FAF-ANEF: quatre conférences en ligne au programme en juillet    Alger: interdiction du transport urbain collectif public et privé durant les week-ends    Covid19: 434 nouveaux cas, 487 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Covid-19: plus de 2.700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    Déclarations glorifiant le colonialisme: les Algériens ne doivent "absolument pas tomber" dans le jeu    MONTAGE AUTOMOBILE EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie apporte des précisions    PRODUITS PHARMACEUTIQUES : L'ARAV prescrit l'arrêt immédiat des campagnes publicitaires    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    DEFENSE : Le général-major Tlemçani à la tête de la 4ème région militaire    MASCARA : Des terres agricoles détournées de leur vocation    MASCARA : Un nouveau directeur à l'hôpital ‘'Yssaad Khaled''    CORONAVIRUS A BECHAR : Des activistes manifestent devant le siège de la wilaya    COVID 19 : Oran sera doté d'un laboratoire d'analyses PCR    Meurtris par le Covid, réprimés par le pouvoir: la double peine des médecins égyptiens    TISSEMSILT : La CNAC à l'écoute des citoyens    Energie: préparation d'une feuille de route axée sur la stratégie énergétique    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES : Un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes    Cheb Khaled rêve d'un Maghreb Uni !    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    Covid-19 à Oran : malgré la hausse du nombre des contaminés, les gestes barrières ne sont pas respectés    Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de la persistance des voix des nostalgiques de la colonisation    Syrie: l'aide transfrontalière de l'ONU suspendue à une décision russe    La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, la résurgence du Covid-19 inquiète    Sétif : protestation des agents de la direction de réalisation des projets de l'ERGR Aurès pour des salaires impayés    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    9 juillet 1962    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Chelsea chasse Leicester du podium    Se sauver ou sombrer    Rachad, les harragas et la décennie noire    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Voilà que le loup sort du bois    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Me Meftah : "Deux procès contre Hannachi sont programmés pour le 27 juillet"    Colère et consternation    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    En attendant un autre ordre de mission    Cap sur un nouveau plan de relance    Perspectives moroses pour l'économie algérienne    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des personnalités politiques répondent à Gaïd Salah
Après le dernier discours tonitruant du chef d'état-major
Publié dans Liberté le 13 - 04 - 2019

La dernière sortie de chef d'état-major, vice-ministre de la Défense nationale, le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, n'a pas laissé de marbre des militants de la démocratie. Le discours du chef d'état-major a ainsi suscité des réactions aussi nombreuses que diverses, mais elles tendent, principalement, à lui rappeler sa mission constitutionnelle qui est celle de se concentrer sur la sécurité du pays et de ne pas s'immiscer dans les affaires politiques. Djamel Zenati, militant politique, a souligné que "l'idée de séparer le politique du militaire a suscité un débat globalement très pertinent. Mais s'arrêter au principe de séparation ne répond pas à toute la problématique", estimant, à l'occasion, qu'en situation démocratique, "le militaire ne constitue pas un pouvoir". Il explique que "l'armée est une institution de l'Etat. Elle ne décide pas de la politique de défense nationale ni même de son budget. Elle est totalement subordonnée au pouvoir politique, seul à bénéficier d'un mandat populaire pour décider au nom de la Nation". "La première conséquence est que le ministre de la Défense ne peut, en aucun cas, être un militaire. Et le cumul du poste de ministre de la Défense avec celui de chef d'état-major est contraire à l'esprit démocratique", a-t-il relevé. Revenant au principe de la primauté du politique sur le militaire, il a souligné que cela "n'est pas de la séparation". "La primauté est historiquement déterminée par une contingence particulière, à savoir la guerre contre la colonisation", explique-t-il encore, ajoutant que cette séparation "n'est plus pertinente" vu que "le pays a recouvré son indépendance". "Toutefois, indique-t-il, le principe de séparation, dans ce cas précis, est une adaptation, voire un approfondissement du principe de la primauté. Le lien entre les deux principes existe bel et bien." Me Mokrane Aït Larbi n'a, lui aussi, pas laissé passer cette occasion pour apporter une réponse au vice-ministre de la Défense. Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, il a estimé que concernant l'indépendance de la justice, "aucune institution de l'Etat n'a le droit d'y s'immiscer, même si c'est l'état-major de l'armée". L'avocat et défenseur des droits de l'Homme a ajouté que le rôle d'Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense, n'a rien à voir avec la justice, mais se résume, explique-t-il "à poursuivre les militaires impliqués devant la justice militaire et selon le droit militaire" et "n'a aucun droit de s'immiscer dans la justice". Me Aït Larbi a souligné que le sit-in des magistrats prévu, aujourd'hui, devant le ministère de la Justice "est à encourager", car "la démocratie passe inévitablement par une justice indépendante". Il a également insisté sur le fait que "réduire" la Constitution à son article 102, revient à maintenir le système dans sa globalité alors que le peuple réclame son départ. Me Mustapha Bouchachi, dans une réponse à Ahmed Gaïd Salah, a estimé que les revendications du peuple "sont réalisables". Elles le sont d'autant plus, ajoute-t-il, que "toutes les périodes de transition connues dans le monde ont abouti sans les hommes et les symboles des systèmes contestés". L'avocat s'est demandé "si l'état-major est avec le peuple avec l'activation de l'article 7 de la Constitution pour aller vers une période de transition ou s'il est avec les résidus du système ?" Il a rappelé les différentes prises de position du chef d'état-major depuis le début du soulèvement.

Mohamed Mouloudj


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.