L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    "Il faut le protéger ainsi que tous les innocents"    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Van de Beek, ça coûte cher    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aux origines de la civilisation ibéro-maurusienne des Babors
CONFERENCE-DEBAT DU Pr SLIMANE HACHI À BEJAIA
Publié dans Liberté le 01 - 02 - 2016

Le directeur du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH) est revenu dans son intervention sur la genèse de ses fouilles entamées en 1983, dans la séculaire grotte d'Afalou, sise au piémont du massif des Babors, dans la commune côtière de Melbou.
Invité par l'Association pour la sauvegarde du patrimoine culturel de la ville de Béjaïa, le Pr Slimane Hachi, directeur du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH), est longuement revenu, ce samedi, sur la genèse de ses fouilles entamées en 1983, dans la séculaire grotte d'Afalou, sise au piémont du massif des Babors, dans la commune côtière de Melbou.
Des fouilles qui, faut-il le souligner, l'ont amené à découvrir un gisement archéologique plusieurs fois millénaire, enfoui dans les méandres de ces galeries souterraines. "Cette grotte est une véritable nécropole durant plusieurs siècles. On y a découvert les restes de pas moins de 70 individus, des petites statuettes en terre cuite, des parures en coquilles d'œufs d'autruche et de nombreuses traces d'ocre... qui datent, d'au moins, d'une quinzaine de millénaires", expliquera cet éminent chercheur en archéologie et anthropologie, au cours d'une conférence-débat organisée à la salle de la bibliothèque Ibn Khaldoun de la Casbah de Béjaïa. Sur sa lancée, M. Hachi a tenu à préciser que "les figurines découvertes dans ces cavernes, notamment des représentations sous forme de quadrupèdes, sont considérées comme les plus anciennes statuettes de l'Afrique et parmi les plus vieilles au monde". Pour lui, au-delà de la valeur inestimable de ce patrimoine témoignant de la civilisation Ibéro-maurusienne, on en décèle la préoccupation artistique des populations de l'époque qui, grâce à leur sens de l'observation, avaient pu s'initier à l'art décoratif, en réussissant à transformer l'argile en objets de valeur.
Ces populations, a-t-il ajouté, vivaient essentiellement de la pêche et la chasse du gibier, notamment le lièvre et le mouflon à manchettes. Et le choix des monts des Babors pour se sédentariser n'est pas fortuit. Car, aux yeux de l'orateur, cette région recèle d'énormes atouts stratégiques et de richesses naturelles, ce qui est appelé une "unité biogéographique homogène".
Selon l'hôte de la capitale des Hammadites, quand la mémoire est en œuvre à travers la création d'un lieu sacré, on se sédentarise. Dans ce cas précis, on a fini par sacraliser la nécropole localisée dans la grotte d'Afalou. Dès lors que de nombreuses sépultures y sont mises en place. "Le premier individu à avoir été enterré dans cet endroit devait être un personnage extraordinaire. On l'inhumait dans un tombeau bien construit, avec ses objets de valeur, telles que sa tenue vestimentaire, ses parures, son glaive... car sa dépouille devait sacraliser les lieux", affirmera le conférencier.
Par ailleurs, le directeur du CNRPAH rappellera à l'assistance que la toute première découverte de la grotte d'Afalou remonte à 1927, alors que les premières études et explorations avaient eu lieu au début des années 1930.
Il est à noter que le célèbre paléontologue français, Camille Arambourg, fut le premier chercheur à publier, en 1934, le premier ouvrage sur ce site archéologique, intitulé "Les grottes paléolithiques des Béni-Segoual". Du côté Algérie, ce n'est qu'en 1983, que M. Hachi avait été chargé d'effectuer une étude sur la grotte d'Afalou, alors qu'elle était menacée par le tracé initial de la RN43 reliant Béjaïa à Jijel. Et c'était grâce au concours de l'Assemblée populaire de wilaya (APW) de Béjaïa de l'époque que les fouilles avaient pu démarrer une année après, soit en 1984, a témoigné M. Hachi.
KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.