"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



En Algérie, il n'y a que des Algériens
Contribution
Publié dans Liberté le 30 - 07 - 2015

Il semble que tout le monde ait oublié cela, en Algérie comme à l'étranger. Ainsi, les évènements tragiques que traverse Ghardaïa sont tantôt présentés comme un conflit entre Arabes et Berbères, tantôt comme un conflit entre sunnites et ibadites. Personne ne caractérise la situation comme un conflit entre Algériens. Pourtant, c'est ainsi que cette crise doit être présentée.
Certes il y a, en Algérie comme dans les autres pays du Maghreb, des arabophones et des berbérophones, mais y a-t-il, pour autant, des Arabes et des Berbères ? Tout le monde semble convaincu qu'il y a effectivement deux ethnies distinctes. L'origine de la confusion vient du fait qu'avec l'arrivée de l'islam au Maghreb, les Berbères ont connu une arabisation massive. En effet, en embrassant la nouvelle religion, ils ont adopté la langue arabe, la langue du Coran. Cependant, le processus d'arabisation du peuple berbère n'a pas été homogène dans toutes les régions du Grand-Maghreb.
Certains Berbères, pour des raisons géographiques et politiques, ont été davantage arabisés que d'autres. Ils n'ont gardé que certains mots de leur langue d'origine, le tamazight, souvent conjugués et prononcés "à l'arabe", à tel point qu'il faut parfois beaucoup de concentration pour reconnaître ces termes. Ils parlent aujourd'hui l'arabe algérien, tunisien, marocain, libyen ou encore mauritanien. D'autres, bien qu'ils aient conservé leur langue d'origine, ont, eux aussi, adopté beaucoup de mots arabes, à leur tour berbérisés, autrement dit, conjugués et prononcés en tamazight.
On peut donc en déduire que la langue des Berbères, au contact de la langue arabe, a évolué progressivement vers deux langues différentes, qui malgré tout préservent le lien fort qui existe entre elles : l'arabe algérien et le berbère contemporain. D'autres termes, d'origine française, notamment, que ces deux langues algériennes partagent, viennent renforcer leurs liens.
Cependant les historiens maghrébins ont préféré, pour des raisons qu'il n'y a pas lieu d'évoquer ici, présenter la population du grand Maghreb différemment. Pour eux, ceux qui parlent arabe sont des Arabes et ceux qui parlent le berbère sont des Berbères. C'est ainsi qu'Ibn khaldoun présente une carte démographique du Maghreb fractionnée entre tribus berbères d'un côté et tribus arabes de l'autre, comme si un mur invisible les séparait ; pourtant, il est parmi les premiers à parler de l'arabisation des Berbères. Depuis lors, la même présentation persiste et elle se retrouve chez tous les historiens maghrébins. Il semble que le principe d'imitation du savoir des anciens ne s'applique donc pas uniquement au domaine des sciences religieuses mais aussi à l'histoire !
Les violences, que la région de Ghardaïa a connues, nous montrent à quel point cette présentation erronée est ancrée dans les esprits. Tous présentent le conflit comme un conflit entre Arabes et Berbères, comme si en Algérie il y avait deux peuples et non un seul.
Mais, que signifie être Arabe ou être berbère ?
Le terme berbère est utilisé pour désigner le peuple autochtone du nord de l'Afrique. Quant au terme arabe, il désigne, à l'origine, un peuple qui vivait dans la Péninsule arabique. De ce fait, considérer les Algériens qui parlent la langue arabe comme des Arabes signifie-t-il que leurs ancêtres soient venus d'Arabie ? Le croire irait à l'encontre de l'histoire de notre pays ; l'arabisation du peuple berbère, qui s'est accélérée après l'Indépendance, est un fait historique. Parler la langue arabe ne signifie donc pas nécessairement être venu d'Arabie.
Si être Arabe était une culture, cette distinction entre Arabes et Berbères serait inexacte, d'une part parce que les Algériens partagent tous la même culture, d'autre part, parce que la culture algérienne n'est pas constituée que d'un seul élément mais de plusieurs, dont la culture tamazight qu'on retrouve dans toutes les régions d'Algérie. De ce fait considérer les Algériens comme des Arabes, au nom de la culture, serait non seulement une erreur mais une simplification de la réalité, déniant à la culture algérienne toute sa dimension et sa richesse. Il est donc plus correct de parler de culture algérienne et de peuple algérien. Toutefois, si l'on prend en compte l'idée que certains Arabes seraient, au cours de l'histoire, réellement venus au Maghreb, peut-on parler, aujourd'hui encore, d'Arabes et les distinguer des Berbères après tant de siècles ? Rappelons que d'autres peuples sont venus. Si on ne peut, de nos jours, les distinguer du reste de la population, pourquoi pourrait-on y distinguer les Arabes ? Ceux-ci se sont mêlés au peuple originel pour former le peuple algérien. Toute distinction tendant à diviser le peuple, entre Arabes d'un côté et Berbères de l'autre, est une aberration autant historique que sociale, et quand elle risque d'alimenter des haines, l'aborder n'est pas une question de choix mais de nécessité. Le premier objectif de ce discours est donc de renouer avec la vérité.
En conclusion, il est indispensable d'insister sur le fait qu'en Algérie, il n'y a ni Arabes ni Berbères, mais seulement des Algériens ; les Mozabites et les Chaâmbas qui s'affrontent sont des Algériens et seulement des Algériens. C'est ainsi qu'ils doivent être présentés et c'est ainsi que le problème doit être abordé et discuté. Quant à la question confessionnelle, elle aussi mise en avant, rappelons que l'Algérie est un Etat et que dans un Etat, les individus sont avant tout des citoyens et non des malikites et des ibadites. Cependant, cette question, très sensible, est un autre problème qui nécessite une autre analyse.
R. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.