L'enjeu des locales et la survie des partis    Fraude électorale: la justice frappe fort    Une ambition en sursis    La connexion électrique    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Qui succédera à Chenine ?    Lavagne met en garde ses joueurs    Suppression officielle début juillet    Le ministère des Moudjahidine rejette toute tentative d'atteinte aux symboles nationaux    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Baccalauréat: les candidats mitigés sur l'épreuve de mathématiques    Suspension des programmes de la chaîne "El Hayat TV" pour une semaine à partir de mercredi    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    4 personnes carbonisées suite à un accident    Les mesures de confinement reconduites dans 14 wilaya    Le Soudan qualifié    Pétrole algérien, les barils de la peur, lecture prospectiviste de l'ouvrage du Dr M. S. Beghoul    Les acteurs politiques en attente des tractations    Relance cherche finances    Actuculte    L'enseignement à distance en débat    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Ligue des champions : Option pour Al Ahly et Kaiser Chiefs    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?!    Tiaret: Hommage au producteur radiophonique Hadjarab    Liste des 851 produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Mon projet absolu est d'écrire l'Algérie d'aujourd'hui"
l'écrivain Mustapha Benfodil à la librairie "l'arbre à dires"
Publié dans Liberté le 25 - 02 - 2019


La librairie "l'Arbre à Dires" (Alger) a abrité, samedi dernier, une rencontre-débat avec l'écrivain et journaliste Mustapha Benfodil, animée par l'éditrice Selma Hellal, des éditions Barzakh. L'éternel adolescent au regard timide est revenu sur la création de son dernier roman Body writing (éditions Barzakh, 2018), les thèmes qui le traversent, la part autobiographique qui se niche tout au long de ces lignes et l'engagement de l'auteur, patent celui-ci, à travers le personnage principal. Dans son discours, qu'il a accompagné d'une sorte de performance où bouts de papiers, carnets, emballages de chocolats, étalés à même le sol, intriguaient autant l'assistance que le cheminement de cet écrit qui voit le jour 7 années après son dernier roman, Archéologie du (chaos) amoureux (Barzakh, 2011). À propos de cette absence de la scène littéraire justement, il explique : "J'ai senti le creux qui m'a séparé de mon lectorat algérien. Ce contact est important pour moi, cette solitude était un fait très étrange. Notre métier (d'écrivain, ndlr) nous oblige à être assigné à "résistance", et le moindre silence, faute éthique, se paye." Ces bouts de papiers présentés au début de la rencontre justement sont le même matériau que découvre, au fil des pages, la femme du personnage principal de son nouveau roman, Karim Fatimi. Se pose alors la question de la part d'autobiographie : Benfodil s'est-il inspiré délibérément de son propre vécu, où est-ce une stratégie discursive pour brouiller les pistes ? À cela, il répond : "L'écriture de ce livre comporte trois modalités, certes, il y a une part d'autobiographie, mais je ne saurais dire à quel pourcentage. Pour octobre 1988 par exemple, j'ai été témoin de ces évènements, mais je les avais consignés. Je n'avais pas prévu de traiter de cela, c'était une façon de recouvrer la dignité de cette partie de notre histoire." Parlant de son écriture, où se rencontrent langue soutenue, argot, derdja, kabyle et même anglais, le journaliste dira que chaque artiste organise son œuvre d'une certaine manière. Et de poursuivre : "J'essaye de régler l'équation formelle qui a une historicité. Mais mon projet absolu est surtout d'écrire l'Algérie d'aujourd'hui." Le fragmentaire, raconter une histoire au travers de plusieurs dimensions, lui viendrait alors "du nouveau-roman, dadaïsme, de Faulkner et bien d'autres écrivains".

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.