Chengriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    L'Espagne ne veut pas d'Algériens sur son territoire    Deux navires de Sonatrach séquestrés au Liban    L'Algérie ne renoncera pas à sa demande de restitution de ses archives détenues par la France    Colonisation. Bugeaud peut bien tomber de haut    Liste des résistants algériens dont les ossements ont été rapatriés vendredi de France    POUR SES SACRIFICES CONSTANTS AU SERVICE DE LA PATRIE : La reconnaissance de la nation à l'ANP renouvelée    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    France : « Pour une République française antiraciste et décolonialisée »    Coronavirus : 413 nouveaux cas, 490 guérisons et 9 décès durant les dernières 24h    Le Covid-19 est une maladie ‘'de nature génétique'' propre à chaque personne    SETIF : Une septuagénaire repêchée d'un puits    DEFENSE NATIONALE : Vers la réalisation de deux hôpitaux militaires    413 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    SONELGAZ : Le PDG élu à la tête l'association Med-TSO    FETE DE L'INDEPENDANCE NATIONALE : La journée du 5 juillet chômée et payée    PARTI RND : Le travail collectif pour préserver la stabilité du parti    Ecouter la musique pourrait réduire les crises d'épilepsie    FUNERAILLES NATIONALES LE 5 JUILLET A ALGER : Retour au pays pour 24 chahids    LE PDG DE ‘'SADEG'' A MOSTAGANEM : Des inaugurations et une redynamisation des projets en cours    ORAN : Une enveloppe de 1300 milliards allouée pour les JM 2022    Cyclisme : les Algériennes Bensalah et Bouchoucha admises comme Commissaires de courses sur piste (UAC)    Constantine/Covid-19 : des spécialistes face à un agent émergent et des agents propagateurs    Rapatriement des restes mortuaires des martyrs algériens    Heureusement que le cœur du hirak n'est pas à la place de la République.    Sétif : 19 décès dus au coronavirus ce jeudi    Quotidien Ech-chaâb: la réforme prévue en Algérie repose sur une pré-prospection    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Le Président Tebboune renouvelle la reconnaissance de la nation à l'ANP pour ses sacrifices    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Benlarbi et Hamitouche remis en liberté provisoire    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    L'empire Haddad s'écroule    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Le schiste américain dans le rouge    Communiqué de l'AJSA    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    La mère des batailles    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Solution incomplète, voire inappropriée pour l'opposition
Publié dans La Nouvelle République le 28 - 03 - 2019

L'appel à l'application de l'article 102 de la Constitution, lancé, avant-hier mardi, par le général de corps d'armée, le chef d'Etat-major de l'ANP, vice-ministre de la Défense, Ahmed Gaïd Salah, comme solution à la crise politique que vit le pays a suscité la réaction de l'opposition. Une solution incomplète, voire inappropriée.
Dans un communiqué rendu public, dans la soirée de mardi, le Front des forces socialistes (FFS) a considéré que l'appel du chef d'Etat-major de l'ANP à la destitution de Bouteflika est une grave atteinte à la dignité du citoyen. «Encore une fois, le pouvoir Algérien par le biais du chef d'État-major de l'armée provoque et se joue de la volonté populaire», lit-on à travers ce communiqué. L'option de l'application de l'article 102 de la constitution, estime le FFS, n'est pas la solution demandée par le peuple Algérien, l'armée vise à étouffer le mouvement populaire, et permettre au système de se pérenniser. «L'article 102 ne répond plus aux revendications du peuple algérien, le peuple veut contrôler son destin, prendre en charge son avenir, un avenir de liberté, de justice sociale et de dignité», soutient-il.
L'institution militaire, observe le plus vieux parti de l'opposition, ne s'est pas retirée du politique, elle s'ingère encore une fois dans le processus constitutionnel, et ne répond pas aux revendications du peuple Algérien qui demande le changement du système et non un changement dans le système. «Ce changement radical ne peut se faire en maintenant les instruments et les hommes qui incarnent le système», note-t-il. Pour le FFS, le changement doit être l'émanation de la volonté populaire par l'élection d'une assemblée constituante souveraine et l'avènement de la 2ème République, c'est-à-dire la consécration de l'Etat de droit, l'alternative démocratique et sociale.
«C'est encore un coup de force contre la volonté populaire, sur la légitimité des revendications du peuple, à savoir le départ du système, de ses hommes et pas seulement le chef d'Etat», poursuit-il. Le secrétaire général du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcine Bellabes, a, pour sa part, qualifié, hier mercredi à Alger, l'appel de Gaïd Salah, Vice-ministre de la Défense et chef d'Etat-major, à l'application de l'article 102 de la Constitution de violation des lois de la République. «Gaïd Salah est le chef d'Etat-major de l'armée. Il n'a, ni le droit, ni les prérogatives pour intervenir et faire des déclarations (…) c'est une violation manifeste des lois de la République», a-t-il indiqué. S'exprimant lors d'une conférence de presse Mohcine Bellabes a estimé que la tentative d'application de cet article est une manœuvre politique d'une partie du système.
Plaidant à l'occasion, pour une période de transition, apaisée, qu'il a qualifiée de transition de rupture, qui sera ponctuée d'une élection présidentielle devant intervenir, avant octobre 2019. Aussi, a-t-il recommandé «la démission du chef de l'Etat, la dissolution des deux chambres du Parlement et du Conseil constitutionnel et, la création d'une haute instance de transition, dotée de tous les moyens pour, a-t-il dit, piloter une phase de transition la plus courte possible. De son côté le parti des travailleurs (PT) a considéré que la déclaration du chef d'Etat-major apparaît comme dirigée contre la volonté de l'écrasante majorité du peuple de chasser un système corrompu et décomposé et disposer d'elle-même.
«C'est une immixtion dangereuse du militaire dans le politique», écrit le PT dans une déclaration. Pour le Parti des travailleurs, l'application de l'article 102 est porteuse de tous les risques pour la Nation, pour sa souveraineté et son intégrité, ouvrant la voie aux ingérences étrangères tant rejetées par les millions de manifestants. Le PT s'oppose à toute période de transition, «un danger pour le pays» et réclame la mise en place d'une Constituante», poursuit le communiqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.