REMPLAÇANT AHMED OUYAHIA INCARCERE A LA PRISON D'EL-HARRACH : Azzedine Mihoubi, nouveau SG par intérim du RND    LOGEMENTS PROMOTIONNELS AIDES (LPA) : Premiers quotas livrés à partir d'août    CELEBRATIONS DE LA VICTOIRE DES VERTS : Nuit blanche à Mostaganem    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    La présidence dit oui    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    L'Alliance présidentielle décapitée    La cérémonie en Egypte    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Edition du 20/07/2019    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des personnalités politiques répondent à Gaïd Salah
Après le dernier discours tonitruant du chef d'état-major
Publié dans Liberté le 13 - 04 - 2019

La dernière sortie de chef d'état-major, vice-ministre de la Défense nationale, le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, n'a pas laissé de marbre des militants de la démocratie. Le discours du chef d'état-major a ainsi suscité des réactions aussi nombreuses que diverses, mais elles tendent, principalement, à lui rappeler sa mission constitutionnelle qui est celle de se concentrer sur la sécurité du pays et de ne pas s'immiscer dans les affaires politiques. Djamel Zenati, militant politique, a souligné que "l'idée de séparer le politique du militaire a suscité un débat globalement très pertinent. Mais s'arrêter au principe de séparation ne répond pas à toute la problématique", estimant, à l'occasion, qu'en situation démocratique, "le militaire ne constitue pas un pouvoir". Il explique que "l'armée est une institution de l'Etat. Elle ne décide pas de la politique de défense nationale ni même de son budget. Elle est totalement subordonnée au pouvoir politique, seul à bénéficier d'un mandat populaire pour décider au nom de la Nation". "La première conséquence est que le ministre de la Défense ne peut, en aucun cas, être un militaire. Et le cumul du poste de ministre de la Défense avec celui de chef d'état-major est contraire à l'esprit démocratique", a-t-il relevé. Revenant au principe de la primauté du politique sur le militaire, il a souligné que cela "n'est pas de la séparation". "La primauté est historiquement déterminée par une contingence particulière, à savoir la guerre contre la colonisation", explique-t-il encore, ajoutant que cette séparation "n'est plus pertinente" vu que "le pays a recouvré son indépendance". "Toutefois, indique-t-il, le principe de séparation, dans ce cas précis, est une adaptation, voire un approfondissement du principe de la primauté. Le lien entre les deux principes existe bel et bien." Me Mokrane Aït Larbi n'a, lui aussi, pas laissé passer cette occasion pour apporter une réponse au vice-ministre de la Défense. Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, il a estimé que concernant l'indépendance de la justice, "aucune institution de l'Etat n'a le droit d'y s'immiscer, même si c'est l'état-major de l'armée". L'avocat et défenseur des droits de l'Homme a ajouté que le rôle d'Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense, n'a rien à voir avec la justice, mais se résume, explique-t-il "à poursuivre les militaires impliqués devant la justice militaire et selon le droit militaire" et "n'a aucun droit de s'immiscer dans la justice". Me Aït Larbi a souligné que le sit-in des magistrats prévu, aujourd'hui, devant le ministère de la Justice "est à encourager", car "la démocratie passe inévitablement par une justice indépendante". Il a également insisté sur le fait que "réduire" la Constitution à son article 102, revient à maintenir le système dans sa globalité alors que le peuple réclame son départ. Me Mustapha Bouchachi, dans une réponse à Ahmed Gaïd Salah, a estimé que les revendications du peuple "sont réalisables". Elles le sont d'autant plus, ajoute-t-il, que "toutes les périodes de transition connues dans le monde ont abouti sans les hommes et les symboles des systèmes contestés". L'avocat s'est demandé "si l'état-major est avec le peuple avec l'activation de l'article 7 de la Constitution pour aller vers une période de transition ou s'il est avec les résidus du système ?" Il a rappelé les différentes prises de position du chef d'état-major depuis le début du soulèvement.

Mohamed Mouloudj


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.