50 kilomètres en deux ans    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Sider El Hadjar : 14 millions de dinars d'équipements de sécurité disparus    La fin d'une époque    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    LDC (Groupe B). CRB – Sundowns (14h) : Le Chabab vise la première place    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    Débrayage des auxiliaires en anesthésie-réanimation de la santé publique : Le syndicat menace de passer à une grève illimitée    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Entrepreneuriat : Signature d'une convention entre la CCI Mezghenna et l'USTHB    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    6 aliments légers que vous pouvez manger avant de dormir    Ligue 2 - Groupe Centre: L'USM Harrach nouveau leader    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Ce que doit la rue à l'urne    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    Prévue pour aujourd'hui: La grève des adjoints de l'éducation gelée    Guelma: Deux jeunes retrouvés morts dans une grotte, un troisième sauvé    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Rompre vite avec nos vieux démons    Football - Ligue 1: L'ESS aux commandes, la palme au WAT et au MCO    Qui veut canarder les ambulances ?    "Fitna" chez les Frères musulmans    Les recommandations du professeur Belhocine    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    Les Etats-Unis accusent le prince hérirter Saoudien    Des acquis politiques et diplomatiques sur fond de victoires militaires    155 nouveaux cas et 2 décès    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Alerte au variant britannique    Une obligation, pas un choix    Un vendredi sans heurts    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    Les 12 commandements de la phase transitoire    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Neuf militaires tués au Mali    "L'œuvre théâtrale de Mammeri doit être déconfinée"    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Un gâchis irrécupérable ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trêve de démagogie
Publié dans Liberté le 01 - 06 - 2004

Au lieu de cloner la médiocrité, qui est, aujourd’hui, la seule performance pédagogique de notre système, en mettant au pas les écoles privées, qui peuvent, au contraire, servir de locomotive à une amélioration de l’école publique, le ministère de l’éducation serait bien inspiré de travailler dans le sens des propositions faites par la commission de réforme.
Le ministre de l’éducation a fait part, hier, de son intention de mettre de “l’ordre� dans les écoles privées, en les soumettant, à partir de septembre 2005, à un cahier des charges. Dans l’absolu, on ne peut qu’approuver le projet de Benbouzid, surtout que dans ce secteur, particulièrement sensible, la vigilance doit être de mise.
En revanche, il y a lieu de s’interroger, voire de s’inquiéter, sur le contenu de ce cahier des charges. Car s’il s’agit d’aligner les écoles privées sur les écoles publiques, le pari relève à la fois de l’impossible et de l’absurde. Si des centaines, voire des milliers de parents, souvent en se saignant aux quatre veines, décident de mettre leurs enfants dans des écoles privées, c’est qu’ils ont de bonnes raisons de le faire. Ils ne sont pas satisfaits du système éducatif qui, tout en bénéficiant de la plus grosse enveloppe budgétaire de l’État n’en produit pas moins l’échec et la médiocrité.
Le constat a été établi par tous, dont la commission présidée par le professeur Benzaghou. Au lieu de cloner la médiocrité, qui est, aujourd’hui, la seule performance pédagogique de notre système, en mettant au pas les écoles privées, qui peuvent, au contraire, servir de locomotive à une amélioration de l’école publique, le ministère de l’éducation serait bien inspiré de travailler dans le sens des propositions faites par la commission de réforme. Notamment l’enseignement des matières scientifiques en français. Ce que font précisément les écoles privées. C’est une question de pragmatisme et d’efficacité.
La politique d’arabisation des enseignements scientifiques dans nos universités, on en connaît aujourd’hui le résultat : un vrai massacre. Trêve de démagogie donc. Il reste néanmoins entendu que pour leurs programmes, les écoles privées doivent s’ancrer dans la réalité algérienne. C’est la pire des aberrations, pour ne pas dire des aliénations culturelles que d’enseigner à un Algérien, l’histoire de la France ou encore la Marseillaise. En fait, le problème se pose en terme d’équilibre qu’il s’agit de trouver entre l’obligation d’efficacité, qui nous est dictée par cette nouvelle religion qu’est la globalisation et le souci de rester soi-même, pour ne pas tomber dans le complexe de la décalcomanie, pour reprendre un mot cher à Frantz Fanon.
N. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.