Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Le Président Mahmoud Abbas achève sa visite en Algérie    Foot: les dettes des clubs professionnels dépassent les 1.000 milliards de centimes    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Légère baisse de la production d'agrumes    Les Benhamadi condamnés    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    Une Association sahraouie tient l'ONU pour responsable des crimes marocains    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le dossier sera traité jeudi prochain    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    En souvenir d'Omdurman    Belmadi quatrième    Plusieurs routes bloquées dans l'est du pays    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Tout dépendra encore des recours    Le RND remporte la présidence de l'APW    L'armée d'occupation israélienne assiège une ville dans le Nord de la Cisjordanie    Le détail qui échappe à Charfi    Séminaire des chefs de mission et des délégués techniques    Purée de courgettes à la menthe    Du gluten dans votre shampooing    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    A Tierra met le cap sur Annaba    Et la relance socio-économique ?    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Aziza Oussedik en paisible retraite    Les points à retenir du Conseil des ministres    L'axe incontournable de la relance    Le bras de fer continue !    L'interaction Tamazight et l'informatique    Un riche parcours et des réalisations    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Joutes poétiques en altitude
4e édition du festival de poésie amazighe d'Aït Zikki
Publié dans Liberté le 13 - 08 - 2017

Après trois jours d'intenses activités, le rideau est tombé hier sur la 4e édition du Festival de la poésie amazighe d'Aït Zikki (daïra de Bouzeguène, à une soixantaine de kilomètres de Tizi Ouzou, chef-lieu de wilaya). Organisé conjointement par l'association culturelle Smaïl-Azikkiw et le comité du village de Taourirt Bouar, le festival a été dédié, cette année, au vaillant moudjahid Lounis Azzi, âgé aujourd'hui de 89 ans. Le festival, initié depuis quatre ans par les villageois de Taourirt Bouar, est largement consacré à la vie et l'œuvre du poète de l'insurrection de 1871, Smaïl Azikkiw. Un riche programme a été concocté en la circonstance avec une exposition permanente de photos et de documents, des conférences-débats, des déclamations de poèmes, des concours de poésies, des "ichewiqen", des représentations théâtrales et des ventes dédicaces. Les activités se sont concentrées entièrement à l'école primaire Chahid-Ouali-Allam, où toutes les conditions pour le bon déroulement de ce festival annuel ont été jugées très satisfaisantes par les festivaliers qui ont surtout apprécié la fraîcheur du site, puisque le village est perché à plus de 1300 m d'altitude. Le festival, qui s'est étalé sur trois jours, aura constitué un véritable hymne à la poésie berbère, au théâtre amazigh et aux "ichewiqen" du terroir. Mercredi, jour d'ouverture du festival, a vu se dérouler un riche programme comprenant, outre les expositions d'objets traditionnels et du terroir, un recueil de poésie ayant pour thème "Ulamek" et déclamé par Benkhelifa Salim, des "izlan", "ichewiqen", présentation de deux chorales Tamagit et Anzar. Dans l'après-midi, le public a été convié à une conférence-débat présentée par l'écrivain Younès Adli ayant pour thème "La civilisation rurale au 19e siècle : cas de la Kabylie", suivi d'un récital poétique de Dda Lounis Azzi et d'une pièce théâtrale. Les autres journées ont été meublées essentiellement par le grand concours poétique qui a atttiré, cette année, 62 poètes inscrits au concours et une vingtaine en hors concours, dont de nombreuses femmes, sous l'œil vigilant et attentif d'un jury constitué de trois éminents poètes, en l'occurrence Mourad Rahmane, Mahrouche Hassan et Hami Saïd. Un spectacle théâtral, une autre conférence de Abdenour Abdeslam se sont tenus sur les lieux, suivis d'une visite guidée vers le site d'Aswel, à 1600 m d'altitude, et la 4e édition de ce festival poétique a été clôturée par un gala artistique. Le président de l'association cultuelle Smaïl-Azikkiw, Djilali Haddouche, nous a dressé un bilan qu'il a jugé positif, notamment par le nombre de participants venus de Kabylie, de Sétif et d'Alger. Il reste toutefois très soucieux quant aux soutiens et aux contributions financières attribués aux associations pour l'organisation des fêtes annuelles et des festivals traditionnels avec des subventions revues à la baisse. C'est dire que les huit fêtes annuelles qu'organise régulièrement la daïra de Bouzeguène en période estivale risquent de connaître des jours difficiles durant les prochaines éditions.
KAMEL NATH OUKACI

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.