Tripoli : 9 morts dans le bombardement d'un dépôt militaire    Crise libyenne : Alger et Tunis affichent leurs inquiétudes    Sports mécaniques : Le CSMB s'illustre    Delort, quelle bonne pioche de Belmadi !    BAC 2019 dans la capitale : Plus de 58 000 candidats    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Baghlia : Manque de transport public    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    L'AACC s'oppose à la dissolution de l'Office central de répression de la corruption    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    114 comprimés psychotropes saisis, deux arrestations    Tlemcen: Un jeune tué à coups de couteau et de sabre    Une quinzaine de jours seulement après le début de la saison estivale: Déjà quatre décès par noyade    La saga judiciaire continue    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Quelques scénarios de sortie de crise    Recul des Bourses en Europe : L'impact des tensions commerciales se matérialise sur les marchés    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Le Sétifien Abdelmoumène Djabou signe pour deux saisons    «La situation actuelle du football africain m'inquiète et inquiète la FIFA»    Pour coopérer dans le secteur du gaz : "La Russie est un partenaire idéal de la Chine"    Pour renforcer prochainement la cartographie et la télédétection : Une caméra numérique de nouvelle génération à Oran    Hommage à Ahmed Kellil    Karim Djoudi et Amar Tou, placés sous contrôle judiciaire    Pourquoi les "actes de sabotage" contre les pétroliers ne profitent pas à l'Iran?    Le président déchu comparaîtra la semaine prochaine    ANP : Gaïd Salah en visite de travail et d'inspection à la 3e Région militaire    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Connexion perturbée et silence des autorités    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    ACTUCULT    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Libyens du Sud veulent créer leur gouvernement
Alors que le pays est dirigé par trois entités parallèles
Publié dans Liberté le 12 - 09 - 2018

Face au blocage politique, les Libyens ont perdu confiance en leurs dirigeants qu'ils accusent d'honorer des agendas étrangers au détriment de la stabilité du pays et de leur peuple.
Les Libyens du Sud ont l'intention de créer un gouvernement parallèle, a rapporté l'Organisation Fezzan Libya sur sa page facebook, citant des sources au sein du Conseil tribal de Sebha. "Les chefs de tribus de Sebha affirment qu'un nouveau gouvernement dans le Sud, séparé de ceux de Tripoli, est en cours de formation", a rapporté cette organisation, dans un contexte marqué par la persistance des blocages politiques dans le pays et une dégradation inquiétante de la situation économique et sociale, notamment dans le Sud libyen. Exaspérés par la marginalisation dont ils sont victimes, les Libyens du Sud entendent ainsi former une entité parallèle qu'ils comptent appeler "Gouvernement fédéral de Fezzan", selon la même source. Si l'information n'a pas encore fait le tour des médias locaux et internationaux, son annonce officielle ne saurait tarder et fera l'effet d'une bombe, annonciatrice du début de la scission tant redoutée de la Libye.
En effet, l'hypothèse de la scission de ce pays voisin n'a jamais été aussi plausible, malgré les assurances des uns et des autres quant à la sauvegarde de l'unité nationale et territoriale de la Libye.
Mais force est de constater que les tiraillements politiques, militaires et tribaux sont en train de s'aggraver à la veille des élections générales prévues avant la fin de l'année en cours. Aussi, cette annonce intervient au lendemain d'une rencontre entre le controversé maréchal Khalifa Haftar et des chefs de tribus libyennes et durant laquelle il a insinué son intention d'avancer vers le sud-ouest libyen, jusqu'ici livré quasiment à lui-même. Parallèlement, des sources affirment que le président du Conseil présidentiel et non pas moins Premier ministre du Gouvernement libyen d'union nationale (GNA), Fayez al-Serraj, aurait mis en place une force armée pour prendre le contrôle du sud-ouest libyen. Outre le fait de combattre les milices qui se livrent à tous types de trafics dans cette zone frontalière avec le Sahel, le président du GNA tente d'occuper le terrain avant Khalifa Haftar, désigné par les autorités parallèle de l'Est (gouvernement et Parlement de Tobrouk) comme chef suprême des forces armées libyennes. Cette lutte pour le contrôle du territoire risque en fait de finir en un face-à-face désastreux aussi bien pour les Libyens que pour les pays de la région, dont fait partie l'Algérie. L'instabilité chronique de la Libye, depuis la chute de l'ancien régime de Mouammar Kadhafi en 2011, maintient un climat d'instabilité dans l'ensemble de la région, obligeant les pays voisins à consentir d'importants efforts matériels, financiers et humains pour la sécurisation de leurs frontières, ce qui n'a tout de même pas empêché la survenue d'attaques meurtrières que ce soit en Tunisie (Ben Guerdane en mars 2016) ou en Algérie (attaque du site pétrolier de Tigentourine en janvier 2013).
Ceci sans oublier l'aggravation de la crise de trafics de migrants transitant par la Libye et du phénomène des enlèvements de civils par des milices en contrepartie de versement de rançons. Aujourd'hui, de nouvelles tentatives de réconcilier les Libyens sont engagées par les pays voisins et les pays d'Europe, sous l'égide de l'ONU. Mais elles sont loin d'aboutir.
Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.