L'APLS mène de nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain    Danemark-Finlande : La demande d'Eriksen à ses coéquipiers    Aïn Defla: Abbass M'hamed, un exemple de la fidélité au pays et de l'amour de la patrie    Législatives: clôture des bureaux de vote, début du dépouillement des voix    Législatives: les électeurs plus nombreux dans les bureaux de vote durant l'après-midi à l'Est du pays    Belmadi: "Cette série d'invincibilité n'est pas le fruit du hasard"    Coronavirus: 343 nouveaux cas, 236 guérisons et 5 décès    AEP à Alger: instructions fermes pour un approvisionnent régulier    Foot/Amical: Algérie (A') - Liberia (A) le 17 juin à Oran    Législatives/Alger-est : une plus importante affluence dans l'après-midi    Covid-19: plus de 5 millions de cas en Afrique    Tabbou, Ihsane El-kadi et Drareni relâchés    La Sadeg élabore un plan d'action pour les examens de fin d'année    Yasser Bouamar et Kaouther Ouallal éliminés d'entrée    Vers l'extradition d'El Wafi Ould-Abbès    Toute colonisation est un investissement perdu    Lumières rend hommage à plusieurs artistes    Hausse de 45,5% de nouveaux inscrits    Durcissement du Code pénal    LE VERDICT REPORTE AU 23 JUIN    Khaldi : "Revoir la politique du football"    Coton Sport-JSK à Yaoundé    LE NOUVEAU STADE D'ORAN OU LE 5-JUILLET POUR ABRITER LA FINALE    Sévère rappel à l'ordre du parlement européen au Maroc    Un salon dédié à la santé de l'étudiant    Saisie de 10 000 comprimés psychotropes    Finalisation de l'examen des décrets exécutifs    L'EXECUTIF SE MONTRE OPTIMISTE    Une série de dispositions annoncées pour redynamiser le secteur    Utilisation optimale des caméras de surveillance    Afrique du Sud: une alliance politico-syndicale réitère son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    La Casbah d'Alger : L'artisanat disparaît peu à peu    L'ISACOM "salue la décision du Parlement européen condamnant le Maroc"    Véhicules de moins de 3 ans, tabac, fonds détournés...: Les nouveautés de la LFC 2021    Huit blessés dans 2 accidents de la route    Aïn El Turck: Retour en force de l'informel dans les localités côtières    Les habitants en appellent au wali: Une décharge sauvage en plein cœur de Haï Chahid Mahmoud    Complotisme : arme de la paresse intellectuelle et de la gouvernance institutionnelle    Les menaces de troisième génération    L'époux devenu loque    La Libye prend exemple de l'Algérie    Un quartier palestinien d'El Qods convoité par les sionistes    Neuf pays africains sur 10 pourraient ne pas atteindre l'objectif    Les défis de l'après-12 juin    Les avocats menacent de marcher    L'ami et le collègue de 56 ans!    Hommage à Fawzi Saïchi    «Unzipped Exposition», expo unique en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grandiose 20 Avril à Tizi Ouzou
La police a vainement tenté d'empêcher la marche
Publié dans Liberté le 21 - 04 - 2019

Les manifestants, par leur nombre et leur mobilisation, ont réussi à déjouer les tentatives de la police de gâcher la fête et d'empêcher que se fasse la jonction entre le 20 avril 1980 et le 22 février 2019.
La commémoration du 39e anniversaire du Printemps berbère d'Avril 80 et du 18e anniversaire Printemps noir de 2001 a drainé, hier, une foule impressionnante à Tizi Ouzou où militants de la cause berbère, militants du MAK, militants de partis politiques et citoyens ont marché ensemble dans la communion et, surtout, pacifiquement, malgré la tentative ratée de la police d'empêcher la célébration de cette date phare du combat démocratique qui est aux origines du mouvement qui secoue le pays depuis le 22 février dernier. Ce sont, en effet, des dizaines de milliers de personnes qui ont pris part à cette traditionnelle et surtout sacrée manifestation qui célèbre la rupture radicale avec le diktat de l'arabo-islamisme, de la pensée unique et de la terreur imposée par le régime de Boumediene, puis de son successeur, Chadli Bendjedid, et qui a posé les premiers jalons du long combat, qui se poursuit toujours, vers l'instauration d'un régime démocratique en Algérie. Comme à l'accoutumée, les manifestants commençaient à se rassembler dès les premières heures de la matinée devant l'emblématique entrée du campus Hesnaoua, de l'université de Tizi Ouzou, d'où la marche devait démarrer à 11h. Mais contre toute attente, la police, qui a fait de la chasse aux militants du MAK son sport favori depuis plusieurs années, a déployé ses unités les plus musclées, à savoir les BRI, pour tenter d'empêcher la marche. Le dispositif déployé sur la route de l'université était des plus impressionnants, mais le nombre de militants du MAK présents sur les lieux l'était encore davantage. Les policiers, qui ont dressé de nombreux barrages filtrants tout autour de la ville aux premières heures de la matinée, n'ont pas réussi à empêcher ces militants indépendantistes de rallier l'université. Ils voulaient alors les contenir sur place, mais c'était compter sans la détermination de la foule dans toute sa diversité. L'ambiance a été par moments tendue. Un affrontement a été évité de justesse, mais la police qui a fini par céder devant la pression qui ne cessait de monter, a quitté les lieux sous les cris de la foule qui scandait à tue-tête "Pouvoir assassin !". Contrairement à toutes les marches organisées depuis le 22 février à Tizi Ouzou et qui mettaient en avant des slogans antisystème, celle d'hier a été recentrée, essentiellement, sur la question identitaire comme cela se déclinait à travers les nombreux slogans scandés tels que "Mazalagh dh Imazighen" (Nous sommes encore des Amazighs). Si dans les divers carrés formés par les militants du MAK, c'étaient les slogans plaidant pour l'indépendance de la Kabylie qui revenaient à chaque fois comme un refrain entre une chanson de Matoub Lounès et une autre d'Oulahlou, dans les autres carrés se déclinaient bien d'autres fondamentaux de la démocratie. "Tamazight, Tugdut, Tamettut dh ifaden n'Tmurt" qui signifie (Tamazight, la démocratie et la femme sont les fondements d'un Etat), lit-on sur une des banderoles déployées dans un carré formé par des femmes. "Gloire à Matoub Lounès et à toutes les victimes de la gendarmerie", "Mafia politico-militaire arabo-islamiste : l'os pour le peuple", lit-on sur une autre. "Avril 80 : février 2019", était écrit encore sur une banderole derrière laquelle on pouvait apercevoir Hend Sadi, Arab Aknine, Hacène Hirèche, Saïd Doumane et d'autres anciens militants de la cause berbère. Parmi les présents à la marche, il y avait également la veuve de Lounès Matoub, Nadia.
À noter qu'outre les milliers de drapeaux aux couleurs de la Kabylie, il y avait aussi dans la marche des centaines de portraits de Matoub Lounès, des victimes du Printemps noir et aussi des figures tel Bessaoud Mohand Arav. La marche s'est dispersée dans le calme vers 15h.
Samir LESLOUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.