Séisme à Mila: relogement bientôt de 184 familles sinistrées    Covid-19: au moins 721 902 décès dans le monde    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    Dispositif sur l'ouverture "graduelle et contrôlée" des plages et des lieux de détente à partir de samedi prochain    Tenue dimanche de la réunion du Conseil des ministres    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Zakaria Draoui fait son come-back    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    La part des problèmes et celle des priorités !    Les mains de l'intérieur !    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Arrestation d'une bande criminelle spécialisée dans la vente d'armes à feu et de munitions    27 migrants morts    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    Hodeifa Arfi, 2e recrue    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    19 morts et 53 000 sinistrés    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    La soif à quelques kilomètres du barrage de Boussiaba    Amar Chouaki, nouveau directeur général    Mouad Hadded s'engage pour deux saisons    L'ES Sétif saisit la présidence de la République    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Judo : Mustapha Moussa nous a quittés    Le président Michel Aoun évoque «la négligence» ou «un missile»    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    El Tarf: Deux morts par noyade    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pourquoi ça coince
Passage du FCE au statut de syndicat
Publié dans Liberté le 05 - 08 - 2018

Un refus d'agréer le FCE en tant que syndicat déboucherait sur une situation pour le moins inédite, alors que le Forum, en tant qu'association, serait déjà dissous depuis l'assemblée générale de janvier dernier.
Le Forum des chefs d'entreprise (FCE) peine à faire aboutir sa demande pour le changement de son statut. Officiellement, les autorités n'ont pas encore acquiescé au vœu des patrons du FCE qui veulent élever leur organisation au statut de syndicat. La demande est en souffrance dans les tiroirs du ministère du Travail — instance habilitée à délivrer le précieux sésame — depuis plusieurs mois déjà sans qu'aucun justificatif soit apposé à ce retard. Même le patron du FCE, Ali Haddad, n'a pas pu expliquer à ses plus proches lieutenants les raisons de cette panne persistante.
Selon nos sources du FCE, le président du Forum des chefs d'entreprise, qui a réuni récemment les membres du conseil exécutif de son organisation, a reconnu que "ça coinçait" toujours et qu'il était "à court de solutions". Un refus d'agréer le FCE en tant que syndicat déboucherait sur une situation pour le moins inédite, alors que le Forum en tant qu'association serait déjà dissous depuis l'assemblée générale de janvier dernier. En effet, cette AG aurait entériné la dissolution du FCE en tant qu'association de réflexion pour préparer son passage réglementaire au statut de syndicat.
La situation n'a pas évolué d'un iota. Et cette métamorphose des statuts tant espérée bute, selon certains, sur un défaut de conformité avec les conditions réglementaires. C'est-à-dire que ce passage au statut de syndicat, un fantasme qui anime bien de patrons du FCE, était tributaire de la convocation d'une assemblée générale constitutive, chose qui n'a pas été faite, à en croire nos sources. À ce stade déjà, sans même que le dossier d'agrément puisse aboutir, l'affaire aura fait date. Le FCE compte en tout cas reprendre de zéro ses démarches réglementaires en vue de se conformer au mode d'emploi fixé par la loi. "Cela prendra du temps. L'assemblée générale élective prévue en novembre risque d'être ajournée. En tout cas, si d'ici là l'incertitude autour de la demande d'agrément pour le syndicat persiste, cette AG n'a plus raison d'être, car le FCE n'existe plus juridiquement", témoigne un des membres de cette organisation patronale. D'autres membres que nous avons pu contacter doutent que le défaut de conformité au processus réglementaire soit aux sources de cette impasse persistante. Serait-ce un recadrage politique ? Possible, selon eux. "Le président n'est plus celui qui faisait la pluie et le beau temps, s'appuyant sur ses soutiens dans les plus hautes sphères de l'Etat", nous dit-on. Dit autrement, dans les centres de décision, il y aurait un retournement de situation qui fait que certains appuis dont bénéficiait le président du FCE seraient réduits au silence. En tout cas, cette affaire de blocage dont souffre le dossier d'agrément déposé par le FCE en vue de se transformer en syndicat aura été un indicateur, on ne peut plus clair, d'une situation aussi inhabituelle que déroutante. Dans sa quête d'un statut autre que celui d'une simple association, le Forum des chefs d'entreprise voulait repartir encore plus fort. Ses ambitions lui ont valu probablement "un recadrage" à l'heure où la présidentielle de 2019 fait planer un climat de suspicion tant au sein du pouvoir qu'à l'extérieur.
Des patrons du FCE expliquent, en revanche, que le passage au statut de syndicat était nécessaire pour se faire représenter au sein de certaines organisations internationales. Une chose est sûre, cette affaire aura fini par susciter à la fois le doute et le courroux parmi les patrons du Forum des chefs d'entreprise. Mais pas seulement. La question laisse dubitatif plus d'un tant il est vrai que de telles conjonctures de fragilité politico-économiques sont souvent propices aux coups bas, au resserrement des alliances, comme aux divisions.
Ali Titouche


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.