Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Transition énergétique : «Le rôle de Sonelgaz est incontournable» selon Chaher Boulakhras    Plein-chômage !    Energies renouvelables : Création d'une entreprise de production et de distribution des énergies renouvelables    Les élus de l'APW exigent une enquête    L'après-Trump commence aux Etats-Unis : Investiture du président élu Joe Biden    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Conseils simples d'entretien du véhicule pour l'hiver extrême    Un incendie détruit quatre écoles au Bangladesh    Maroc : Premier cas de variant du nouveau coronavirus    Les ventes d'automobiles plongent en 2020 à cause de la Covid-19    Mondial 2021 de Handball : Retrouvailles entre l'Algérie et la France en fin d'après-midi    3 décès et 249 nouveaux cas    MO Béjaïa : Sebaâ remercié, Abbès arrive    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    Plusieurs joueurs sanctionnés    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Journée de protestation des enseignants    Boumerdès : Quel sort pour l'industrie de la pêche ?    À la DJS, on détruit pour... réaménager !    Opposition aux carrières à M'Kira (Tizi Ouzou) : Des villageois dénoncent le harcèlement judiciaire    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Chlef: Des constructions illicites sur des terres agricoles    Bouira: L'université Akli Mohand Oulhadj classée 22ème à l'échelle nationale    Un avant-projet en question    Une voiture dérape, un mort et deux blessés    Vaccination contre la Covid-19: Les objections du président de la Forem    Oran: Un carambolage impliquant 19 véhicules sur le 4eme périphérique    Un détachement de navires de guerre russes accoste au port d'Alger    Bir El Djir: Des aménagement en prévision des JM 2022    JSM Béjaïa: La feuille de route en application    La future loi, le sexe et l'âge    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    2,382 millions de km2 attendent l'amour et le travail du citoyen    Tiaret: Un film en hommage au comédien Hamza Feghouli    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Rêver à perdre la raison !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Me Chaïb : "Nous voulons éviter l'erreur judiciaire"
L'avocat du principal accusé dans l'affaire de Cocaïne au port d'oran
Publié dans Liberté le 20 - 06 - 2018

"Pourquoi le fournisseur, l'armateur et le commandant de bord n'ont-ils pas été interrogés ? " se demande Me Chaïb, qui estime que "c'est l'une des pistes à explorer pour arriver à la vérité".
Le feuilleton judiciaire autour de l'affaire de la saisie de 701 kg de cocaïne, le 29 mai dernier au port d'Oran, ne connaîtra pas son épilogue de sitôt. Le collectif d'avocats des six accusés que sont l'importateur Kamel Chikhi, deux de ses frères, son directeur commercial, l'un de ses associés et un employé, met en avant des éléments susceptibles de donner une autre tournure à cette affaire.
"Tout le monde a vu à la télévision les pièces à conviction saisies par les services de sécurité. Outre la cocaïne, il y avait des sacs imperméables, des lampes, des GPS, des batteries et des cordes. La présence de ce matériel sur le cargo transportant les containers de viande dans lesquels était dissimulée la drogue, porte à croire que celle-ci était destinée à être jetée en haute mer et récupérée par la suite par des vedettes de narcotrafiquants et non acheminée vers l'Algérie. C'est un mode opératoire connu. Mon client Kamel Chikhi est une victime. On veut éviter l'erreur judiciaire", nous a déclaré, hier, Me Sadek Chaïb. Il pense que les narcotrafiquants, informés par leurs réseaux des soupçons des autorités espagnoles, ont été contraints d'abandonner la marchandise. Actuellement, l'instruction judiciaire s'est limitée au périmètre de l'importateur et promoteur immobilier et de son entourage immédiat.
Après plus de 30 heures d'audition menées par le juge d'instruction, les prévenus ont été placés en détention le 8 juin dernier pour trafic de drogue, blanchiment d'argent et constitution d'une organisation criminelle transfrontalière. Pour l'instant, le juge en charge
de l'affaire n'a pas encore délivré des commissions rogatoires vers l'Espagne et le Brésil, jugées déterminantes pour la défense qui espère une instruction à charge et à décharge explorant toutes les pistes.
L'avocat s'interroge : "Pourquoi le fournisseur, l'armateur, le commandant de bord n'ont-ils pas été interrogés ? C'est l'une des pistes que le juge d'instruction doit explorer pour arriver à la vérité." Kamel Chikhi n'a pas pu expliquer comment les 701 kg de cocaïne ont pu se retrouver dans la cargaison de viande qu'il a importée du Brésil. Les enquêteurs ont examiné les scellés des containers pour savoir s'ils ont été changés au cours du transport comme l'a soutenu le principal accusé durant son interrogatoire.
Me Chaïb nous confie que dès le début de l'enquête, il a été établi que les scellés des containers ont été changés. "Le juge d'instruction doit demander des explications aux autorités espagnoles. Car le droit maritime international fait obligation, lors de l'ouverture de scellés, de s'assurer de la présence du représentant de la société brésilienne qui a fourni la viande, de la société qui a assuré le transport de la marchandise ainsi que du capitaine de bord. Ce qui n'a pas été fait. Où est la responsabilité algérienne dans tout cela ? Beaucoup de zones d'ombre sont à élucider", estime-t-il.
Parmi lesquelles cette promptitude des autorités espagnoles à remettre les scellés sur les containers suspects avant de permettre leur embarquement à bord du navire "Véga Mercury", affrété par MSC pour être acheminés vers l'Algérie. "Il fallait ouvrir une enquête en Espagne", proteste l'avocat de Kamel Chikhi.
À ce stade de l'instruction, on ne sait pas non plus pour quelles raisons l'un des associés de Kamel Chikhi ainsi que ses deux frères ont été placés sous mandat de dépôt. "La société importatrice de la viande est l'Eurl Dounia Meat. Dans les statuts d'une Eurl, il n'y a pas d'associés, alors pourquoi impliquer dans cette affaire les deux frères de Chikhi et l'un de ses associés dans une toute autre entreprise ?", se demande Me Chaïb.
La chambre d'accusation du pôle pénal d'Alger rendra son verdict aujourd'hui sur l'appel interjeté par la défense pour l'annulation des mandats de dépôt prononcés contre les six accusés.
Pour rappel, 25 autres personnes ont été interrogées dans le cadre de cette affaire en qualité de témoins. Parmi elles, 5 membres de l'équipage de nationalité philippine, ainsi que le commandant de bord du "Véga Mercury", le navire affrété par la société suisse MSC qui a assuré le transport des containers de viande dans lesquels était dissimulée la drogue.
Nissa Hammadi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.