ainsi que le projet d’un cahier des charges.
Très restrictif, le document en question fait mention de l’obligation pour les établissements privés d’adapter leur programme au secteur public. Il impose par ailleurs, l’arabe comme la langue d’enseignement. “Il était du devoir de l’État de légaliser les écoles privées. Mais ces textes doivent libérer les énergies, pas les étouffer�, souligne M. Handala.
Contestant les contraintes de la tutelle, il évoque une certaine “duplicité� dans le sens où le département de Benbouzid réduit d’un côté la marge de manœuvre des gérants de ces écoles et les autorise d’un autre à concocter des programmes optionnels. “Il y a un large spectre où chacun peut se retrouver�, observe notre interlocuteur. En effet, comment concilier les exigences du gouvernement avec les ambitions des directeurs d’écoles privées.
Si l’arabe pose problème pour Benbouzid, ce n’en est pas un aux yeux de M. Handala. “Nous n’avons rien contre l’arabe. Dans certaines classes, le volume horaire accordé à l’enseignement de cette langue est très important. Les Algériens doivent apprendre l’arabe et le tamazigh pour construire leur personnalité�, stipule-t-il. Cependant, l’anglais et le français demeurent, selon lui, les langues d’accès direct à la science et à la technologie.
Le président du réseau de Tizi Ouzou fait référence à un document du ministère qui assigne deux objectifs à l’enseignement des langues étrangères, à savoir l’ouverture au savoir universel ainsi que l’articulation des filières du secondaire et du supérieur.
À ce propos, notre interlocuteur rappelle les recommandations de la Commission de la réforme du système éducatif. “Nous considérons que nous sommes dans la légalité. La seule voie qui permettra à ces enfants de construire l’élite de demain est celle que nous suivons�, martèle-t-il. Parti de ce principe, M. Handala n’entend rien changer dans les méthodes d’enseignement appliquées dans son établissement. “Dans plusieurs matières, notamment littéraires, l’histoire-géographie, etc. nous utilisons les manuels de l’école publique�, argue-t-il comme preuve de sa bonne volonté.
En revanche, il souhaite que les pouvoirs publics fassent preuve de souplesse. Il espère notamment que les élèves, des écoles privées, arrivés au bac puissent avoir la possibilité de passer cet examen et qu’il soit reconnu. Actuellement, ces lycéens bilingues passent le bac français. Propriétaire d’un établissement ouvert, en 1999, scolarisant près de 200 enfants de la maternelle au collège, M. Handala n’est pas confronté à ce dilemme. Pour autant, il s’inquiète de l’attitude des pouvoirs publics. Afin d’y faire face et plaider la cause des établissements privés, l’existence d’un réseau constitue un grand atout pour M. Handala.
À l’origine, le but était de mutualiser les moyens matériels et didactiques de ces écoles. À l’arrivée, ce cadre est devenu un forum de solidarité. Â
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.