Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le poulet vendu dans des conditions d'hygiène lamentables
Les commerçants font fi de la réglementation à Bordj Bou-Arréridj
Publié dans Liberté le 29 - 06 - 2015

Les citoyens ne s'en soucient pas outre mesure, pourvu qu'ils garnissent leur table avec un peu de viande blanche, la viande rouge, elle, n'étant presque plus accessible.
Ces dernières années, les services du commerce et du contrôle de la qualité des produits alimentaires avaient mis en place des dispositions très strictes concernant la vente des viandes blanches au niveau des étals, telles que la mise en vente de poulets évidés et emballés dans du plastique alimentaire mentionnant toutes les informations utiles aux consommateurs, ainsi que des mesures fixant les conditions d'exposition et de conservation des différents produits (viscères et abats), qui sont vendus par les bouchers et les marchands de volailles. Mais ces derniers temps, le phénomène de la vente et de l'abattage du poulet à l'air libre est revenu avec acuité sur nos marchés hebdomadaires et sur les accotements de nos routes.
Des points de vente de poulets vivants sont aménagés le long de ces tronçons routiers, où les petites bourses trouvent leur compte, au détriment de l'hygiène. Parmi ces vendeurs, dont un grand nombre se présente comme des éleveurs autorisés à commercialiser une partie de leurs volailles, il y a ceux qui vendent du poulet vivant et d'autres qui le vendent égorgé et vidé en pleine nature avec des moyens rudimentaires. "Malgré l'interdiction formelle de la vente de poulets sans passer par les abattoirs avicoles, où l'abattage se fait selon les normes requises, la commercialisation des poulets vivants, ramenés directement des poulaillers pour être vendus sur la voie publique dans un état de saleté lamentable, constitue une menace sérieuse pour la santé des consommateurs. Par manque de discernement ou par ignorance, ces derniers semblent encourager cette pratique moyenâgeuse au préjudice de leur propre santé", dira un vétérinaire. Ainsi, les citoyens qui ont un faible revenu s'approvisionnent en poulet au milieu de ces espaces anarchiques où sont entassés des détritus et des restes d'abattage de volaille. Les responsables locaux, qui constatent chaque jour l'inefficacité des dispositions prises, désignent comme responsable le citoyen, d'abord par sa méconnaissance des mesures de propreté concernant les produits alimentaires qu'il achète. "Même s'ils savent pertinemment que les poulets qu'on leur propose sont abattus et plumés dans des conditions lamentables, ils ne s'en soucient pas outre mesure, pourvu qu'ils garnissent leur table avec un peu de viande blanche, parce que la viande rouge, elle, n'est presque plus accessible avec des tarifs exorbitants", dira un responsable local. Mais la lutte contre le commerce informel et tout ce qui touche à la santé publique est la responsabilité de tous à commencer par les services d'hygiène de l'APC, de la daïra, de la direction du commerce, de la santé, de la police et de la gendarmerie. "Comment expliquer à l'entrée de la ville de Bordj Bou-Arréridj, sur la RN5, du poulet vivant ou égorgé est vendu à l'air libre depuis des mois sans que personne intervient ?", dira un citoyen, en ajoutant que toutes sortes de volailles sont vendues, même le canard !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.