4e Sommet arabe du développement économique et social : Bensalah au Liban    15ème Conférence des MAE à La Valette : M. Messahel met en exergue "l'importance" qu'accorde l'Algérie au Dialogue 5+5    Le prix du panier à 59,63 dollars    Forum national sur le phénomène de la harraga à Alger    Energie : L'Algérie s'attelle à exporter son électricité et prépare activement le projet    Algérie-Etats Unis : Signature de quatre mémorandums d'entente pour un partenariat agricole    Une attaque terroriste tue 16 personnes dont quatre Américains    Ghassan Salamé met en garde contre les fauteurs de troubles    Audience le 1er février pour la libération de l'ancien président ivoirien    "Israël ne cache plus ses opérations contre l'Iran en Syrie"    Coupe du Roi : Le recours de Levante rejeté, Séville-Barça en quarts    Une mère de famille se jette du 4e étage à Draa Erich    Saisie de plus de 7 kg de cannabis traité    Temmar désamorce la bombe sociale    Bilan 2018 du contrôle commercial : Le défaut d'hygiène représente près de la moitié des infractions constatées    Solidarité nationale : Augmenter le taux d'emploi des personnes aux besoins spécifiques dans les PME    Découverte de 23 canons de l'époque ottomane    Elle rouvre après 10 ans de fermeture    Plaidoyer pour l'introduction de la matière architecture amazighe à l'Université    Que décidera Bouteflika ?    Ali Ghederi sera candidat à la présidentielle    Le Mi 9 de Xiaomi attendu pour fin février !    Les réponses de Bedoui...    L'Intersyndicale maintient son appel à une grève nationale    Poutine accueilli par une marée humaine    Le Smartphone pliable de Samsung ne se... pliera pas totalement    Le HMS convoque son Majliss ecchoura    "Il n'y a pas de quota de visas pour les Algériens"    Le Festival du cinéma latinoaméricain d'Alger de janvier à mars 2019    Résultats de la 13e journée    Les postulants conviés à procéder au retrait des formulaires de souscription    Convocation du corps électoral pour l'élection présidentielle    La JS Saoura et Al-Ahly du Caire se neutralisent    FORUM SUR LE PHENOMENE DE "HARRAGA" : 119 corps sans vie repêchés en 2018    POUR DEVENIR UNE ECONOMIE EN MESURE DE CONCURRENCER : L'Algérie a besoin, de plus d'un million d'entreprises    PRESIDENTIELLE : Ali Ghederi annoncera sa candidature    Réouverture de la Librairie Mauguin à Blida : Aujourd'hui, après 10 ans    Elecle président Bouteflika convoque le corps électoral pour le 18 avril 2019    Trois casemates pour terroristes détruites    Les supporters réclament le départ de Hamar    Hommage de la LAA à feu Abdou Seghouani    Le premier tour de manivelle, aujourd'hui    Iwal chante les Aurès et l'espoir    Jeux méditerranéens - 2021: Les préparatifs ont coûté 48 milliards de dinars    Accord UE-Maroc : Rejet de l'extension des préférences tarifaires aux territoires sahraouis    L'Onu confirme l'envoi d'observateurs    Tahrat forfait face à la Gambie    Mercato d'hiver 2018-2019 : Un marché plus ou moins emballé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aux origines de la civilisation ibéro-maurusienne des Babors
CONFERENCE-DEBAT DU Pr SLIMANE HACHI À BEJAIA
Publié dans Liberté le 01 - 02 - 2016

Le directeur du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH) est revenu dans son intervention sur la genèse de ses fouilles entamées en 1983, dans la séculaire grotte d'Afalou, sise au piémont du massif des Babors, dans la commune côtière de Melbou.
Invité par l'Association pour la sauvegarde du patrimoine culturel de la ville de Béjaïa, le Pr Slimane Hachi, directeur du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH), est longuement revenu, ce samedi, sur la genèse de ses fouilles entamées en 1983, dans la séculaire grotte d'Afalou, sise au piémont du massif des Babors, dans la commune côtière de Melbou.
Des fouilles qui, faut-il le souligner, l'ont amené à découvrir un gisement archéologique plusieurs fois millénaire, enfoui dans les méandres de ces galeries souterraines. "Cette grotte est une véritable nécropole durant plusieurs siècles. On y a découvert les restes de pas moins de 70 individus, des petites statuettes en terre cuite, des parures en coquilles d'œufs d'autruche et de nombreuses traces d'ocre... qui datent, d'au moins, d'une quinzaine de millénaires", expliquera cet éminent chercheur en archéologie et anthropologie, au cours d'une conférence-débat organisée à la salle de la bibliothèque Ibn Khaldoun de la Casbah de Béjaïa. Sur sa lancée, M. Hachi a tenu à préciser que "les figurines découvertes dans ces cavernes, notamment des représentations sous forme de quadrupèdes, sont considérées comme les plus anciennes statuettes de l'Afrique et parmi les plus vieilles au monde". Pour lui, au-delà de la valeur inestimable de ce patrimoine témoignant de la civilisation Ibéro-maurusienne, on en décèle la préoccupation artistique des populations de l'époque qui, grâce à leur sens de l'observation, avaient pu s'initier à l'art décoratif, en réussissant à transformer l'argile en objets de valeur.
Ces populations, a-t-il ajouté, vivaient essentiellement de la pêche et la chasse du gibier, notamment le lièvre et le mouflon à manchettes. Et le choix des monts des Babors pour se sédentariser n'est pas fortuit. Car, aux yeux de l'orateur, cette région recèle d'énormes atouts stratégiques et de richesses naturelles, ce qui est appelé une "unité biogéographique homogène".
Selon l'hôte de la capitale des Hammadites, quand la mémoire est en œuvre à travers la création d'un lieu sacré, on se sédentarise. Dans ce cas précis, on a fini par sacraliser la nécropole localisée dans la grotte d'Afalou. Dès lors que de nombreuses sépultures y sont mises en place. "Le premier individu à avoir été enterré dans cet endroit devait être un personnage extraordinaire. On l'inhumait dans un tombeau bien construit, avec ses objets de valeur, telles que sa tenue vestimentaire, ses parures, son glaive... car sa dépouille devait sacraliser les lieux", affirmera le conférencier.
Par ailleurs, le directeur du CNRPAH rappellera à l'assistance que la toute première découverte de la grotte d'Afalou remonte à 1927, alors que les premières études et explorations avaient eu lieu au début des années 1930.
Il est à noter que le célèbre paléontologue français, Camille Arambourg, fut le premier chercheur à publier, en 1934, le premier ouvrage sur ce site archéologique, intitulé "Les grottes paléolithiques des Béni-Segoual". Du côté Algérie, ce n'est qu'en 1983, que M. Hachi avait été chargé d'effectuer une étude sur la grotte d'Afalou, alors qu'elle était menacée par le tracé initial de la RN43 reliant Béjaïa à Jijel. Et c'était grâce au concours de l'Assemblée populaire de wilaya (APW) de Béjaïa de l'époque que les fouilles avaient pu démarrer une année après, soit en 1984, a témoigné M. Hachi.
KAMAL OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.