TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Mustapha Hadni (PLD) : « Traduire politiquement les revendications citoyennes … »    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Grandiose !    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    Saviez-vous que… ?    Un mort et trente blessés à Blida    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    ACTUCULT    Explosion de joie sur fond de révolution    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Tiaret : Des résultats satisfaisants au baccalauréat    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Merci, El Khadra !    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Montage automobile, les vrais coupables !    Le festival de la chanson oranaise revient    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Il est temps de respecter la volonté du peuple"
Relizane
Publié dans Liberté le 12 - 03 - 2019

Plusieurs centaines d'avocats ont organisé, hier, lundi, un rassemblement devant la cour de Relizane contre un 5e mandat d'Abdelaziz Bouteflika, demandant le rejet de sa candidature à la présidentielle d'avril. Marchant du tribunal vers la cour, les avocats ont dénoncé "une Constitution de non-droit" et clamé haut et fort qu'ils sont "déterminés à accompagner le peuple vers une Algérie plus libre". Ces hommes et femmes de loi ont également dénoncé la difficulté d'exercer leur métier dans ce régime d'"impunité". "Aller à l'encontre de la Constitution et de la loi électorale est une trahison de haut niveau", estime un avocat. Il ajoute qu'"il est temps de respecter la voix du peuple". Arborant le drapeau national pour nombre d'entre eux, les avocats ont scandé des slogans hostiles au pouvoir, popularisés par les marches populaires des deux dernières semaines : "Djoumhouria machi mamlaka" (une République, pas une monarchie) ou encore "Djazayer hourra democratia" (Algérie libre et démocratique). Les avocats ont également brandi des pancartes sur lesquelles étaient portés des slogans exigeant "l'indépendance de la justice", "le respect de la Constitution et de la volonté populaire". Des avocats connus ont pris part à cette manifestation pour la "primauté de la loi" qui, "depuis une dizaine d'années, a été amputée". Applaudie par les passants et les automobilistes, cette marche s'est déroulée dans le calme.
E. Yacine

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.