Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Le départ de Messi ne passe toujours pas pour Tebas    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le sort du RAJ connu ce mercredi    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La recette du Président    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    Belmadi en mode mondial    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Du déni absolu à la perspective de l'officialisation
Langue et culture amazighes
Publié dans Liberté le 20 - 04 - 2015

La langue amazighe, à laquelle est réclamé le statut de langue officielle, fait partie des rares langues ayant échappé à l'érosion du temps. En 35 ans, elle est passée du déni intégral à une possible promotion constitutionnelle.
La perspective de la révision de la Constitution relance de manière fort appuyée la revendication de l'officialisation de la langue amazighe. L'idée, en tout cas, fait débat, pour ne pas dire consensus parmi les acteurs politiques et militants associatifs. On en parle même dans les chaumières. Finie donc l'occultation de la question amazighe comme problématique politique nationale. D'ailleurs, même les plus acharnés d'entre les opposants de jadis à la reconnaissance du fait amazigh, identité, langue et culture, ont fini par se libérer du dogme qui leur faisait téter la mamelle d'un "unicisme" dangereusement réducteur.
Cette évolution ne peut qu'être salutaire pour une identité et une langue qui ont connu l'un des plus longs et terribles dénis. C'est un miracle d'ailleurs que la langue, qui s'est transmise de génération en génération, depuis la nuit des temps, ait survécu jusqu'ici, malgré les dominations et l'usure du temps qui passe. Un miracle qui ne pourra pas se renouveler éternellement, tant est que le réflexe de résistance qui a permis sa sauvegarde risque de n'être d'aucune efficacité face aux "invasions" linguistiques que l'avancée technologique a rendu possibles. Le salut de la langue passe peut-être par son officialisation, entendue surtout comme effort de l'Etat pour sa promotion. Officialisation ? Tamazight y est presque, mais ce n'est toujours pas le cas. Cependant, la revendication a fait du chemin. Indéniablement. Portée à bras-le-corps par des générations de militants bénévoles et désintéressés. Depuis 35 ans, elle est passée du déni absolu à une possible officialisation. La langue a déjà pris place comme langue de communication. Elle est dans les médias, notamment dans l'audiovisuel public. Un site lui sera dédié prochainement par l'Agence de presse officielle (APS). Mais, que de sacrifices, pour cela ! Rétrospective.
Avril 1980. Situation de tension extrême entre le pouvoir et les populations de Kabylie notamment qui se mobilisaient de plus en plus autour de la revendication identitaire et culturelle et les droits de l'Homme, de manière générale. L'Algérie officielle croyait avoir définitivement réglé les questions linguistique et identitaire à travers la Charte nationale votée par référendum quatre années plus tôt, le 27 juin 1976, plus précisément, et qui réaffirmait que la langue arabe est la seule langue nationale et officielle du pays. Ce déni de reconnaissance de statut à la langue amazighe sera reconduit dans la Constitution du 19 novembre 1976.
Le pouvoir faisait une erreur d'appréciation qui le forcera, en dépit de sa résistance, à lâcher du lest. Les manifestations d'Avril 1980 à Tizi Ouzou, et qui se sont propagées aux différentes villes et villages de Kabylie, ont, en effet, posé le jalon pour un combat identitaire et linguistique qui ira se renforçant jusqu'à aboutir, en 2002, à la reconnaissance constitutionnelle de tamazight comme langue nationale et l'amazighité intégrée au binôme arabité-islamité pour composer le triptyque identitaire arabité-amazighité-islamité.
Il aura fallu, pour cela, que des partis politiques et des associations y militent sans relâche, que la Kabylie s'embrase de nouveau en 2001 et opère, sous la houlette du mouvement des archs, une déferlante populaire sur la capitale. Il aura fallu aussi la grève du Cartable d'une année et qui s'était soldée par l'introduction de tamazight dans l'enseignement, toujours facultatif, malheureusement, faut-il le noter.
S. A. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.