LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Deux terroristes neutralisés en mai dernier    Chemseddine autorisé à revenir sur Ennahar TV    La famille Nezzar poursuivie pour évasion fiscale !    DOCUMENTAIRE DIFFUSEE PAR FRANCE 5 SUR LE HIRAK : Le RND dénonce une campagne tendancieuse    MOSTAGANEM : Le non-port du masque, une infraction pouvant être érigée en délit    LUTTE CONTRE LE COVID19 : La wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    AIN TEMOUCHENT : Deux filles membres d'un réseau de passeurs    LE PRESIDENT TEBBOUNE EN VISITE AU MDN : Le siège de l'état-major baptisé au nom de feu Gaid Salah    Ligue1 algérienne-USM Alger: Zeghdoud évasif sur son avenir    L'envoi de troupes de l'ANP en dehors des frontières ne remet pas en cause la doctrine de non ingérence de l'Algérie    «Tebboune s'est engagé à libérer Tabbou et Benlarbi»    La BM retire des cartes géographiques du Maroc incluant illégalement le Sahara occidental    Plan d'annexion en Cisjordanie: la Fédération internationale des syndicats condamne la démarche israélienne    Le référendum constitutionnel fixé au 1er juillet    Le Zimbabwe convoque l'ambassadeur américain à Harare    L'Amérique brûle    Un webinaire interactif pour la région Mena    Réunion du Bureau Fédéral de la FAF : La reprise des activités liée à la levée du confinement    Milan AC (Italie) : L'Algérien Bennacer intransférable pour le futur entraîneur    L'Epreuve    L'infrangible lien…    Les remplaçants acceptent, les titulaires refusent    Les frais de transport des dépouilles à la charge de l'état    Raouya présente le PLFC 2020 devant la commission spécialisée    Baadji Abou-El-Fadhl confiné chez lui    Covid19-Aides aux commerçants: l'ANCA se félicite des décisions du Conseil des ministres    8 décès et 119 nouveaux cas en 24 heures    Les écoles privées rappelées à l'ordre    246 autorisations accordées en 2019    Mustapha Hamici, nouveau directeur général    Le journaliste Henri de Grandmaison tire sa révérence    "Je pense porter plainte pour manipulation"    De l'orientation sociale du savoir au contrôle de la société    Fresque murale vandalisée à Alger-Centre : «Abu rouleau» rentre dans l'art    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    Récits de Miel et de Sang, ou le voyage dans le temps    Impactés par les retombées du confinement: Les gérants des auto-écoles réclament la reprise de leur activité    El-Bayadh: La production céréalière impactée par la sécheresse    Football - Agents de joueurs: Entre affairisme et parfaite illégalité !    EHS Canastel: Vingt-deux enfants atteints du Covid-19 pris en charge    Allemagne: Quatrième passe décisive pour Bensebaïni    Ce que prépare le gouvernement...    Les amendements introduits    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Tribunal de Koléa : report du procès de Karim Tabbou au 29 juin prochain    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Me Chaïb : "Nous voulons éviter l'erreur judiciaire"
L'avocat du principal accusé dans l'affaire de Cocaïne au port d'oran
Publié dans Liberté le 20 - 06 - 2018

"Pourquoi le fournisseur, l'armateur et le commandant de bord n'ont-ils pas été interrogés ? " se demande Me Chaïb, qui estime que "c'est l'une des pistes à explorer pour arriver à la vérité".
Le feuilleton judiciaire autour de l'affaire de la saisie de 701 kg de cocaïne, le 29 mai dernier au port d'Oran, ne connaîtra pas son épilogue de sitôt. Le collectif d'avocats des six accusés que sont l'importateur Kamel Chikhi, deux de ses frères, son directeur commercial, l'un de ses associés et un employé, met en avant des éléments susceptibles de donner une autre tournure à cette affaire.
"Tout le monde a vu à la télévision les pièces à conviction saisies par les services de sécurité. Outre la cocaïne, il y avait des sacs imperméables, des lampes, des GPS, des batteries et des cordes. La présence de ce matériel sur le cargo transportant les containers de viande dans lesquels était dissimulée la drogue, porte à croire que celle-ci était destinée à être jetée en haute mer et récupérée par la suite par des vedettes de narcotrafiquants et non acheminée vers l'Algérie. C'est un mode opératoire connu. Mon client Kamel Chikhi est une victime. On veut éviter l'erreur judiciaire", nous a déclaré, hier, Me Sadek Chaïb. Il pense que les narcotrafiquants, informés par leurs réseaux des soupçons des autorités espagnoles, ont été contraints d'abandonner la marchandise. Actuellement, l'instruction judiciaire s'est limitée au périmètre de l'importateur et promoteur immobilier et de son entourage immédiat.
Après plus de 30 heures d'audition menées par le juge d'instruction, les prévenus ont été placés en détention le 8 juin dernier pour trafic de drogue, blanchiment d'argent et constitution d'une organisation criminelle transfrontalière. Pour l'instant, le juge en charge
de l'affaire n'a pas encore délivré des commissions rogatoires vers l'Espagne et le Brésil, jugées déterminantes pour la défense qui espère une instruction à charge et à décharge explorant toutes les pistes.
L'avocat s'interroge : "Pourquoi le fournisseur, l'armateur, le commandant de bord n'ont-ils pas été interrogés ? C'est l'une des pistes que le juge d'instruction doit explorer pour arriver à la vérité." Kamel Chikhi n'a pas pu expliquer comment les 701 kg de cocaïne ont pu se retrouver dans la cargaison de viande qu'il a importée du Brésil. Les enquêteurs ont examiné les scellés des containers pour savoir s'ils ont été changés au cours du transport comme l'a soutenu le principal accusé durant son interrogatoire.
Me Chaïb nous confie que dès le début de l'enquête, il a été établi que les scellés des containers ont été changés. "Le juge d'instruction doit demander des explications aux autorités espagnoles. Car le droit maritime international fait obligation, lors de l'ouverture de scellés, de s'assurer de la présence du représentant de la société brésilienne qui a fourni la viande, de la société qui a assuré le transport de la marchandise ainsi que du capitaine de bord. Ce qui n'a pas été fait. Où est la responsabilité algérienne dans tout cela ? Beaucoup de zones d'ombre sont à élucider", estime-t-il.
Parmi lesquelles cette promptitude des autorités espagnoles à remettre les scellés sur les containers suspects avant de permettre leur embarquement à bord du navire "Véga Mercury", affrété par MSC pour être acheminés vers l'Algérie. "Il fallait ouvrir une enquête en Espagne", proteste l'avocat de Kamel Chikhi.
À ce stade de l'instruction, on ne sait pas non plus pour quelles raisons l'un des associés de Kamel Chikhi ainsi que ses deux frères ont été placés sous mandat de dépôt. "La société importatrice de la viande est l'Eurl Dounia Meat. Dans les statuts d'une Eurl, il n'y a pas d'associés, alors pourquoi impliquer dans cette affaire les deux frères de Chikhi et l'un de ses associés dans une toute autre entreprise ?", se demande Me Chaïb.
La chambre d'accusation du pôle pénal d'Alger rendra son verdict aujourd'hui sur l'appel interjeté par la défense pour l'annulation des mandats de dépôt prononcés contre les six accusés.
Pour rappel, 25 autres personnes ont été interrogées dans le cadre de cette affaire en qualité de témoins. Parmi elles, 5 membres de l'équipage de nationalité philippine, ainsi que le commandant de bord du "Véga Mercury", le navire affrété par la société suisse MSC qui a assuré le transport des containers de viande dans lesquels était dissimulée la drogue.
Nissa Hammadi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.