Hommage au comédien Saïd Hilmi : Chapeau bas, l'artiste    Procès Rabah Karèche : le verdict attendu pour jeudi prochain    "Je ne vais pas abandonner !"    Les pompiers sur le qui-vive    Le confinement partiel reconduit dans 37 wilayas pour 10 jours    "Heureusement qu'il y a cet élan de solidarité des Algériens"    Les cours du blé stables sur Euronext    Limogeages en série et attente d'un nouveau gouvernement    Un terroriste arrêté à Bordj-Badji-Mokhtar    Louis van Gaal de nouveau sélectionneur des Pays-Bas    «Nous espérons disputer un tournoi de l'Unaf en septembre»    «Toutes les décisions prises ont pour finalité la protection de la Patrie et l'intérêt du citoyen»    Nous sommes là !    Sale temps pour les fuyards !    Les élections locales en novembre    Marathon Man    «J'ai tiré à travers l'étoffe même du vêtement»    Ali Tata, peindre Leveilley...    Amir Sayoud bientôt en Arabie Saoudite    Conflit du Sahara Occidental : Le tweet de Biden qui a rendu malade le Maroc    Après une saison décevante de la JS KABYLIE : Cap sur la finale de la Coupe de la Ligue    JO-2020 : lutte Fin de parcours pour Bachir Sid Azara    Ould Kaddour extradé vers Alger    Chlef: Jusqu'à la perpétuité pour les incendies volontaires    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Face à une situation économique et sanitaire préoccupante, dix axes directeurs pour le redressement national    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    Les élections locales en novembre    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    Médias français au service des puissants (2/2)    Baâdji passe à l'action    Le paiement électronique effectif    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    La diaspora au rendez-vous    Plusieurs opérations menées en une semaine    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Hayatou suspendu un an    L'Italie Championne olympique    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    La scène artistique kabyle en deuil    Les divas arabes à l'honneur    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les Patriotes ne désarment pas
BOUIRA
Publié dans Liberté le 01 - 07 - 2018

Les Patriotes de la wilaya de Bouira sont encore une fois montés au créneau, pour dénoncer "le mutisme" des autorités, face à leurs doléances qui demeurent en suspens. Ils viennent cette fois d'adresser une requête au premier magistrat de la wilaya dans laquelle ces sacrifiés, comme ils se font appeler, se disent "délaissés et manquent de reconnaissance, aussi bien symbolique que matérielle de la part des pouvoirs publics".
Dans le même document, ils réitèrent ainsi l'appel pour "une reconsidération immédiate et une reconnaissance solennelle de leur combat et leur sacrifice pour la sauvegarde de la République algérienne, ainsi que leur engagement dans la lutte contre le terrorisme durant la décennie noire".
Pour les rédacteurs de cette missive, l'Etat a le "devoir et l'obligation" de prendre en charge cette frange de la société, qui s'est sacrifiée durant les années de braise, afin que l'Algérie demeure debout. "La violence qui a caractérisé cette période est telle qu'aujourd'hui encore, nous subissons toujours les retombées néfastes, tant sur le plan psychologique, social, économique que politique. L'Etat doit nous prendre en charge", soulignent-ils.
Dans ledit document, les Patriotes de Bouira exhortent, encore une fois, les autorités concernées à réagir "positivement" à leurs revendications, dans le cadre de la loi n°13-08 du 30 décembre 2013 portant loi de finances pour 2014, dont l'article 77 stipule que les citoyens volontaires ayant participé aux côtés de l'Armée nationale populaire à la lutte contre la subversion et le terrorisme, postérieurement à 1992, conformément à la réglementation en vigueur, ouvrent droit à une pension de retraite proportionnelle exceptionnelle et au rachat, sur le budget de l'Etat, des cotisations de Sécurité sociale. Sur le volet des revendications, les requérants réclament, entre autres, la retraite partielle pour tous les Patriotes et autres GLD encore en chômage, l'augmentation de la pension de retraite de 15 000 à 30 000 DA, la régularisation des années de service et d'engagement aux côtés des services de sécurité pour tous les éléments des groupes de légitime défense (GLD), la Sécurité sociale, la reconnaissance des sacrifices des Patriotes, etc. Pour rappel, au mois de janvier dernier, ces mêmes éléments avaient tenté de marcher vers Alger à partir de Bouira, mais les services de sécurité ont réussi à avorter cette action.
RAMDANE B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.