Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    Tribunal de Sidi M'hamed : reprise du procès de Mahieddine Tahkout    Afrique du Nord/économie: un recul de 4,2% prévu en 2020 à cause du covid-19    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Les cahiers de charges seront prêts dans un mois    Courrier des lecteurs    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Plus de 200 scientifiques demandent à l'OMS de réviser ses recommandations    Forum sino-arabe: volonté commune d'accroître la coopération    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Un casse-tête chinois pour les commerçants    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    Treize activites acquittés    Benhadid réhabilité    Benbouzid n'exclut pas un confinement localisé    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    Covid-19 : confinement partiel dans 18 communes de Sétif à partir de mercredi    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    La FAF veut «assainir» le métier    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    La JS Azazga en difficulté financière    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    Les perspectives d'évolution à court terme pour le marché pétrolier évoquées    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    Eckmühl: Des habitants irrités par une longue panne de l'alimentation en eau    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Nouveau record quotidien des infections    Vers la paralysie de l'économie algérienne ?    "Dans mon service, le personnel est à bout"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Contraction des investissements dans le secteur des hydrocarbures
5e salon international des fournisseurs des produits pétroliers et gaziers
Publié dans Liberté le 11 - 03 - 2015

Le 5e Salon international des fournisseurs de produits et services pétroliers et gaziers, qui s'est tenu à Alger du 3 au 6 mars 2015, a été dominé par les préoccupations autour des nouveaux enjeux qui agitent la scène énergétique mondiale suite à l'effondrement des cours du pétrole.
Les grandes compagnies internationales pétrolières annoncent une réduction de leurs investissements entre 10 et 20%. C'est donc dans ce contexte morose que ce salon, qui se tenait habituellement à Hassi Messaoud, a élu domicile cette année à l'hôtel Hilton d'Alger, avec la participation d'une vingtaine de pays de tous les continents, représentés par de nombreuses entreprises, dont 91 exposants français, qui œuvrent notamment dans les secteurs des équipements industriels, des machines-outils, de la chimie, de l'informatique, de la sécurité industrielle, de l'électricité, de l'hydraulique, du contrôle de qualité ainsi que des services liés au pétrole et au gaz. Selon les organisateurs de cette manifestation, "il s'agit du plus grand salon des pétroliers au niveau africain qui permet aux décideurs du secteur des hydrocarbures et acteurs versés dans l'industrie pétrolière et gazière algérienne de se rencontrer de tirer bénéfice des meilleures opportunités d'affaires, de s'enquérir des derniers développements et technologies opérés à l'échelle internationale, mais aussi de cibler les besoins et attentes des clients dans le cadre de rencontres B to B". Cette rencontre a constitué l'opportunité de fructifier les contacts, valoriser le savoir-faire dans des activités en pleine évolution. Les organisateurs annoncent la signature de plus d'une centaine d'accords de partenariat entre les entreprises étrangères et algériennes à l'issue du forum. Par ailleurs, des débats autour des questions d'actualité ont été organisés et animés par des experts de renommée mondiale. Outre les relations d'affaires que les participants à ce salon ont pu tisser, deux interventions retiennent particulièrement l'attention, parce qu'elles synthétisent les enjeux géopolitiques, technologiques et financiers que laisse présager l'évolution de la sphère énergétique mondiale à l'horizon 2020. En premier lieu, pour Abdelmadjid Attar, "le premier forage expérimental du gaz de schiste a permis de produire, suite à l'utilisation de la fracturation hydraulique, un débit de 35 000 m3 par jour et une pression dynamique importante, ce qui est trois à quatre fois supérieur au potentiel avéré des forages américains". Concernant l'exportation du gaz vers l'Europe et des chances de l'Algérie de renforcer sa position de fournisseur privilégié de l'Europe, Francis Perrin, expert français et éditeur de deux revues spécialisées dans les questions énergétiques, a préconisé que l'Algérie devrait tenter de négocier avec l'Union européenne pour profiter de la crise ukrainienne. Attar pense en revanche que "l'Algérie a besoin de tout son gaz" et devrait se soucier avant tout de sa "sécurité énergétique" tout en mettant le cap sur la diversification de son économie. "Nous n'avons pas à chercher à remplacer la Russie, car nos réserves ne nous permettront pas de le faire sur le long terme", car l'Algérie, selon lui, n'a pas à intensifier ses exportations d'hydrocarbures vers l'Europe et devrait plutôt, au vu de la hausse de sa consommation interne, se concentrer sur l'augmentation de son potentiel de production d'hydrocarbures et à réfléchir sur le long terme à son propre devenir énergétique, cette question étant devenue, selon ce dernier, la préoccupation de tous les pays en perspective d'un avenir énergétique incertain en 2030. S'agissant du léger rebond du prix du baril, les deux experts ainsi que le directeur de la prospective au ministère de l'Energie, lors d'une table ronde animée par Canal Algérie, ont marqué leur accord sur le fait que cette amorce n'est pas significative d'une dynamique haussière structurelle, compte tenu de nombreux facteurs techniques, financiers et géopolitiques. Dans la foulée, ils ont salué les efforts entrepris par l'Algérie en direction des pays grands producteurs de pétrole non membres de l'Opep, afin d'endiguer la chute des prix de l'or noir. Ils ont estimé par ailleurs que le déséquilibre actuel entre l'offre et la demande n'incite pas les grandes compagnies pétrolières internationales à investir dans ce secteur.
A. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.