Après la déclaration de vacance du poste de son président: Ould Abbès écarte la dissolution de l'APN    Refusant la médiation de deux députés pour rétablir Salima Ghezali: Le FFS plaide pour un changement du système    Bedoui à propos de la mauvaise gestion: «L'administration doit se libérer des obstacles bureaucratiques»    Un baril à 100 dollars: Goldman Sachs juge le scénario «peu probable»    Une occasion pour faire connaitre les atouts touristiques des régions du sud    Six plaintes déposées par le Front Polisario contre des groupes français    Jamal Khashoggi tué au consulat d'Istanbul: Le crime d'Etat de l'Arabie saoudite    Cherchell (Tipasa): Distribution prochaine de plus de 1100 logements    220 logements sociaux de Sebdou (Tlemcen): Le wali ordonne la révision de la liste des bénéficiaires    Pluies à Boumerdès: Risques d'inondation dans plusieurs communes    Bouhani sérieusement touchée à la cheville    L'importance du rôle de la presse dans la consécration de la culture de la paix mise en exergue    «Ghaza est en train d'imploser»    La JS Saoura accrochée par le Paradou AC    Défilé de mode algérien, maghrébin et palestinien    Saaâdoune succédera à El Morro    Chaque année, des dizaines de personnes meurent de cancers liés à l'amiante    Perpétuité pour le terroriste «Yasser Abou Kouthaïma»    Zetchi optimiste    L'OPGI peine à se faire payer    Six mois de suspension pour le président    Arrabal, l'Egyptien    Les massacres du 17 Octobre 61 commémorés à El-Biodh    Nouvelles d'Oran    Une vingtaine d'handicapés placés par l'ANEM en un mois: Une initiative louable... mais beaucoup reste à faire    Constantine - Plaidoyer pour un soutien à l'exportation    MC Alger: La Fédération libyenne « menace » Adel Amrouche    Le trafic des psychotropes prend de l'ampleur    Escroquerie au logement, cinq arrestations    Equipe nationale: Belmadi établit le même constat que Rajevak    L'affreuse excommunication    Pour qui paye Bouhadja ?    253 affaires traitées en septembre dernier    Une application mobile pour impliquer les citoyens dans la protection de l'environnement    Défaite de Charles Quint à Alger    Sommet Erdogan-Poutine-Macron-Merkel à Istanbul    Dernière tribune de Jamal Khashoggi parue dans le Washington Post : «Ce dont le monde arabe a besoin, c'est la liberté d'expression»    Règlement de la crise syrienne : La Russie et la Turquie à l'épreuve du terrain    L'Algérie est-elle à l'abri d'un nouveau krach ?    139e Assemblée générale de l'UIP : M. Bensalah prend part à Genève à la clôture des travaux    L'instance olympique célèbre ses 55 ans d'existence    Abane Ramdane a lutté «de toutes ses forces» contre la division    Premier percussionniste du célèbre Cheikh Amar Ezzahi : Boulifa Messaoud n'est plus    CRASC : Un ouvrage collectif dédié à Abdelkader Alloula    L'écrivaine colombienne Piedad Bonnett présente son livre à Oran : Une intervention captivante autour de “Ce qui n'a pas de nom”    Ouyahia ordonne aux ministres et walis d'interdire le port du niqab    L'armée pilonne les dernières poches terroristes    Un saoudien tué dans un accident de voiture à Riyad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un site incontournable pour les touristes
Le palais royal du Mechouar à Tlemcen
Publié dans Liberté le 23 - 07 - 2017

Cet imposant et mystérieux édifice continue de susciter, chez les visiteurs, une curiosité et des questionnements que les guides de l'Office du tourisme s'efforcent de satisfaire.
Le palais royal du Méchouar, important vestige historique et légendaire qui trône au centre de la ville de Tlemcen, est devenu un lieu incontournable pour les visiteurs, et ce, depuis sa restauration en 2011 à la faveur de la manifestation "Tlemcen, capitale de la culture islamique". Edifiée en 1145 par Abdelmoumen Ben Ali, guerrier, natif de Nédroma pour abriter le campement militaire des Almohades et y organiser les fêtes traditionnelles, la vieille citadelle de forme rectangulaire (200 m x 150 m) abrite en son sein, palais, mosquée, caravansérail, musée et dépendances. Le méchouar, imposant et mystérieux édifice, continue de susciter, chez les visiteurs, une curiosité et des questionnements que les guides de l'Office du tourisme s'efforcent de satisfaire. Le palais royal à l'architecture épurée et au style arabo-islamique a été restitué à l'ancienne avec ses jets d'eau, ses voûtes et arcs outrepassés, ses édifices décorés au stuc d'époque et l'embellissement de l'espace territorial. Il est le plus visité avec la grande mosquée (XIIIe siècle) et le mausolée de Sidi Boumediène. A la faveur de la signature du traité de la Tafna en 1837, les troupes de l'émir Abdelkader ont occupé la forteresse durant une période d'environ quatre années avant sa reprise en 1842 par l'armée coloniale qui a transformé les lieux en caserne et centre de torture. Après l'indépendance, des tentatives de restauration furent opérées au sein de la citadelle, mais ce sont les fouilles archéologiques de 2011 qui ont abouti à sa totale rénovation. Aujourd'hui, ce patrimoine considéré comme le plus prestigieux de la cité historique, est devenu la fierté de Tlemcéniens. La visite du site permet de jeter un regard sur l'âge d'or de la dynastie des Zianides à travers la restitution de l'histoire et des traditions de la région. Durant la période estivale, les touristes nationaux, avant de bifurquer vers la plage de Marsa Ben M'hidi n'hésitent pas à effectuer la visite du palais royal et de ses dépendances malgré le prix élevé de l'entrée fixée à 200 DA par personne.
B. Abdelmadjid


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.