Constitution de Tebboune : à qui reviendra le dernier mot ?    Le président et le vice-président de transition du Mali ont prêté serment    Zimbabwe appelle l'ONU à redoubler d'efforts pour mettre fin à l'occupation du Sahara occidental    Foot/ Algérie : le second représentant an Coupe de la Confédération connu le 4 octobre    Fédération algérienne de handball : adoption à l'unanimité des bilans moral et financier    La France a ordonné l'assassinat de Français "pro-FLN" durant la Guerre de libération    Céréaliculture: Hamdani appelle la levée des contraintes financières    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel par les plaidoiries de la défense    Agriculture: un système spécial face à la la spéculation sur le prix du son    Wilaya d'Alger: les rassemblements publics sont soumis à un protocole sanitaire spécial    Attar: l'augmentation de la production énergétique, une orientation stratégique pour le secteur    Massacres du 17 octobre 1961: Une association française demande la reconnaissance du crime    Le document d'amendement de la Constitution insiste sur la protection de la famille    DIRECTION DES SERVICES AGRICOLES DE TIARET : Installation de la cellule d'écoute et d'orientation    Real Madrid: Bale n'a aucun regret    Manchester United: une offre de 98 M€ pour Sancho?    PSG: Di Maria prêt à prolonger, mais...    MASCARA : Les travailleurs de l'entreprise ‘'Dahra'' sans salaire depuis 8 mois    DISTRIBUTION DE 800 LOGEMENTS AADL A TISSEMSILT : Les souscripteurs de la cité Sanawbar enfin soulagés    ACCUSE DE DETERIORATION DE BIENS PUBLICS A MASCARA : Le professeur Yahiaoui Ahmed acquitté    SIDI BEL ABBES : Le corps sans vie d'un adolescent repêché d'une retenue d'eau    BECHAR : Arrestation d'un charlatan en possession d'une arme à feu    VALIDATION DE LA QUALITE DE 3 NOUVEAUX MEMBRES DE L'APN : Le rapport de la commission spécialisée validé    MANIPULATION DE L'IMAGE PAR M6 : L'ARAV exprime sa "totale réprobation"    OUARGLA : Un terroriste se rend aux autorités militaires    MOSTAGANEM : Le conseiller du président Tebboune réunit les zaouias    Zeghmati: promulgation prochaine d'un texte de loi contre l'enlèvement    Participation de l'ANP au maintien de la paix : une évolution dictée par le contexte géopolitique    Situation de l'environnement marin :Benharrats tire la sonnette d'alarme    Les problèmes de développement en suspens de nombreuses zones d'ombre réglés    Belhimer: le débat sur la Constitution dénote la conscience du peuple qui suit de près le sujet    La wilaya d'Alger réagit    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    Trafic de drogue: ce n'est pas en pointant une Kalashnikov devant ces jeunes……..    Une rentrée scolaire à domicile    Le Bayern remonte sur scène, retour risqué des fans    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Ce soir-là...    Actucult    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Alger prend acte    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Commerce: L'Algérie évalue ses accords avec les partenaires étrangers    Poker gagnant pour l'Histoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Riyad accepte d'accroître sa production
Face aux risques sur l'offre de pétrole
Publié dans Liberté le 01 - 07 - 2018

Sur son compte Twitter, le président américain, Donald Trump, a annoncé que l'Arabie saoudite était disposée à augmenter le volume de sa production journalière de pétrole. "Je viens de parler au roi saoudien Salmane et j'ai demandé à l'Arabie saoudite de relever sa production pétrolière jusqu'à, peut-être, deux millions de barils pour compenser les pertes causées par les troubles et le dysfonctionnement en Iran et au Venezuela [...]. Il l'a accepté", a écrit le président américain. Dans le même temps, le communiqué diffusé par la partie saoudienne à l'issue de l'entretien entre les deux leaders ne porte aucune mention concernant l'éventuelle augmentation de la production pétrolière, rapporte Reuters. Ces déclarations de Donald Trump interviennent après une nouvelle envolée des cours du pétrole, vendredi. À Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août, dont c'est le dernier jour de cotation, a terminé à 79,44 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en hausse de 1,59 dollar par rapport à la clôture de jeudi. Cette envolée des prix est essentiellement portée par les inquiétudes sur l'offre d'or noir dans le monde. Pour rappel, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), suivie par son allié russe, avait annoncé une hausse modérée de la production pour justement stabiliser les prix du pétrole. L'accord obtenu, le 22 juin, sous pression du président américain qui avait accusé l'Opep de maintenir "artificiellement élevés" les prix du pétrole, devait permettre une augmentation de la production dans le but d'équilibrer le marché. Mais les choses ne semblent pas se dérouler comme prévu. Et c'est le même Donald Trump pour qui les prix sont "artificiellement élevés", qui pousse à faire monter les prix à travers ses exigences d'isoler Téhéran sur le plan pétrolier. L'attitude du président américain fait monter le risque de perturbations de l'offre, ce qui fait grimper les cours à court terme. Mardi, moins de quatre jours après que l'Opep et ses alliés, dont la Russie, avaient validé le principe d'une hausse de leur production de brut, Washington a refroidi le marché du pétrole en menaçant de sanctions tout pays recevant du brut iranien à partir de novembre. Un responsable du département d'Etat américain a ainsi déclaré à des journalistes que tous les pays se devaient d'arrêter totalement leurs importations de pétrole iranien d'ici au 4 novembre, s'ils veulent éviter les sanctions américaines. Ces déclarations ont eu un impact immédiat sur un marché pétrolier déjà tendu. Les analystes de BNP Paribas jugent que "malgré la décision de l'Opep et de ses partenaires, en comptant le nombre de barils qui seront probablement perdus en Libye ainsi qu'en Iran, avec les sanctions américaines, les prix devraient encore grimper dans les six prochains mois". Dans les prochains jours, les analystes estiment que les éléments-clés à observer vont être le rythme auquel l'Arabie saoudite et la Russie vont faire grimper leur production ainsi que l'ampleur des efforts effectués par les principaux importateurs de brut iranien dont la Chine, l'Inde et la Turquie, pour limiter leurs achats avant les sanctions américaines.
Saïd Smati

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.