Oran: la perturbation dans l'alimentation en eau potable bientôt réglée    Environnement: Boudjemaa se félicite du lancement de l'Initiative nationale de restauration du barrage vert    Les Iraniens aux urnes vendredi pour élire un successeur à Hassan Rohani    Euro 2020 : la Belgique renverse le Danemark    L'Algérie se dirige vers l'accession à l'OMC    Bac 2021: 5.084 détenus attendus dimanche prochain    Signature d'un mémorandum d'entente entre trois établissements touristiques publics pour une saison estivale 2021 réussie    Coronavirus: 382 nouveaux cas, 245 guérisons et 7 décès    Real Madrid: Benzema salue son "frère" Ramos    Euro 2020 : Une triste première dans l'histoire de la sélection allemande    Le Wali de Bechar limogé    Sahara occidental: "la position de Madrid n'a pas changé et ne changera pas"    «Le RND est une partie de l'Alliance présidentielle»    La surprenante révélation de Kaïs Saïed    Les Verts pour leur résurrection    Le Graët ne désespère pas pour une revanche Algérie-France !    L'ESS face à l'écueil Bordjien, derby indécis à Alger    Coudées franches pour Tebboune    Baadji: "le peuple algérien a barré la route à ceux qui voulaient faire échouer les élections"    Plus de 900 kg de produits avariés saisis et détruits    Vers le pass sanitaire    Journée mondiale de l'enfant africain: le ministère de la Culture trace un programme artistique riche    Première édition des Journées nationales du cinéma amateur    Mounia Meddour membre du jury d'«Un certain regard» du Festival de Cannes    Le festival national culturel des musique et danse diwane délocalisé à Aïn Sefra    Le Britannique Karim Khan élu procureur général    Le MSP pose ses conditions    Une production de près de 165 000 quintaux de céréales prévue    Lancement de la campagne de vaccination    Le procès de l'affaire Sonatrach 1 renvoyé sine die    Une subvention de Mobilis    Ultime chance de reprise    La Palestine de nouveau sous les bombardements    HISTOIRE D'UN HOMME D'EXCEPTION    Vibrant hommage à Josette et à Maurice Audin    Monologue de l'Algérien irreprésentable    Acheter la rumeur et vendre la nouvelle !    L'Onplc s'unit à la Gendarmerie nationale    Alger «nettoyée» de Daesh    Plusieurs opérations menées par l'ANP    Plus de 13.000 bénéficiaires convoqués    Le Makhzen sombre dans l'agonie    Un soldat nigérien tué, deux soldats français blessés    Dégel furtif au bord du lac Léman    Ça traîne!    "Notre victoire, c'est celle de l'Algérie nouvelle"    Cabale médiatique contre l'Algérie    L'APN fait tomber les peaux mortes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dans l'unité des rangs à Béjaïa
CELEBRATION DU DOUBLE ANNIVERSAIRE PRINTEMPS BERBÈRE - PRINTEMPS NOIR
Publié dans Liberté le 21 - 04 - 2019

Une immense foule estimée à plusieurs dizaines de milliers de manifestants a défilé, hier, dans les principales artères de la ville de Béjaïa, à l'occasion du double anniversaire du Printemps berbère d'Avril 1980 et du Printemps noir de 2001. Deux dates symboliques, voire historiques, du combat identitaire et des luttes démocratiques en Algérie, dont la commémoration a eu lieu, hier, dans l'union et la fraternité, à travers toute la région de Kabylie.
Dans la capitale des Hammadites, la célébration de ces deux événements historiques a été marquée par l'organisation d'une grandiose marche populaire qui s'est ébranlée, vers 11h, depuis l'esplanade de la maison de la culture Taos-Amrouche. Le coup d'envoi de la manifestation a été donné à hauteur de la trémie d'Aâmriw, aux cris "Mazalagh dh Imazighen" (nous sommes toujours des Amazighs), "Assa azekka, amennugh yella, yella" (aujourd'hui et demain, le combat continue)… En tête du cortège, un gigantesque drapeau berbère porté par une dizaine de manifestants a été déployé au milieu de la chaussée. Aux côtés de cet étendard de l'amazighité qui était hier à l'honneur, l'emblème national flottait également dans le ciel. Une scène et une image qui s'inscrivent dans le prolongement du mouvement populaire du 22 février dernier qui trouve, de par son contenu politique, ses origines dans le mouvement fondateur de la revendication démocratique qu'a été le 20 Avril 1980. La communauté universitaire de Béjaïa, qui voulait initialement organiser sa propre marche depuis le campus de Targa Ouzemour, a fini par rejoindre les manifestants qui se sont donné rendez-vous devant la Maison de la culture. En effet, l'unité des rangs, qui a caractérisé ce 39e anniversaire du Printemps berbère, a sonné la fin de la division entre militants de la même cause. Pour preuve, toutes les tendances politiques étaient présentes dans la foule. Il y avait des cadres et militants de partis de la mouvance démocratique (RCD, FFS, MDS, PST, PT, UDS…), et mêmes des partisans du MAK, des défenseurs des droits de l'Homme, des syndicalistes autonomes, des artistes, des étudiants, des femmes démocrates… "Assa azekka, tamazight tella, tella", "Corrigez l'histoire, l'Algérie n'est pas arabe", "Pouvoir assassin", "Ulac smah ulac"… ont été les principaux slogans scandés par les marcheurs. "Pour le jugement des assassins des martyrs du Printemps noir", proclamait une imposante banderole arborée par les manifestants qui ont tenu, par ailleurs, à rendre un hommage particulier aux militants du Mouvement culturel berbère (MCB) d'Avril 1980, considérés comme des précurseurs, voire des repères, du combat identitaire, mais aussi des libertés démocratiques en Algérie.
Ce combat même que reprend la nouvelle génération à travers les marches populaires qui se sont généralisées à travers le pays en réclamant le départ du système politique en place et de tous ceux qui le symbolisent. Après avoir emprunté le boulevard de la Révolution et la rue de la Liberté, la déferlante humaine converge vers la place de la Liberté d'expression Saïd-Mekbel, point de chute de la manifestation.
Sur les lieux, une exposition sur les événements des deux Printemps (1980 et 2001) est organisée depuis la matinée, à l'initiative du collectif culturel des étudiants de la résidence Targa Ouzemour, dénommé Amazday Adelsan Inelmaden (AAI). Outre les coupures de presse, les photos des victimes et des acteurs des deux Printemps, les animateurs du collectif AAI ont eu l'idée de retracer la chronologie de ces deux périodes charnières de l'histoire contemporaine de l'Algérie post-indépendance. "Cette mobilisation citoyenne extraordinaire enclenchée depuis la révolte du 16 février passé n'est que la continuité des luttes qui ont précédé, dont le combat d'Avril 1980 et les douloureux événements du Printemps noir de 2001", nous dira Massinissa Mouri, l'un des animateurs du collectif AAI.
K. O.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.