FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Solution incomplète, voire inappropriée pour l'opposition
Publié dans La Nouvelle République le 28 - 03 - 2019

L'appel à l'application de l'article 102 de la Constitution, lancé, avant-hier mardi, par le général de corps d'armée, le chef d'Etat-major de l'ANP, vice-ministre de la Défense, Ahmed Gaïd Salah, comme solution à la crise politique que vit le pays a suscité la réaction de l'opposition. Une solution incomplète, voire inappropriée.
Dans un communiqué rendu public, dans la soirée de mardi, le Front des forces socialistes (FFS) a considéré que l'appel du chef d'Etat-major de l'ANP à la destitution de Bouteflika est une grave atteinte à la dignité du citoyen. «Encore une fois, le pouvoir Algérien par le biais du chef d'État-major de l'armée provoque et se joue de la volonté populaire», lit-on à travers ce communiqué. L'option de l'application de l'article 102 de la constitution, estime le FFS, n'est pas la solution demandée par le peuple Algérien, l'armée vise à étouffer le mouvement populaire, et permettre au système de se pérenniser. «L'article 102 ne répond plus aux revendications du peuple algérien, le peuple veut contrôler son destin, prendre en charge son avenir, un avenir de liberté, de justice sociale et de dignité», soutient-il.
L'institution militaire, observe le plus vieux parti de l'opposition, ne s'est pas retirée du politique, elle s'ingère encore une fois dans le processus constitutionnel, et ne répond pas aux revendications du peuple Algérien qui demande le changement du système et non un changement dans le système. «Ce changement radical ne peut se faire en maintenant les instruments et les hommes qui incarnent le système», note-t-il. Pour le FFS, le changement doit être l'émanation de la volonté populaire par l'élection d'une assemblée constituante souveraine et l'avènement de la 2ème République, c'est-à-dire la consécration de l'Etat de droit, l'alternative démocratique et sociale.
«C'est encore un coup de force contre la volonté populaire, sur la légitimité des revendications du peuple, à savoir le départ du système, de ses hommes et pas seulement le chef d'Etat», poursuit-il. Le secrétaire général du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcine Bellabes, a, pour sa part, qualifié, hier mercredi à Alger, l'appel de Gaïd Salah, Vice-ministre de la Défense et chef d'Etat-major, à l'application de l'article 102 de la Constitution de violation des lois de la République. «Gaïd Salah est le chef d'Etat-major de l'armée. Il n'a, ni le droit, ni les prérogatives pour intervenir et faire des déclarations (…) c'est une violation manifeste des lois de la République», a-t-il indiqué. S'exprimant lors d'une conférence de presse Mohcine Bellabes a estimé que la tentative d'application de cet article est une manœuvre politique d'une partie du système.
Plaidant à l'occasion, pour une période de transition, apaisée, qu'il a qualifiée de transition de rupture, qui sera ponctuée d'une élection présidentielle devant intervenir, avant octobre 2019. Aussi, a-t-il recommandé «la démission du chef de l'Etat, la dissolution des deux chambres du Parlement et du Conseil constitutionnel et, la création d'une haute instance de transition, dotée de tous les moyens pour, a-t-il dit, piloter une phase de transition la plus courte possible. De son côté le parti des travailleurs (PT) a considéré que la déclaration du chef d'Etat-major apparaît comme dirigée contre la volonté de l'écrasante majorité du peuple de chasser un système corrompu et décomposé et disposer d'elle-même.
«C'est une immixtion dangereuse du militaire dans le politique», écrit le PT dans une déclaration. Pour le Parti des travailleurs, l'application de l'article 102 est porteuse de tous les risques pour la Nation, pour sa souveraineté et son intégrité, ouvrant la voie aux ingérences étrangères tant rejetées par les millions de manifestants. Le PT s'oppose à toute période de transition, «un danger pour le pays» et réclame la mise en place d'une Constituante», poursuit le communiqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.