PSG : Neymar remis à temps pour le match face à l'OM    Foot - Classement Fifa : L'Algérie conserve sa 30e position, perd une place au niveau africain    Benzema devra encore patienter pour le jugement    Loi criminalisant la spéculation: les opérateurs appelés à déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    Elections locales à Mostaganem : Des maires et des ex-députés exclus de la course aux candidatures    Météo : pluies sous forme d'averses orageuses dans plusieurs wilayas du pays à partir de ce vendredi    La prédiction de Ronaldinho pour Mbappé    Le procès Hamel reporté au 17 novembre    L'économie dans le brouillard    Les remises plafonnées à 50% à compter de 2022    L'impérative réforme du système de protection sociale    Vers un durcissement des contrôles    Large consensus sur les élections du 24 décembre    L'Espagne ouvre la porte aux migrants mineurs    Le Conseil de sécurité de l'ONU débarque chez le colonel Goïta    27 morts dans un attentat à Damas    Prix Nobel algérien ? Tu rêves, mon frère !    Djabelkhir dans l'attente d'un avis du Conseil constitutionnel    Un scrutin miné ?    Rejet de 77 dossiers de candidature    Le RND au bord de la crise    Environ 290 transactions enregistrées    Slimani absent à Prague    Amara appelle les clubs à se conformer aux exigences de la CAF    Le Chabab affûte ses armes    Des candidats exclus font appel    Les citoyens ne se vaccinent plus    Entre relâchement et réticences vaccinales des Algériens    2 morts et 7 blessés dans une collision entre un véhicule léger et un bus scolaire    Des maires français réclament "la reconnaissance du crime d'Etat"    Le numérique au placard ! Vive le placard !    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    35e anniversaire de la mort de Samora Machel    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'administration de l'APN accusée d'immixtion
Désignation aux structures permanentes de l'Assemblée
Publié dans Liberté le 10 - 06 - 2017

Il est également reproché au MSP d'avoir été "complice dans le complot programmé par la coalition".
Le président du groupe parlementaire de l'alliance Ennahda-Bina-Adala accuse le secrétaire général de l'Assemblée nationale, Bachir Slimani, d'avoir violé les dispositions de la Constitution qui garantissent à l'opposition le droit d'être présente dans les structures de l'APN. Lakhdar Benkhallef reproche à ce dernier d'avoir envoyé, la veille de la réunion sur la répartition des postes de vice-président et les commissions permanentes, un document aux groupes parlementaires les incitant à l'application de la deuxième disposition de l'article 13 du règlement intérieur de la Chambre basse. Cette disposition donne la priorité à la majorité pour désigner une liste commune des vice-présidents de l'APN et de la soumettre par la suite pour adoption en plénière.
Le FLN et le RND ont ainsi renforcé leur présence dans le bureau de l'Assemblée et obtenu un plus grand nombre de commissions permanentes. En recourant à cette procédure, l'Assemblée nationale marque une rupture avec la méthode adoptée depuis la première législature pluraliste. À savoir, le calcul des quotas des postes à la proportionnelle, au prorata du nombre de députés obtenu par chaque parti politique au dernier scrutin législatif par rapport au nombre global des membres de la première Chambre du Parlement.
Lakhdar Benkhallef affirme avoir adressé au président de l'APN, Saïd Bouhadja, une correspondance dans laquelle le groupe parlementaire qu'il préside conteste ces pratiques. Il n'a pas obtenu de réponse. C'est la preuve, selon l'alliance Ennahda-Bina-Adala, qu'il est de connivence dans ce qu'elle qualifie de "falsification de structures de l'Assemblée". Il ajoute que des députés de la majorité parlementaire lui ont confié avoir reçu des directives de la part de leurs chefs de partis respectifs pour cautionner la démarche. "Ce qui vient de se passer augure des alliances pour les prochaines présidentielles", commente ce parlementaire. Eu égard du nombre de sièges qu'elle occupe au sein de l'hémicycle, l'alliance des islamistes composée d'Ennahda, d'El-Adala et du mouvement Bina ambitionnait de décrocher un poste de vice-président et de présider au moins une commission permanente. Cependant, le mode de désignation adopté lors de la réunion de lundi dernier ne lui a pas permis d'atteindre cet objectif.
Il est reproché au MSP d'avoir été "complice dans le complot programmé par la coalition". "Nous n'allons pas nous taire sur cette affaire qui vise à exclure l'opposition de son droit d'être représentée au sein des structures de l'APN", écrit le député Hassan Laribi, dans une déclaration postée sur son compte Facebook. L'attitude du MSP a provoqué également la colère du FFS. Le président du groupe parlementaire de ce parti, Chaffaa Bouaïche, a apostrophé le MSP sur cette décision. "J'ai tenu à interpeller les partis qui veulent intégrer le bureau, après l'avoir boycotté en 2012, de nous expliquer ce qui a changé durant ces cinq ans."
Il ajoute : "Les partis qui intègrent les structures ne peuvent pas se considérer comme partis d'opposition." La position du MSP, qui a refusé récemment d'intégrer le gouvernement, est, en effet, déroutante. Quel que soit le mode de répartition des quotas choisi, il aurait obtenu le même résultat : soit un poste de vice-président et une commission. Alors pourquoi avoir soutenu la démarche de la majorité parlementaire qu'il a ainsi intégrée de fait ?
Le FFS et le PT qui ont boycotté les structures de l'APN se sont prononcés aussi contre le dikdat de la majorité. Il faut s'attendre à une plénière mouvementée lors du vote sur la composante des instances de l'APN. Aucune date n'a été avancée pour l'instant. Pourtant la séance plénière doit absolument être programmée plusieurs jours avant la programmation de la déclaration de politique générale du gouvernement annoncée pour le 18 juin. Sauf si ce passage sera décalé.
Nissa Hammadi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.