Les assemblées locales appelées à s'affranchir de la bureaucratie    7e réunion de haut niveau des Parlements du groupe de dialogue 5+5, demain à Alger    Les syndicalistes de l'UGTA montent au créneau    Pièce de rechange auto : il n'a jamais été question de suspendre l'importation    Evaluation des politiques publiques : Une pratique en quête d'institutionnalisation    Le désenchantement s'est installé. Il faut réformer l'appareil de l'Etat    Tunisie : Un 7e anniversaire de la révolution au goût amer    Catalogne : Les indépendantistes récupèrent la présidence du Parlement    Ligue 1 : Derby de la peur au 20 Août 1955    Mondiaux de la médecine : Préparation perturbée pour les Algériens    ASMO : Qui veut pousser Laoufi à partir ?    Les usagers ont accepté ces augmentations symboliques puisque leur impact sur leur pouvoir d'achat est minime    «Je suis spécialiste... je galère»    Le front social ne décolère pas    La société algérienne est défaite et l'ordre institutionnel a reculé    Dans les coulisses de... : Spectacle de Nawell Madani    Cherif Kheddam de A à Z    Claude Puel : «Je ne pense pas que Slimani restera avec nous»    Jumia Travel organise l'African Travel Awards dans huit pays    Maroc : la réforme du régime de change est une décision "souveraine" (Banque centrale)    Algérie : Les militants du FFS à Ghardaia ont été tous acquittés    Projet de réalisation d'un parking de voitures de 5 étages à Sétif    Pétrole : L'EIA prévoit un nouveau record de production en 2018    MCO / Mekkaoui : «Cette fois, on battra le Paradou !»    NAHD / Khiat : «On fera plaisir à nos supporters ce samedi»    L'ex-ministre de la Défense de Gbagbo condamnés à 15 ans de prison    Un virus mutant créé dans l'espoir d'un vaccin plus efficace    La CEDEAO surveille le processus politique en Gambie    Etats-Unis : Première victoire pour un défenseur des sans-papiers    HSBC écope d'une amende de plus de 100 millions de dollars    Algérie : Ouyahia n a pas encore dit son dernier mot au sujet des privatisations    CN du RND : Ouyahia élude la question de l'ouverture du capital des entreprises publiques    RENCONTRE NATIONALE DES P/APC ET DES P/APW    Ã‰NERGIES RENOUVELABLES    Constantine - Tirage au sort des 1.550 logements sociaux: Des manifestants dénoncent leur exclusion de la liste    A travers l'UNRWA c'est le peuple palestinien qui est visé    Ouyahia: Premier ministre ou coordonnateur de l'action gouvernementale ?    Revendications des médecins résidents: Un comité de suivi installé ce dimanche    CRB-USMH, derby algérois à grand enjeu    Habitations précaires : Les programmes de logements se poursuivront jusqu'à leur éradication    Zidane face à une campagne médiatique    "L'instruction du Président n'est pas un redressement"    Le chef de l'ONU inquiet des conditions du retour    Récital de la cantatrice algérienne Faïrouz Oudjida    Education Ouyahia reçoit le DG de l'ALESCO    L'inscription du raï en bonne voie    Des illusions algéroises    Exposition chez Bouffées d'Art    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ould Abbes : "Bouteflika gère, je le jure"
Tout en restant vague sur l'instruction que le Président aurait adressée à Tebboune
Publié dans Liberté le 13 - 08 - 2017

"L'instruction peut être téléphonique et rapportée par les médias", a souligné le SG du FLN.
"Une tempête dans un verre d'eau", "Ce n'est pas à l'ordre du jour", "Je ne veux pas évoquer ce sujet publiquement", c'est ainsi que répond Djamel Ould Abbes lorsqu'on lui demande son point de vue sur le cas Tebboune et les rumeurs sur un conflit au sommet de l'Etat.
Le secrétaire général du FLN a reconnu, cependant, hier, lors de la rencontre avec les secrétaires de mouhafadhas et des présidents des commissions transitoires des mouhafadhas, l'existence d'une instruction du président de la République à Tebboune. Elle peut être téléphonique et rapportée par les médias, a-t-il souligné. Il en veut pour preuve cette nouvelle instruction du Président qui a permis de libérer les importations et de débloquer les marchandises du port d'Alger. C'est une preuve aussi, a-t-il insisté, que c'est le président Bouteflika qui gère le pays. "C'est lui le patron. Je jure que c'est le président Bouteflika qui gère le pays", a-t-il ajouté.
Et à l'adresse des responsables locaux du parti, Ould Abbes a intimé l'ordre de ne pas discuter ou de commenter la parole du Président. Même interdiction concernant le cinquième mandat pour le président Bouteflika évoqué dans un rapport parlementaire français. "J'interdis à tous les responsables du parti de parler du 5e mandat", dit-il, en les invitant à se concentrer sur les élections locales de novembre prochain. Il est clair qu'Ould Abbes ne veut pas participer ni s'impliquer dans le débat autour de l'échéance de 2019, ainsi que la bataille qui a commencé autour de la succession d'Abdelaziz Bouteflika. Il insistera beaucoup, en revanche, sur les prochaines élections locales, qui sont, selon lui, un important tournant dans l'histoire du pays. Et pour les réussir, il a envoyé une instruction (C12) aux mouhafedhs, une sorte de mode d'emploi pour les choix des candidats, la préparation du scrutin, la campagne et les thèmes de campagne liés directement aux préoccupations des citoyens. Ainsi, sous la supervision de membres du comité central, les mouhafedhs sont instruits d'organiser des assemblées générales dans les kasmas où les militants pourront choisir
eux-mêmes les candidats du parti. Des choix qui doivent être consignés dans des PV. Il leur a fixé la date du 5 septembre pour que tous les PV soient remis à la direction du parti. Ould Abbes veut rétablir cette pratique disparue de la vie du parti depuis des années où le mode de désignation des candidats a caractérisé tous les scrutins. Une manière de redonner la parole aux militants et de regagner, selon lui, leur confiance.
Il a révélé, par ailleurs, que des cadres et même des membres du comité central ont fait campagne ou pris position contre le parti lors des dernières législatives. Et malgré ces manœuvres et les pressions, "on est sorti vainqueur", a souligné Ould Abbes en expliquant avoir résisté et assumé seul les choix. Avec ses nouvelles options impliquant la base, le SG du FLN veut éviter la réédition de la campagne des législatives.
Djilali B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.