Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Solution incomplète, voire inappropriée pour l'opposition
Publié dans La Nouvelle République le 28 - 03 - 2019

L'appel à l'application de l'article 102 de la Constitution, lancé, avant-hier mardi, par le général de corps d'armée, le chef d'Etat-major de l'ANP, vice-ministre de la Défense, Ahmed Gaïd Salah, comme solution à la crise politique que vit le pays a suscité la réaction de l'opposition. Une solution incomplète, voire inappropriée.
Dans un communiqué rendu public, dans la soirée de mardi, le Front des forces socialistes (FFS) a considéré que l'appel du chef d'Etat-major de l'ANP à la destitution de Bouteflika est une grave atteinte à la dignité du citoyen. «Encore une fois, le pouvoir Algérien par le biais du chef d'État-major de l'armée provoque et se joue de la volonté populaire», lit-on à travers ce communiqué. L'option de l'application de l'article 102 de la constitution, estime le FFS, n'est pas la solution demandée par le peuple Algérien, l'armée vise à étouffer le mouvement populaire, et permettre au système de se pérenniser. «L'article 102 ne répond plus aux revendications du peuple algérien, le peuple veut contrôler son destin, prendre en charge son avenir, un avenir de liberté, de justice sociale et de dignité», soutient-il.
L'institution militaire, observe le plus vieux parti de l'opposition, ne s'est pas retirée du politique, elle s'ingère encore une fois dans le processus constitutionnel, et ne répond pas aux revendications du peuple Algérien qui demande le changement du système et non un changement dans le système. «Ce changement radical ne peut se faire en maintenant les instruments et les hommes qui incarnent le système», note-t-il. Pour le FFS, le changement doit être l'émanation de la volonté populaire par l'élection d'une assemblée constituante souveraine et l'avènement de la 2ème République, c'est-à-dire la consécration de l'Etat de droit, l'alternative démocratique et sociale.
«C'est encore un coup de force contre la volonté populaire, sur la légitimité des revendications du peuple, à savoir le départ du système, de ses hommes et pas seulement le chef d'Etat», poursuit-il. Le secrétaire général du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcine Bellabes, a, pour sa part, qualifié, hier mercredi à Alger, l'appel de Gaïd Salah, Vice-ministre de la Défense et chef d'Etat-major, à l'application de l'article 102 de la Constitution de violation des lois de la République. «Gaïd Salah est le chef d'Etat-major de l'armée. Il n'a, ni le droit, ni les prérogatives pour intervenir et faire des déclarations (…) c'est une violation manifeste des lois de la République», a-t-il indiqué. S'exprimant lors d'une conférence de presse Mohcine Bellabes a estimé que la tentative d'application de cet article est une manœuvre politique d'une partie du système.
Plaidant à l'occasion, pour une période de transition, apaisée, qu'il a qualifiée de transition de rupture, qui sera ponctuée d'une élection présidentielle devant intervenir, avant octobre 2019. Aussi, a-t-il recommandé «la démission du chef de l'Etat, la dissolution des deux chambres du Parlement et du Conseil constitutionnel et, la création d'une haute instance de transition, dotée de tous les moyens pour, a-t-il dit, piloter une phase de transition la plus courte possible. De son côté le parti des travailleurs (PT) a considéré que la déclaration du chef d'Etat-major apparaît comme dirigée contre la volonté de l'écrasante majorité du peuple de chasser un système corrompu et décomposé et disposer d'elle-même.
«C'est une immixtion dangereuse du militaire dans le politique», écrit le PT dans une déclaration. Pour le Parti des travailleurs, l'application de l'article 102 est porteuse de tous les risques pour la Nation, pour sa souveraineté et son intégrité, ouvrant la voie aux ingérences étrangères tant rejetées par les millions de manifestants. Le PT s'oppose à toute période de transition, «un danger pour le pays» et réclame la mise en place d'une Constituante», poursuit le communiqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.