Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mustapha Benfodil présente Body writing
L'ARBRE À DIRE
Publié dans L'Expression le 19 - 02 - 2019

Mustapha Benfodil vous convie à une rencontre -débat animée par Selma Hellal,, samedi 23 février à partir de 15h à la Librairie L'Arbre à dires sise 48, boulevard Sidi Yahia - Hydra, Alger autour de son dernier roman Body Writing [barzakh] 2018. Dans un extrait du roman, nous pouvons lire: «D'où mon credo: pas de roman. Plus de roman. Juste ce journal, cette chronique éclatée en mille morceaux comme l'arbre fou de la vie. Assez d'ajouter de l'eau à la mer, de la dramaturgie au dramatique, de la tragédie au tragique, de la littérature de pacotille à la poésie brute du Réel.
Résumé: Karim Fatimi, astrophysicien de renom, meurt sur la route de Bologhine près de la «Maison hantée». Accident ou suicide?
Mounia, sa femme, entame un journal pour exorciser son chagrin. Parallèlement, guidée par un étrange voyeurisme, elle décide de se plonger dans les écrits intimes de son mari. Le lecteur, entraîné dans une vertigineuse mise en abîme où se télescopent leurs deux narrations, découvre alors l'univers tourmenté de Karim Fatimi, écrivain génial et écorché vif, relatant compulsivement chaque moment clé de sa vie: Octobre 1988, la décennie noire, la naissance de leur fille Neïla, et ce mystérieux 28 novembre 1994...
À la croisée de plusieurs genres (journal, récit épistolaire, BD, reportage, chronique, manifeste), ce roman kaléidoscope relève le pari insensé de recréer le chaos de l'Algérie des années 1990 par l'expérimentation formelle: le texte est mots, ratures, photos, pages arrachées, papiers d'emballage, dessins... fragments, fracas, convulsions. Il est un corps vivant qui palpite, éructe et s'esclaffe, servi par une prose ludique et exubérante, où le grotesque le dispute en permanence au tragique. Mustapha Benfodil, plus virtuose que jamais, semble proclamer: hors la parodie et la démesure, point de salut!
Radiographie extravagante de l'Algérie contemporaine, ce livre ambitieux et courageux, qui explore des questions aussi graves que le rapport à la violence, à l'esthétique, ou à Dieu, est aussi un hommage éperdu à l'écriture comme absolu.
Mustapha Benfodil est né en 1968 à Relizane. Reporter au quotidien El Watan, il est l'auteur d'une oeuvre protéiforme: nouvelles, poèmes, pièces de théâtre.
Il a publié trois romans aux éditions barzakh: Zarta! (2000), Les Bavardages du seul (2004), Archéologie du chaos (amoureux) (2007). Il vient de publier Cocktail Kafkaïne (poésie noire) en édition bilingue (français/anglais), Hesterglock Press, Royaume Uni, 2018.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.